Bonnes nouvelles !

Publié le 1707292823000
Article paru dans la revue « ISNI / ISNI » / ISNI N°31


Santé mentale : Réouverture de la ligne d’écoute nationale

L’ISNI est heureuse de vous annoncer la réouverture de la ligne d’écoute nationale à destination des étudiants, anonyme et gratuit, disponible du lundi au vendredi de 10h à 21h et le samedi de 10h à 14h. Ce numéro est géré par la Coordination Nationale d’Accompagnement des étudiants et étudiantes en santé (CNAES). f 0800 737 800

  • Une ligne d’écoute et de soutien pour tout problème : dépression, burn out, anxiété, harcèlement, violence sexuelle et sexiste, discrimination, mais aussi problème personnel, expérience professionnelle mal vécue.
  • Un accompagnement et suivi des appelants par les professionnels spécialisé de l’association « En avant toutes ».
  • Une réorientation si besoin et à la demande vers des ressources locales du réseau de la CNAES et de nos réseaux propres vers les syndicats locaux ou les structures SOS locales, spécifiquement pour les internes.
  • Une aide dans les signalements et les procédures administratives et pénales.

Ne restez pas seuls. Vous avez le droit de vous faire aider !

SOS - Santé mentale des internes

Les sujets relatifs à la santé mentale des internes t’intéressent ? Tu veux t’investir pour la santé mentale de tes collègues ? Nous lançons le projet SOS : un système de soutien téléphonique entre paires, pour pouvoir parler à un autre interne qui sera à même de t’écouter tout en comprenant ce que tu vis, avec une formation spécifique et un encadrement par des psychologues. Ouvertes aux internes de toutes spécialités, ces structures existent déjà dans certaines subdivisions et cherchent des bénévoles !

Donc que tu veuilles rejoindre ton SOS local, le créer ou t’investir sur le plan national, envoie un mail à Juliette Danckaert, notre VP Prévention et santé mentale, à [email protected]

La revalorisation des gardes enfin pérennisée

L’ISNI, aux côtés de l'Isnar-IMG et de la FNSIP-BM a obtenu la pérennisation de la majoration de 50 % du montant des indemnités des gardes de nuit. Cette revalorisation des gardes avait été mise en place pour tous les praticiens hospitaliers au 1er juillet 2022 suite à la mission fl ash sur les urgences et les soins non programmés. Elle devait prendre fi n pour les internes au 1er janvier 2024. « Après avoir martelé cette demande au ministère à chaque rendez-vous, nous avons enfin été écoutés ! », se félicite Guillaume Bailly, président de l’ISNI. D’un autre côté, il rappelle que l’ISNI reste mobilisé au sujet des astreintes qui n’ont toujours pas été revalorisées. Cela représente un progrès important dans la valorisation de la contribution et des compétences des internes au sein du système de santé.

Prime pouvoir d’achat agent public : L’ISNI obtient gain de cause

L’ISNI obtient gain de cause pour l’attribution aux internes de la prime pouvoir d’achat exceptionnelle, versée en octobre à tous les agents publics. Cette prime s’étale de 300 euros à 800 euros sur conditions de ressources. Bien que les internes aient été initialement exclus de ce dispositif, l’ISNI a insisté lors de ses rencontres institutionnelles, sur la nécessité de traiter les internes comme les autres agents publics, leur assurant ainsi les mêmes avantages et reconnaissances. Pour formaliser cette avancée, un décret devrait être publié début 2024, officialisant l'extension de cette mesure aux internes en médecine. Cette mesure marque un progrès notable dans la reconnaissance et le soutien financier des internes en médecine.

Enquête sur le décompte horaire du temps de travail des internes

L’ISNI (avec l’Isnar-IMG et la FNSIP-BM) a déposé 28 plaintes auprès de CHU qui ne respectaient pas le décompte horaire du temps de travail des internes. Une précédente enquête montrait que 70 % des internes dépassaient les 48 heures légales par semaine. 1100 internes ont répondu à une nouvelle enquête sur la même thématique afin de juger si la situation a évolué. Cette nouvelle enquête – dont les résultats seront publiés courant 2024, permettra également de savoir ce que les internes attendent de ce décompte horaire  : souhaitent-ils valoriser les heures supplémentaires ? Ces heures sup doivent-elles mener à un repos en plus ? Est-il prioritaire d'ouvrir des postes aux spécialités qui font le plus d'heures afin d'équilibrer la charge de travail ?