Avec 5 ans de recul, l’étude Zuma-1 conforte le bénéfice d’AXI-CEL dans les DLBCL réfractaires

Publié le 1712232941000
Article paru dans la revue « AIH-Revue Sang » / AIH Sang N°1


Five-year follow-up of ZUMA-1 supports the curative potential of axicabtagene ciloleucel in refractory B-cell lymphoma.

Neelapu SS, Jacobson CA, Ghobadi A, et al. Five-year follow-up of ZUMA-1 supports the curative potential of axicabtagene ciloleucel in refractory large B-cell lymphoma. Blood. 2023;141(19):2307-2315.

Axicabtagene ciloleucel (Axi-cel), a été approuvé initialement pour les lymphomes B diffus à grandes cellules en rechute/réfractaire (DLBCL R/R) après ≥2 lignes de traitement (actuellement en accès précoce dès la 2ème ligne sous certaines conditions), sur la base de l’étude princeps ZUMA-1. L’efficacité, la survie, la sécurité et la durabilité de la réponse d’Axi-cel chez des patients atteints de DLBCL R/R dans le cadre de la phase 2 de ZUMA-1 après 5 ans de suivi, ont été rapportées dans cet article.

Le taux de réponse globale évalué par l’investigateur était de 83 % (n = 84 ; IC à 95 %, 74-90) et le taux de réponse complète de 58 % (n = 59). Avec un suivi médian de 63,1 mois (intervalle : 58,9-68,4), la durée de réponse était en médiane de 60 mois. La survie globale médiane chez les patients traités était de 25,8 mois (IC 95 %, 12,8-NE). Le taux de survie globale à 5 ans était de 42,6 % (IC 95 %, 32,8-51,9 ; figure 2) et de 64 % chez ceux ayant obtenu une rémission complète (RC).

Figure 2 : Survie globale (OS) en fonction du temps (mois)

Des syndromes de relargage cytokiniques (SRC) sont survenus chez 94 patients (93 %), avec des cas de grade ≥3 chez 11 patients (11 %). Des événements neurologiques sont survenus chez 65 patients (64 %), avec des événements de grade ≥3 chez 30 patients (30 %). Aucun nouveau signal de sécurité ni aucune tumeur maligne secondaire n’ont été signalés chez les patients traités par Axi-cel.

Parmi tous les patients ayant reçu un traitement, 59 (58 %) sont décédés (tableau 1), principalement en raison de la progression de la maladie (n = 45). La plupart des décès sont survenus au cours de la première année suivant la perfusion (n = 40). 4 patients participant à l’étude sont décédés en raison d’un effet indésirable (dont 2 estimés comme reliés à Axi-cel par l’investigateur).

n (%) N = 101            
Total Année 1 Année 2 2 Année 3 Année 4 Année 5 Année >5
Patients décédés 59 (58) 40 (40) 10 (10) 4 (4) 3 (3) 1 (1) 1 (1)
Cause principale du décès              
Maladie évolutive 45 (45) 32 (32) 9 (9) 3 (3) 0 1 (1) 0
Effets indésirables† 4 (4) 3 (3) 1 (1) 0 0 0 0
Malignité secondaire 1 (1) 0 0 0 0 0 1 (1)
Autres‡ 9 (9) 5 (5) 0 1 (1) 3 (3) 0 0

†Deux événements n’avaient pas de relation causale (septicémie et embolie pulmonaire), et 2 événements étaient liés à l’axi-cel (lésion cérébrale due à un arrêt cardiaque et syndrome d’activation macrophagique).

‡ Les événements comprenaient une infection (n = 3), un arrêt cardiaque (n = 2), une nocardiose pulmonaire (n = 1), une septicémie (n = 1), des complications d’une allogreffe pour un SMD lié à un traitement antérieur non lié à axi-cel (n = 1) et inconnu (n = 1).

Tableau 1 : Nombres et étiologies des décès par année post-injection

Cette analyse actualisée à 5 ans de la cohorte de phase 2 de ZUMA-1 démontre le maintien de la durabilité de la réponse et de la survie à long terme chez les patients atteints de DLBCL réfractaire, sans nouveaux signaux de sécurité.

Le profil de sécurité d’Axi-cel était similaire aux rapports précédents, et aucun événement grave lié à Axi-cel n’a été observé au-delà de l’analyse à 2 ans. Le profil pharmacocinétique d’Axi-cel suggère, comme les données initiales, que la réponse à 5 ans semble associée à une expansion précoce des cellules CAR T (figure 3).