International : interview de chiara, interne ITALIE

Publié le 26 May 2022 à 15:51
#Urgences
#Europe
#International
#Psychiatre de l'enfant et de l'adolescent

Venue à Lyon dans le cadre du programme EFPT

Tu as tenté l’expérience des échanges EFPT (European Federation of Psychiatric Trainees), et été accueillie 4 semaines à l’unité Ugo Cerletti du CH Le Vinatier à Lyon. Peux-tu te présenter?
Ciao ! Je m’appelle Chiara, je suis interne en psychiatrie à Chieti en Italie, j’entre en 3ème année et partage mon temps d’interne entre centre de santé de mentale et milieu pénitentiaire.

Quelles ont été tes motivations à réaliser ce stage ?
A Chieti, je fais partie d’une équipe de recherche sur le traitement des addictions par r-TMS. Je souhaitais donc approfondir ma connaissance des techniques de neurostimulation dans un service spécifique, alors j’ai sauté sur l’occasion en postulant au programme EFPT. J’avais aussi postulé à Grenoble et Paris, mais j’ai eu la chance d’obtenir mon premier choix, à Lyon.

Peux-tu décrire le système de l’internat italien ?
Comme en France, on passe un concours de fin d’externat, mais on doit choisir 3 spécialités et 3 villes avant l’obtention des résultats (psy et pédopsy sont deux spécialités différentes). La psychiatrie figure en milieu de choix, avec 250 postes d’internes ouverts chaque année. Pour 16 000 candidats, seulement 4000 bourses sont délivrées pour l’internat… Si tu n’es pas sélectionné parmi ceux-là, tu travailles comme médecin de garde et aux urgences, et retente le concours. Certains repassent le concours jusqu’à 3 fois !

Y a-t-il une maquette d’internat de psy ?
Il faut bien choisir la ville car on ne peut plus en changer : on doit obligatoiremet réaliser un stage en service de santé mentale, davantage orienté recherche, un stage clinique à l’hôpital, et un service ambulatoire. L’interne n’a pas le statut étudiant, et doit un peu négocier sa maquette avec l’école et le professeur

Comment se passait ta journée type durant ton stage à Lyon ?
Staff à 9 heures, puis visite, entretiens où j’assistais une interne, et séances de TDCs et rTMS jusqu’à 17h30.

La pratique t’a-t-elle parue très différente de ce qui se fait en Italie ?
Non, pas si différente ! J’ai surtout été surprise par la différence d’expression des symptômes de la dépression entre les deux pays. Les français me paraissaient moins tristes, et c’est par les entretiens que j’ai pu constater qu’ils remplissaient les même critères ! Une vraie expérience transculturelle.

Quelles orientations prévalent dans la formation Italienne ?
Cela dépend de la ville choisie. A Chieti c’est plutôt d’orientation psychanalytique et phénoménologique.

Quels points positifs retiens-tu de ton stage EFPT ?
L’expérience était très positive dans son ensemble. L’équipe de l’unité a été fantastique, le travail était de qualité. J’ai assisté à beaucoup d’entretiens, observé l’utilisation de la rTMS et de l’ECT dans le traitement des dépressions résistantes, de la TDCS dans les troubles du sommeil, c’était très intéressant pour moi.

Les points négatifs ?
Il n’a pas été évident de rencontrer les autres internes, étant logée dans une résidence étudiante et non à l’internat.

Un bon souvenir à partager ?
Me promener sur les quais du Rhône à vélo, arpenter le parc du Lion d’Or. Les projections de Goddard et Truffaut dans les vieux cinémas…

Conseillerais-tu l’expérience à d’autres ?
Tout le monde devrait tenter l’expérience. C’est merveilleux de pouvoir explorer d’autres pays, d’apprendre beaucoup de choses ailleurs que chez soi, et puis c’est aussi une chance pour les autres internes que de connaître comment ça se passe de l’autre côté de leur frontière. Et quelle joie de pouvoir se recroiser dans les congrès, pas plus tard que la semaine dernière, je suis tombée sur le chef lyonnais de rTMS, et le webmaster de l’AFFEP au congrès ECNP à Paris.

Comme Chiara, tente l’aventure EFPT, des programmes existent dans toute l’Europe ! Plus d’info sur www.efpt.eu

Propos recueillis par
Valentine GALANTAI
Nantes

            Article paru dans la revue “Association Française Fédérative des Etudiants en Psychiatrie ” / AFFEP n°21

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1653573113000