Informations médicales : l’échographie pour tous

Publié le 1653327476000


Introduction et présentation de l’auteur

L’échographie, autrefois réservée exclusivement aux médecins radiologues, est en plein essor dans tous les domaines de la médecine.
Le Dr Pierre Mestoudjian a 38 ans, est médecin généraliste et échographiste à Avignon. Il exerce 2 activités distinctes : une activité d’échographie générale dans un cabinet de radiologie libérale et une activité de médecine générale à SOS Médecins.
Il est l’auteur du livre « l’échographie pour tous : apprentissage accéléré » publié chez Elsevier-Masson en 2020.
Il nous dévoile selon lui les bonnes raisons de se mettre à l’échographie et les erreurs à ne pas commettre pour débuter cette activité.


Dr Pierre Mestoudjian

7 bonnes raisons de se mettre à l’échographie

L’échographie est utile à tous
Chaque spécialité médicale a un intérêt précis pour faire de l’échographie. Il faut rappeler que tout médecin peut faire de l’échographie. Le médecin généraliste et l’urgentiste peuvent faire de l’échographie dans de multiples situations : confirmer un globe vesical, rechercher une thrombose veineuse profonde ou une dilatation des cavités pyélo-calicielles, confirmer la présence d’une lithiase de la vésicule biliaire, d’une adénopathie ou d’un nodule thyroïdien, etc.
Le médecin du sport peut faire des échographies musculo-squelettique pour recherche les tendinopathies de la coiffe de rotateurs, un épanchement articulaire, une aponévrosite plantaire superficielle, une tendinopathie d’Achille, une épicondylite… ou encore pour réaliser une infiltration sous guidage échographique.
L’endocrinologue peut faire lui-même des échographies thyroïdiennes et ses ponctions de nodule thyroïdien à l’aiguille fine.
Le gynécologue (ou médecin généraliste ou sagefemme) peut faire des échographies pelviennes à la recherche de kystes ovariens, de fibromes utérins, pour contrôler la pose d’un stérilet…
L’urologue peut faire les échographies rénales, vésicales et prostatiques pour rechercher les masses rénales ou kystes, mesurer un résidu-post mictionnel, évaluer le poids de la prostate, etc.
Le gastro-entérologue peut faire des échographies hépatiques et des voies biliaires pour rechercher de la stéatose, une lésion focale hépatique chez un patient cirrhotique, recherche de l’ascite…
Les indications sont innombrables et à la portée de tous les médecins.

Le prix des machines à été réduit par 50
Fini le temps des appareils d’échographie à 150000€, on peut maintenant avoir des appareils à 1500-2000 € pour les formes ultra-portables (une sonde polyvalente connecté au smartphone), un échographe avec tablette et plusieurs sondes pour 7000-8000 € environ, un échographe sur roulette et plusieurs sondes pour 10000 à 15000 €, et un échographe dernier cri « version radiologue » pour 60000 €. Les prix sont indicatifs, pour donner un ordre de grandeur et il existe un marché important d’occasion (sous garantie, vendus par les constructeurs, donc sans risque). Le prix n’est donc plus un frein infranchissable. Pour le prix d’un bel ordinateur, vous pouvez avoir un échographe. Cela était impossible il y a 10 ans. Et ce n’est que le début. Il faut donc prendre le train en marche !

Il existe des échographes légers et ultraportables
Tous les formats existent :

  • Les formats ultra-portables : il existe des sondes d’échographies qu’on peut brancher sur des smartphones et faire de l’échographie au chevet du malade en visite à domicile, en sortie SAMU, au lit du malade dans le service hospitalier ou encore au cabinet.
  • Des formats portables « tablettes + sondes » qui tiennent dans une sacoche transportable.
  • Des formats « ordinateurs sur roulette + sondes » déplaçables d’une pièce à l’autre sur pied à roulette.
  • Des formats « tour + sondes » : encombrantes, peu déplaçables. Ce sont les formats qu’on voit dans les cabinets de radiologie.

Des formations multiples adaptées à votre objectif existent
Actuellement, il existe plusieurs types de formations pour les étudiants ou médecins :

  • Des formations publiques universitaires avec quelques particularités dans chaque région :
  • DESU d’échoscopie et d’échographie appliquée à la médecine générale (1 an, initiation à tous les domaines de l’échographie).
  • DIU d’échographie générale (sur 2 ans, très complet, stages à faire) : vous pouvez remplacer les radiologues en échographie.
  • Des formations privées d’initiation ou de perfectionnement à l’échographie sur différents thèmes :
    Pour les débutants, vous avez des formations courtes possibles (Prep, Fast, EDU) pour avoir quelques bases théoriques et pratiques. Il y a encore des formations courtes plus spécifiques : urgences, échographie cervicale, échographie ostéo-articulaire, etc. On peut en trouver sur tous les thèmes de l’échographie. Cela dure entre 48h et 5 jours et vous approfondissez un thème.

