FST de PMA en gynécologie obstétrique, Retour sur expérience

Publié le 02 Feb 2023 à 17:14
#chirurgien
#Gynécologue-obstétricien
#Gynécologue médical

 

FST de PMA en gynécologie obstétrique, Retour sur expérience

Depuis l’installation de la nouvelle réforme de l’internat , l’accès aux FST (Formation Spécifique Transversale) semble être plus compliqué et notamment pour les spécialités chirurgicales comme la gynécologie obstétrique.

Les FST sont des formations complémentaires accessibles depuis plusieurs DES. Elles per- mettent d'orienter sa pratique future mais les compétences acquises au cours de ces formations ne pourront être exercées que dans le cadre du DES d'origine.

Les FST accessibles en gynécologie obstétrique sont celles de : cancérologie ; expertise médicale et préjudice corporel ; fœtopathologie ; médecine et biologie de la reproduction et andrologie.

Certaines FST comportent des contraintes importantes parfois peu compatibles avec la réforme (réalisation d’un semestre en radiothérapie et d’un semestre en oncologie médicale pour la FST de cancérologie par exemple).

Emma peux-tu te présenter brièvement ?
Je m’appelle Emma, Je suis interne de gynéco- logie obstétrique à Nantes. Je suis actuellement en master 2 entre mes deux années de Docteur junior et donc je fais partie de la première pro- motion de docteur junior, et de la mise en place des FST.

 Quand as-tu commencé à vouloir te spé- cialiser en PMA ?
Je ne sais pas comment l’expliquer mais j’ai toujours su que je voulais faire de la PMA. J’ai choisi la gynécologie pour cette raison. En ce qui concerne la gynécologie obstétrique vs la gynécologie médicale, mon choix c’était tournée vers l’obstétrique car je souhaitais me former également aux prises en charge chirurgicale.

C’est donc assez tôt dans mon internat que j’ai commencé à en parler afin de réussir à plani- fier mon parcours. J’avais notamment pris un RDV en deuxième semestre avec le professeur responsable de la médecine de la reproduction dans mon centre afin de lui exposer mon projet.

Dans certain centres, vouloir se spécialiser en PMA en tant que gynécologue-obstétricien peut être difficile. J’ai souvent entendu que la gynécologie obstétrique n’était pas forcément la voie la plus compatible avec mon projet. Ce qui est difficile avec notre internat, c’est la potentielle concurrence avec les gynécologues médicaux qui eux n’ont pas de repos de garde ou moins d’activité de service. Pour un service de PMA, la présence d’un gynécologue obsté- tricien est potentiellement « moins » rentable avec une perte en potentiel de consultation par exemple.

Par chance, j’ai eu des encadrants qui m’ont soutenue dans cette voie et notamment des exemples de gynécologues obstétriciens (au sein même du CHU) qui ont une activité de procréa- tion médicalement assistée très intéressante et variée associée à une activité chirurgicale com- plémentaire (cœlioscopie chirurgie tubaire, hystéroscopie, etc.). Je tiens quand même à dire que c’est probablement dépendant du centre.

Comment as-tu entendu parler de la FST ? et quand as-tu débuté les démarches ?
Avant mon internat, j’avais la notion de l’exis- tence du DESC de l’ancienne réforme. Avec la nouvelle réforme, nous ne savions pas vraiment à quoi s’attendre et surtout quand et comment seront mises en place les FST.

Dès l’annonce de la FST de PMA lors de mon 3ème semestre j’ai postulé immédiatement.

Dans mon centre, les démarches étaient plutôt simples. La sélection en revanche était importante avec environ une dizaine de candidats pour seulement 3 places disponibles.

Mon année, nous étions un gynéco-Med, un urologue et moi.

