Guide de l’interne DES, M2, FST

Publié le 10 May 2022 à 21:58
#Chirurgien
#Urgences
#Innovation
#International
#Oncologue


Bienvenue dans le merveilleux monde de l’oncologie ! Il est temps de voir ce que vous réservent vos 5 prochaines années (ou plus pour certains) d’internat en oncologie.

La maquette du DES d’Oncologie

Commençons déjà par la maquette du DES.
Le DES d’Oncologie a une durée de 5 ans, soit de 10 semestres.

DES Oncologie (option précoce : Oncologie radiothérapie)


DES Oncologie (option précoce : Oncologie médicale)


Il est divisé en 3 phases : Phase socle
Durée : 2 semestres.
Stages : 1 stage en OM (oncologie médicale) et 1 stage en OR (oncologie radiothérapie).
La majorité des sub-divisions permettent d’offrir suffisamment de postes permettant de respecter cette maquette. En cas de capacité de formation insuffisante, il peut être remplacé par un autre stage (2ème stage en OM ou stage libre par exemple).
Lieu : Hôpitaux avec encadrement universitaire (souvent CHU ou Centre de Lutte contre le Cancer).
Au décours de votre phase socle (ou après votre 3ème ou 4ème semestre selon les subdivisions), vous choisissez votre option précoce : oncologie médicale ou oncologie radiothérapie.

Phase d’approfondissement
Durée : 6 semestres. Les stages à réaliser dépendent de l’option précoce choisie.
En oncologie médicale
2 stages en OM, 1 stage en hématologie, 1 stage libre, 2 stages parmi les spécialités suivantes (anatomie et cytologie pathologiques, biologie médicale, gériatrie, hématologie, médecine interne, radiologie et imagerie médicale, médecine nucléaire, médecine-intensive réanimation).
NB : Ces 2 derniers stages peuvent aussi être un stage libre après accord du coordonateur local.

En oncologie radiothérapie
2 stages en OR, 1 stage en OM, 1 stage libre, 2 stages parmi les spécialités suivantes (anatomie et cytologie pathologiques, biologie médicale, gériatrie, hématologie, médecine interne et immunologie clinique, radiologie et imagerie médicale, médecine nucléaire, médecine intensive-réanimation).
NB : ces 2 derniers stages peuvent aussi être un stage libre après accord du coordonateur local.
La phase d’approfondissement est donc la phase adaptée pour faire vos stages de FST (cf. page 29).
La thèse d’exercice doit être soutenue avant la fin de la phase d’approfondissement, c’est une condi- tion nécessaire pour entrer en phase de consolidation.

Phase de consolidation
Durée : 1 an (dans un même établissement ou divisé en 2 semestres distincts selon les subdivisions).
Le stage à réaliser dépend de l’option précoce choisie.

En oncologie médicale : Un stage en OM.
En oncologie radiothérapie : Un stage en OR.

Lors de cette phase, vous aurez le statut de docteur junior.
Le docteur junior exerce des fonctions de prévention, de diagnostic et de soins avec pour objectif de parvenir progressivement à une pratique professionnelle autonome. Il suit sa formation sous le régime de l’autonomie supervisée. Les actes réalisés sous ce régime le sont par le docteur junior seul. Après un entretien individuel à l’entrée dans la phase 3, avec le coordonnateur local de la spécialité et le praticien responsable du lieu de stage, la nature, le nombre et les conditions de réalisation des actes que le docteur junior est en mesure d’accomplir en autonomie supervisée font l’objet d’une concertation entre le docteur junior et le praticien responsable du lieu de stage, en lien avec le coor- donnateur local de la spécialité. La nature des actes est progressivement diversifiée jusqu’à recouvrir, au terme de cette phase, l’intégralité des mises en situation préalablement définies.

Le rôle précis du docteur junior en oncologie va être bientôt défini par le CNEC, mais il est très pro- bable que cette phase nous donne accès de façon progressive aux différents exercices de l’oncologue : prescription et surveillance de traitements anti-cancéreux, validation de dosimétrie et de mise en traitement, consultations d’accueil et de suivi, participation aux RCP etc.

Le choix de l’option précoce
L’option précoce, oncologie médicale ou oncologie radiothérapie, doit être choisie en fin de phase socle. Cependant, il est souvent possible de demander un délai supplémentaire de réflexion de 1 ou 2 semestres auprès de votre coordonnateur local avant de faire votre choix définitif.

