Chargement ...

Auxiliaire de puériculture : formation, salaire, diplôme, rôle – Réseau Pro Santé

Fiche de poste : Auxiliaire de puériculture

 

Mission principale de l’auxiliaire de puériculture :

L’auxiliaire de puériculture a pour mission principale de prodiguer des soins de nursing et de conforts (changes, toilette, préparation de biberons etc…) aux nouveau-nés et aux enfants, jusqu’à l’âge de 6 ans. Il/elle prend en charge les besoins quotidiens de l’enfant, qu’il soit en bonne santé ou souffrant d’une maladie, ou encore qu’il soit en situation de handicap. Il/Elle assure la sécurité, le confort et l’hygiène de celui-ci.

L’auxiliaire de puériculture participe également au développement de l’enfant et veille à préserver son bien-être et son autonomie. Il/Elle participe à des activités d’éveille, d’éducation et d’apprentissage.

Il/Elle exerce son métier d’auxiliaire de puériculture sous la responsabilité d’une infirmière, d’une puéricultrice, d’une sage-femme, ou encore d’un médecin.

 

Les qualités et compétences requises d’un(e) Auxiliaire de puériculture :

Lors de l’entretien d’embauche le candidat doit posséder un projet professionnel et doit être en capacité de pouvoir l’expliquer à son interlocuteur. Il doit présenter ses motivations et mettre en avant les compétences et les qualités suivantes.

L’auxiliaire de puériculture doit faire preuve de qualités humaines, relationnelles et psychologiques.

En effet, l’auxiliaire de puériculture doit être à l’écoute et être en capacité de rassurer l’enfant mais aussi sa famille. Il/Elle doit établir un lien de confiance avec l’enfant et avec ses parents.

L’auxiliaire de puériculture doit faire preuve de bienveillance, d’empathie, de tolérance et de respect.

Il/Elle doit avoir une grande maitrise de soi et de ses émotions, il/elle doit savoir garder son calme et faire preuve de patience auprès des enfants et de son entourage.

De plus, l’auxiliaire de puériculture doit être vigilant et attentif. Il/elle doit faire preuve de discrétion, de compréhension et de douceur.

 

Lieu d’exercice et heure de travail d’un(e) Auxiliaire de puériculture :

Le métier d’auxiliaire de puériculture s’exerce dans plusieurs établissements de santé. Aussi bien dans le secteur privé que le secteur public, ou encore le secteur hospitalier ou extra-hospitalier.

En effet, l’auxiliaire de puériculture peut travailler au sein d’un hôpital ou d’une clinique, c’est-à-dire dans les services de maternité, de pédiatrie, de néonatalogie ou encore de réanimation.

Il/Elle peut exercer dans des structures sociales, médico-sociales, telles que des centres de Protection Maternelle Infantile (PMI), des crèches, des pouponnières, ou bien des centres de multi-accueil, des jardins d’éveil ou encore des haltes-garderies.

Les horaires de travail varient en fonction de la structure dans laquelle il exerce, l’auxiliaire de puériculture peut travailler aussi bien de jour comme de nuit, les weekends ou encore les jours fériés. En effet, dans le secteur hospitalier les horaires imposent une présence 24h sur 24h, c’est pourquoi un système de roulement des équipes est mis en place, allant de 35 heures par semaine. Dans les structures d’accueil, les heures d’ouvertures s’adaptent aux horaires de travail des parents, c’est-à-dire très tôt le matin et très tard le soir.

 

Rémunération et salaire d’un(e) Auxiliaire de puériculture :

La rémunération varie selon le secteur d’activité, la structure, la région, les primes et l’ancienneté.

Le salaire de base est d’environ 1200 €/1300 € net par mois en début de carrière.

Dans le secteur public, la rémunération varie selon le grade et de l’échelon. En effet, pour un(e) auxiliaire de puériculture principale de 2ème classe, la rémunération oscille entre 1537.02 € brut pour un débutant et 1949.39 € après 5 années d’expérience.

Ensuite, pour un(e) auxiliaire de puériculture principale de 1ère classe le salaire brut est de 1616.68 € en début de carrière et 2183.69 € en fin de carrière.

Enfin, dans le secteur privé la rémunération varie selon la convention collective de la branche de la structure et le coefficient, elle correspond environ à 1322.84 € brut en début de carrière.

 

Carrière en fonction publique :

L’auxiliaire de puériculture peut travailler dans 2 domaines de la fonction publique :

  • Dans la fonction publique hospitalière, c’est-à-dire au sein d’un hôpital public.
  • Dans la fonction publique territoriale, c’est-à-dire dans des établissements territoriaux au sein des communes, régions, départements (crèches, haltes-garderies etc…)

 

Evolutions professionnelles d’un(e) Auxiliaire de puériculture :

Il existe plusieurs possibilités d’évolution de carrière pour un(e) Auxiliaire de puériculture

En effet, l’Auxiliaire de grade « Auxiliaire de Puériculture de 1ère classe » peut passer après 6 ans de services au grade supérieur « Auxiliaire de puériculture principale de 2ème classe », puis au grade « Auxiliaire de puériculture principale de 1ère classe ».