Est-ce que l’intégration de la FST à ton parcours a été compliquée ? et comment il a été pris en charge par tes encadrants ?
Pour valider la FST de PMA, il faut avoir réa- lisé 2 semestres dans des services validant la FST de PMA (Stage de PMA gynéco, Stage uro- logie/andrologie, stage biologie médecine de la reproduction). Avant mon année de Docteur junior j’avais réalisé déjà un stage de PMA en gy- nécologie et également un de mes stage hors filière en urologie (en binôme avec un chirur- gien spécialisé en andrologie), donc mes deux semestres étaient théoriquement validés. Nous avons beaucoup discuté de ne pas considérer mon stage d’urologie comme un stage validant pour la FST, afin de me permettre de réaliser un second stage de PMA en gynécologie. Je trou- vais ça pertinent de poursuivre ma formation en PMA, car contrairement aux gynécologues médicaux qui font 3 voire 4 semestres de PMA pendant leur internat, je n’avais pas forcément cette opportunité en réalisant une année com- plète de docteur junior avec une activité mixte.

Donc, grâce au soutien de mes encadrants j’ai pu diviser ma première année de docteur ju- nior en 6 mois / 6 mois avec 6 mois en stage de PMA et 6 mois en tant que DJ au sein du CHU de Nantes avec une activité mixte obstétrique/ chirurgie.

Les enseignements étaient intéressants ?
Oui, j’ai trouvé les cours super intéressants ! Malheureusement, post Covid tous les cours
étaient en Visio sur la base de 2 semaines de cours, répartis sur 2 ans. Les cours sont natio- naux et non par centre.

La première session était une session commune pour les cliniciens et les biologistes et abordait plutôt des généralités et des bases nécessaires.
La seconde session était séparée (cliniciens/ Biologistes) avec des notions plus spécifiques à notre pratique.

 Que conseillerais-tu aux internes qui souhaitent réaliser la FST de PMA ?

Je conseillerais de s’y prendre assez tôt dans l’internat et réussir à axer son internat assez rapidement. Par exemple, je ne savais pas quand j’allais avoir accès aux stages en fonc- tion des internes des années supérieurs et des gynécologues médicaux. J’ai dû faire des conces- sions sur certains stages, comme certains stages de chirurgie accessibles qu’en fin d’internat afin de pouvoir réaliser mes stages de PMA. Il faut être conscient qu’il y a des sacrifices à faire (en fonction de son classement aussi bien sûr). Il faut savoir aussi présenter à ses encadrants le projet assez tôt afin qu’ils puissent appuyer les différentes démarches et aménagements

Quelle est ton opinion générale sur la FST / sur la réforme vs DESC avant ?
Je n’ai pas connu l’ancienne réforme et le DESC mais de souvenir à Nantes il consistait en 1 semestre de PMA avec durant l’assistanat 1 journée par semaine de PMA.
J’ai l’impression que la FST est beaucoup plus claire, beaucoup plus cadrée que l’était le DESC. Le DESC imposait un nombre assez faible de stage, la FST en revanche a permis de vraiment flécher les parcours. Cela nous permet d’avoir accès à des stages de PMA dont l’activité est très complète (consultation/ échographie / ponction / chirurgie).

Cela m’a permis notamment d’instaurer une relation de confiance avec les praticiens du service (car j’ai pu y faire plusieurs stages), et ils ont pu m’accorder progressivement de plus au plus d’autonomie.

Globalement, le début a été plus difficile car c’était le tout début de la réforme et j’ai tâton- né le temps que tout se mette en place. Je n’ai pas vraiment l’impression qu’en gynécologie obstétrique la FST est beaucoup plus uniformi- sante entre les internes et entre les centres.

 Comment envisages-tu ta pratique future ?

J’aimerais conserver mon activité obstétricale et participer au fonctionnement de service (salle de naissance, service de gynécologie) mais orienter ma pratique quotidienne vers la PMA classique associée à de la chirurgie (Myomec- tomie, Hystéroscopie, cœlio explo / tubaire). Pourquoi pas intégrer aussi la chirurgie robotique, notamment dans la chirurgie de préservation de fertilité, ou sur la prise en charge des isth- mocèles.

 Je tiens à remercier Emma pour ses réponses très intéressantes, si jamais vous avez réalisé une autre FST comme celle de cancérologie et que vous souhaitez témoigner afin de nous exposer votre parcours (difficulté ou non due à la réforme), n’hésitez pas à contacter l’AGOF.

 

 

 

Emma Loiseau,
Interne de gynécologie obstétrique,
CHU de Nantes

Article parue dans la revue “Syndicat National des Gynécologues Obstétriciens de France” / AGOF n°24

 

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1675354474000