Point de vue - 1er rendez-vous avec une psychanalyste

Publié le 28 May 2024 à 12:13
Article paru dans la revue « AFFEP / Le Psy Déchaîné » / AFFEP N°33
#Addictologue
#Psychiatre de l'enfant et de l'adolescent
#Psychiatre


Je suis interne en psychiatrie et je voudrais avoir un suivi pour moi. Pour faire le point. Faire la part des choses entre le travail et la vie perso. Gérer le stress. Mieux dormir. Une psychiatre de mon service m’a conseillé un nom en ville, une psychiatre d’orientation analytique. C’est pas mal parce qu’elle est psychiatre donc prise en charge. Je me forme en TCC moi-même mais je ne suis pas contre, je me lance. Je vous livre ici mes réflexions à la sortie du rendez-vous.

Je crois que ça ne va pas le faire. Trop psychanalytique. "Je ne pourrais pas vous accompagner au long cours du fait de mon âge mais pendant 3-4 ans", "au moins une fois par semaine pour que le processus psychique se mette en route". Bon. On a un autre rdv de fixé, "au bout de trois, on voit". J'ai dit que l'orientation théorique n'était pas un frein pour moi mais en fait ça l'est j'imagine? "On discutera de si l'on fait des feuilles de soin, de ce que ça veut dire pour vous". Tout ça à un sens pour eux (les psychanalystes), pas pour moi. C'est dommage parce qu'elle a l'air très sympathique cette dame avec ses cheveux blancs et ses mocassins léopards. Mais elle me regarde sans rien dire trop souvent.

Quand même, les premiers rendez-vous c'est quelque chose. Dire qui on est, ce qui nous fait peur comme ça, sans se connaître. Présenter le déroulé de sa vie, les personnages : les parents, le frère, l'amoureuse, les collègues et amis co-internes. Je n'ai pas parlé des autres amis tiens, pourtant c'est important. Je n'y ai pas pensé sur le moment. Ils ont laissé moins de traces indélébiles sûrement. Ils sont là dans les beaux moments surtout. Qui je suis ? Je n'accepte pas de ne pas être à 100 %, ça oui. Je suis passionnée, volontaire, intransigeante parfois. Je cherche les limites entre le travail et moi. Je cherche l'équilibre pour pouvoir aider et rester entière. Je ne pense pas poursuivre cette recherche avec cette personne, trop engageant sûrement, trop psychanalytique aussi. J’en ressors légère malgré tout.

Une interne anonyme
Vous souhaitez nous partager une expérience en lien avec la psychiatrie ?
Ecrivez-nous à [email protected], on a hâte de vous lire !

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1716891187000