De plus, il est possible d’accéder grâce à une passerelle au diplôme d’aide-soignant, deux modules sont alors ajoutés aux autres unités d’enseignements de l’Auxiliaire de puériculture.

Il est également possible à l’Auxiliaire de puériculture de devenir Infirmier(e) puéricultrice après 3 années d’expériences, en passant tout d’abord le concours d’infirmier puis une spécialisation d’un an au métier d’Infirmier(e) dans le domaine de la pédiatrie.

Enfin, l’auxiliaire de puériculture peut également évoluer vers le métier d’éducateur de jeunes enfants grâce à la Validation des Acquis de l’expérience (VAE).

 

Formation d’un(e) Auxiliaire de puériculture :

Afin d’exercer le métier d’Auxiliaire de puériculture il est indispensable d’obtenir le diplôme d’Etat d’Auxiliaire de Puériculture (DEAP) au sein d’un Institut de Formation d’auxiliaire de puériculture (IFAP). Ce diplôme est accessible par un concours d’entrée comportant deux épreuves écrites et une épreuve orale.

Pour accéder au concours d’Auxiliaire de puériculture il faut être âgé de 17 ans au minimum, cependant il n’est pas nécessaire d’être titulaire d’un diplôme. Toutefois, les personnes possédant un bac pro « Service aux personnes et aux territoires » (SAPAT), ou « Accompagnement, soins et service à la personne » (ASSP) ou encore un diplôme sanitaire de niveau V sont exemptés des épreuves d’accessibilité au concours d’entrée. Leurs sélections se fait sur dossier et entretien.

La formation au diplôme d’Auxiliaire de puériculture est composée d’enseignements théoriques et d’enseignements pratiques et se déroule sur 10 mois. La partie théorique concerne 8 modules d’apprentissages et la partie pratique quant à elle comporte 6 stages.

Les 8 modules d’apprentissages sont les suivants, apprécier l’état clinique d’une personne à tout âge de sa vie, utiliser les techniques préventives de manutention et les règles de sécurité pour l’installation et la mobilisation, accompagner l’enfant dans les activités d’éveil et de la vie quotidienne et les parents dans leur rôle éducatif, réaliser des soins adaptés à l’état clinique de l’enfant, obtenir une communication adaptée à la personne et à son entourage, rechercher traiter et transmettre les informations pour assurer la continuité des soins et des activités, utiliser les techniques d’entretien des locaux et du matériel spécifiques aux établissements sanitaire, sociaux et médico-sociaux et pour finir organiser son travail au sein d’une équipe pluriprofessionnelle.

Ensuite, les stages doivent être obligatoirement réalisés dans un établissement ou un service accueillant des enfants malades, dans un service de maternité, dans une structure accueillant des enfants en situation de handicap ou dans un service de pédopsychiatrie ou encore dans une structure d’aide sociale à l’enfance, dans une structure d’accueil d’enfant de moins de 6 ans. Puis, un dernier stage non obligatoire est à réaliser selon le projet professionnel du futur Auxiliaire de puériculture.

Cette formation peut également s’effectuer en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, elle se déroule sur 18 mois et comporte 17 semaines de cours théoriques, 24 semaines d’enseignements pratiques c’est-à-dire de stages puis 28 semaines au sein de son entreprise.

Enfin, la formation peut s’effectuer grâce à la Validation des Acquis d’Expérience (VAE), le nombre de modules est donc réduit et la durée de la formation se trouve raccourcis.

Dernières offres
Infirmier(e) Diplômé(e) d'Etat (IDE)
40 Rue de Mesly, 94000 Créteil, France
publié le 22/03/2019
Psychiatre de l'enfant et de l'adolescent
Vitry-sur-Seine, France
publié le 21/03/2019
Neurologue
Saint-Quentin, France
publié le 21/03/2019
Attaché de recherche clinique
6 Boulevard de la Boutière, Saint-Grégoire, France
publié le 21/03/2019
Gynécologue-obstétricien
Tours, France
publié le 21/03/2019
Gynécologue-obstétricien
Melun, France
publié le 21/03/2019
Pharmacien
02170 Le Nouvion-en-Thiérache, France
publié le 21/03/2019
Médecin généraliste
Citry, France
publié le 20/03/2019
Cardiologue
Montbéliard, France
publié le 20/03/2019
  • 1/1
Dernières groupes
ADIJ
Groupe public - 1
Bretagne Osthéopathie
Groupe public - 1
POLYCLINIQUE SAINT GEORGE NICE
Groupe privé - 0
MAIRIE D'ERBREE
Groupe public - 1
Clinique Francheville
Groupe public - 1
MAIRIE DE BOIS LE ROI
Groupe privé - 0
FONDATION EFOM
Groupe public - 1
  • 1/1

Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux