Revue de presse des actualités

Publié le 1706021265000

Nouveaux vaccins anti-VRS  : le début de la fin  ?

Le Virus Syncitial Humain (VRS) est un virus à ARN extrêmement contagieux responsable d’infections respiratoires hautes et basses potentiellement sévères.
S’il est surtout connu pour la bronchiolite du nourrisson avec 50.000 hospitalisations par an en France, la plupart chez des enfants de moins d’un an, le VRS touche aussi les personnes âgées et fragiles. Avec une incidence annuelle de 3 à 7 % des personnes de plus de 60 ans, une méta-analyse récente estimait à 470.000 hospitalisations et 33.000 décès hospitaliers en lien direct avec le VRS en 2019, en cumulant les données des États-Unis, Canada, Japon, Corée et des pays européens [1].

Véritable problème de santé publique, la recherche d’un vaccin anti-VRS a longtemps été ralentie par des difficultés d’identification de la protéine «  candidate  » capable d’induire une réponse vaccinale robuste.

Le tableau 1 reprend les différents vaccins autorisés ou en cours de développement pour la population de 60  ans et plus par plateforme vaccinale. Par ailleurs, des anticorps monoclonaux ont été développés et sont actuellement autorisés chez le nouveau-né (Nirsevimab en prévention et Palivizumab en traitement).

  Phase I Phase II Phase III Autorisation
européenne (EMA)
Vaccins protéiques VRS/métapneumovirus - particules
pseudovirales (Icosavax)
VRS protéine SH
(Immunovaccine VIB)
VRS protéine F
(NIH, NIAD, VRC)
VRS protéine G
(Advaccine biotechology)
  VRS protéine F
(GSK)
VRS protéine F
(Pfi zer)
Vaccins à ARNm VRS ARN (Sanofi)   VRS ARN (Moderna)  
Vaccins utilisant
des vecteurs viraux
  Adénovirus (Janssen) Métapneumovirus
(Bovarian Nordic)
 

Tableau 1 : Essais cliniques en cours évaluant des vaccins anti-VRS chez des patients de plus de 65 ans. Source Media Path.org

La protéine F du VRS, cible phare des vaccins anti-VRS

La figure 1 récapitule le mécanisme d’action des vaccins ciblant la protéine F.