L’oncologie médicale
L’oncologie médicale est une spé- cialité située au carrefour entre biologie du vivant (thérapies mo- léculaires ciblées, oncogénétique, immunologie), médecine trans- versale (prise en charge clinique multi-organes), soins de support et soins palliatifs. En pratique, l’internat permet avant tout de se former à la prise en charge des patients hospitalisés. Pour les patients en cours de chimio- thérapie, il s’agit essentiellement d’évaluer la tolérance du trai- tement, évaluer régulièrement l’évolution du cancer, s’assurer de l’absence d’événements nou- veaux qui contre-indiqueraient l’administration de la chimiothé- rapie prévue, adapter les doses de chimiothérapies, coordonner des soins au domicile, réaliser une évaluation multidisciplinaire (nu- tritionnelle, gériatrique, psycho- logique, sociale…). Les urgences en cancérologie sont particuliè- rement variées et dépassent lar- gement la neutropénie fébrile et l’embolie pulmonaire. Elles font souvent appel à des gestes in- terventionnels (endoprothèses, stomies, endoscopies…), en com- plément des gestes faits en salle par les internes : ponctions lom- baires, pleurales, d’ascite… Les activités de consultation en au- tonomie ou aux côtés d’un sénior se développent progressivement et permettent de se familiariser avec la prise en charge ambu- latoire et le suivi des patients. A côté de l’hospitalisation conven- tionnelle proprement dite, les activités d’hôpital de jour et de consultations permettent donc aux internes d’être en contact avec d’autres aspects de la dis- cipline et notamment l’activité ambulatoire. De plus, la prise en charge des patients en fin de vie nécessite une réelle exper- tise de l’oncologue médical tant pharmacologique que psycholo- gique. Les équipes mobiles de soins palliatifs se sont largement développées et sont d’une aide importante tant pour les patients que pour l’interne.

L’oncologie médicale se pra- tique en équipe, les décisions sont prises en réunions pluridis- ciplinaires (pathologistes, radio- logues, chirurgiens, radiothéra- peutes et spécialistes d’organe). L’étroite collaboration avec ces autres disciplines est une des ri- chesses de la spécialité.

En recherche clinique, les stan- dards thérapeutiques évoluent sans arrêt, et l’oncologie médicale française est l’une des rares spé- cialités à être à l’origine d’avancées internationales chaque année.

Tout ceci fait de l’oncologie mé- dicale une spécialité transversale et stimulante, riche sur le plan humain et scientifique, aux dé- bouchés variés (hospitalo-univer- sitaire, hospitalier, libéral, indus- trie pharmaceutique).

L’oncologie radiothérapie
La radiothérapie est une spé- cialité complète, innovante, pas- sionnante et souvent méconnu des étudiants en médecine. Le cancer est la première cause de mortalité chez l’homme et repré- sente un défis humain des plus passionnants sur le plan de la re- cherche clinique, translationnelle, fondamentale et humain bien sûr.

L’oncologie-radiothérapie est une discipline extrêmement dyna- mique (beaucoup de congrès d’émulation intellectuelle) qui né- cessite un apprentissage continu tout au long de la vie, un esprit curieux pour accumuler des connais- sances dans des domaines aussi pointu que l’oncologie-radiothé- rapie (curiethérapie, imagerie mé- dicale des cancers, radiobiologie, physique médicale, innovation des techniques permanente des accé- lérateurs de particules), en oncolo- gie médicale (chimiothérapie, thé- rapies ciblées, soins de support) et des bases dans tous les domaines participants à la prise en charge des patients atteints de cancer.

Au final : pubmed sera votre ami pour la vie et rien ne sera jamais acquis !

L’enseignement théorique
Durant les 3 phases, la maquette prévoit 2 demi-journées de formation par semaine : l’une en supervision et l’autre en autonomie. Dans la pratique, ces demi-journées sont rarement respectées…

Plusieurs ressources sont à votre disposition pour votre formation en autonomie :

Ceci est naturellement un listing non exhaustif des ressources disponibles en oncologie !

Les FST
Les FST, Formations Spécifiques Transversales, vous permettent de vous surspécialiser dans un domaine, aux côtés d’internes d’autres DES.

Elles ouvrent le droit à deux se- mestres au sein de terrains de stage agréés pour la FST, in- tégrés directement dans votre maquette de DES d’Oncologie parmi les stages libres, et un en- seignement théorique. Elles ne prolongent pas votre internat. En tant qu’interne d’oncologie, vous pouvez postuler aux FST suivantes :

  • Bio-informatique
  • Génétique
  • Pharmacologie
  • Soins palliatifs
  • Douleur
  • Expertise médicale

Les candidatures en FST doivent s’effectuer lors de la phase d’ap- profondissement de l’interne, sur vos stages libres. Vous devez can- didater en FST auprès de votre coordonnateur de DES. Un étu- diant peut présenter jusqu’à deux candidatures consécutives à une FST donnée.

L’étudiant confirme à son coordon- nateur de DES son vœu FST au plus tard deux mois après le début du semestre précédant celui pendant lequel il pourra suivre cette forma- tion. Les places sont limitées et définies par région par arrêté, le coordonnateur doit donc sélection- ner les étudiants entrants en FST.

En retour de FST, pour être ré- intégré au sein de sa promotion, l’interne garde son ancienneté et son classement. Il a la possi- bilité d’effectuer ses 2 semestres de FST d’affilée ou de les répartir au sein de sa phase d’approfon- dissement, après accord du pilote de la FST concernée.

Le Master 2
Les Master 2 attirent souvent un grand nombre d’internes en oncologie pour compléter leur formation en recherche. Vous pouvez opter pour les sciences fondamentales (cancérologie, immunologie, pharma- cologie, génétique…), les statistiques ou bio-informatique médicale, ou bien même l’éthique.

Pour plus d’infos, retrouvez sur le site de l’AERIO le guide du Master 2  : https://aerio-oncologie.org/aerio-masters-theses/aerio-masters/ Il sera bientôt réactualisé !

Article paru dans la revue “Association pour l'Enseignement et la Recherche des Internes en Oncologie” / AERIO n°01

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1652212690000