Cela dépend de votre besoin et de votre objectif. 

Tout le monde peut faire de l’échographie y compris le personnel non médical
Dans de nombreux pays, l’échographie est pratiquée dans certains cas par des infirmières, ou manipulateurs en échographie. Il n’y a donc pas besoin de 10 ans de formation pour faire de l’échographie, c’est à la portée de tous.

Avoir une compétence en plus
L’échographie permet d’aller plus loin dans la démarche diagnostique : vous interrogez le patient, vous réalisez votre examen clinique et vous répondez à vos hypothèses diagnostiques immédiatement en faisant une échographie. Intellectuellement, c’est très intéressant et cela permet de varier votre activité médicale : activité clinique, activité d’échographie, activité de ponction ou d’infiltration sous guidage échographique… tout est possible.

A vous de choisir l’activité qui vous correspond le mieux.

Les actes d’échoscopie ou d’échographie sont rémunérés
L’acte d’échoscopie peut être coté c’est-àdire donner droit à une rémunération et l’acte d’échographie avec réalisation d’un compterendu écrit avec images peut aussi donner droit à une rémunération.

6 erreurs à ne pas commettre quand on débute en échographie

Croire qu’il faut 10 ans pour se former en échographie
Après une ou 2 courtes formations pratiques, et un livre on peut débuter l’échographie.

Se noyer dans des livres trop complexes et trop théoriques
Le piège est de commencer par des livres trop complets et d’acheter des livres de 300 pages sur l’échographie testiculaire alors qu’on est débutant en échographie.
Dans mon livre, j’ai voulu ne garder que l’utile pour la pratique : le livre est inspiré du principe de Pareto (80/20) : donner au lecteur les 20 % d’informations qui lui permettent de faire 80 % des échographies.

Abandonner après avoir lu 300 pages de physique des ultrasons
On y a droit dans toutes les formations d’échographie pour les débutants. Sauf exception, la physique des ultra-sons est un enfer pour 95 % des gens qui démarrent l’échographie. C’est nécessaire d’en comprendre les bases, mais il est inutile d’être physicien pour être échographiste. J’ai donc voulu résumer ce chapitre « bases physiques » difficilement digeste à 5 pages dans mon livre.

Par exemple dans les cours du DIU d’échographie générale, il y a un diaporama de 2000 diapositives sur le sujet.

L’échographie ne se résume pas à la physique des ultrasons. Ouf !

Penser qu’il faut tout connaître pour démarrer l’échographie
Il y a toujours des choses qu’on ignore en médecine. Personne ne connaît tout sur tout. Bien connaître l’écho-anatomie normale représente 50 % du travail de l’échographiste. C’est comme pour l’analyse d’un ECG, vous ne savez pas tout et vous en interprétez tous les jours. Lorsque vous faîtes votre première garde aux urgences ou votre premier remplacement en libéral, vous exercez alors que vous ne connaissez pas tout. Pour la première échographie c’est le même principe !

Croire que le machine d’échographie est d’une grande complexité
Le fonctionnement de votre smartphone est cent fois plus complexe qu’un appareil d’échographie. Il y a 7 « boutons » ou touches de l’appareil à connaître pour faire 99 % des échographies.

Le chapitre 2 du livre intitulé « les 7 boutons indispensables ou boutonnologie » vous guidera pas à pas dans l’utilisation d’un échographe. C’est en réalité très simple.

Apprendre les choses rares pour démarrer l’échographie
Apprendre la tumeur testiculaire que vous verrez une fois dans votre vie n’a aucun intérêt alors que connaître les 7 pathologies les plus fréquentes en échographie scrotale me semble pertinent pour débuter.  J’ai rassemblé dans mon livre les informations les plus utiles pour la pratique et les pathologies les plus fréquentes.

Apprendre des notions d’échographie et ne pas pratiquer
C’est une erreur fréquente : faire une formation d’échographie et ne plus pratiquer pendant quelques mois. Si vous faîtes ça, vous oubliez tout. Il faut donc rapidement soit faire un stage où il y a un échographe, soit investir dans un appareil d’occasion ou louer, ou faire régulièrement des journées dans le public ou le privé pour se former, etc.

Plus vous utiliserez la sonde d’échographie plus vous progresserez rapidement. 

Conclusion
L’échographie une activité dans la parfaite continuité de l’examen clinique, à la portée de tous, de plus en plus abordable financièrement, passionnante, touchant tous les domaines de la médecine, donnant droit à une rémunération. Son développement est en train de s’accélérer dans toutes les branches de la médecine : le médecin de demain sera échographiste et l’échographie pour tous !

Dr Pierre MESTOUDJIAN

Article paru dans la revue “Le Bulletin des Jeunes Médecins Généralistes” / SNJMG N°28

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1653327476000