Resultats de L’enquete de La Sfipp et de L’unir sur la Radiopediatrie

Publié le 16 May 2022 à 16:17
#Urgences
#Radiologue et imagerie médicale


Pour cette enquête vous avez été 63 à répondre (42 réponses complètes et 21 réponses partielles). Sans grande surprise c’est principalement les plus vieux semestres qui ont été concernés, et qui ont déjà validé leur semestre d’imagerie pédiatrique + /- prénatale.

La grande majorité d’entre vous ont validé ce semestre dans un service de radiopédiatrie exclusive et vous en êtes ressortis confiants sur la prise en charge des urgences pédiatriques les plus courantes, soulignant ainsi la bonne formation pratique et théorique reçue au cours de ces stages de radiopédiatrie.

Cependant, beaucoup d’entre vous soulignent la pauvreté de la formation en imagerie prénatale. Nous profitons de ce numéro consacré à la radiopédiatrie pour vous rappeler que vous avez le droit de demander un stage pour avoir une formation en imagerie prénatale.

Si cela vous intéresse, rapprochez vous de votre coordinateur local afin de l’informer de ce désir de formation et de stage ! C’est un droit de l’interne de radiologie d’être formé à cette spécialité !

Malheureusement, sans grande surprise, et même si vous avez pour la plupart aimé vos stages de radiopédiatrie, vous êtes très nombreux à ne plus vouloir refaire de stage dans ce domaine, et à ne pas vouloir prendre un poste de CCA/d’assistant dans un service d’imagerie pédiatrique et prénatale.

Vous êtes trois fois plus nombreux à la fin de votre internat à ne plus vouloir pratiquer la radiopédiatrie à temps plein ou à temps partiel que ceux qui veulent la pratiquer, et quelques éléments de réponses nous sont fournis, même si la grande majorité des répondants de l’enquête sont restés muets sur cette question : pression lors de la relation triangulaire soignant, parent et enfant, difficulté émotionnelle de voir des enfants malades ou souffrir, mauvaise rentabilité en activité libérale… Ce que confirme la question suivante où la majorité des répondants affirment qu’ils seraient prêt à pratiquer plus d’activités orientées vers la radiopédiatrie si les carrières hospitalières et/ou les actes étaient mieux rémunérés.

Discutons en aux JFR 2022 avec les radiopédiatres, ils seront là pour vous conseiller et vous orienter dans vos choix.

Article paru dans la revue “Union Nationale des Internes et Jeunes Radiologues” / UNIR N°44

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1652710654000