Ville de Plaisir

public - 2 - Professions médicales

Créé le 1518613319 à 1518613319 PAR M. Perrin Charles

Ville de Plaisir

Bienvenue sur le réseau social professionnel reseauprosante.fr de la ville de Plaisir en région Île-de-France

 


Plaisir est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France. Elle est située dans la grande banlieue ouest de Paris, à 30 km de la Porte d'Auteuil et à 13 km à l'ouest de Versailles, dans la plaine de Versailles. C'est la septie commune des Yvelines avec une population d'environ 32 000 habitants composée d'une population jeune et active avec 30% de ses habitants ont moins de 19 ans et son taux de chômage n'est que de 8,2% avec plus de 50% d'actifs. La commune possède un cadre de vie agréable en raison des caractéristiques de son territoire dont la moitié est constitué de forêts et de terres agricoles (ce qui en fait une ville à la campagne).

Rapide historique

Plaisir est un très vieux village qui fut certainement habité dès les temps préhistoriques. Mais il faut remonter au début de notre ère pour y détecter les premières traces d’une présence humaine, à La Boissière. Depuis son origine, le nom de la commune est synonyme de bien-être. Issue du latin placere, qui signifie plaire, la douce appellation de notre ville fut sans nul doute choisie en référence à l’aspect plaisant du lieu. Niché au creux d’une cuvette, à la jonction de deux ruisseaux - le ru Maldroit et le ru Sainte-Apolline - et protégé par la forêt, ce village offrait "une situation vitale et sécurisante, naturellement propice à l’installation", comme l’écrit l’historien Henri Vigot, dans son ouvrage Plaisir, des Carnutes aux Franciliens. Le prieuré, autour duquel fut bâti le village, daterait du VIIIe siècle . Une inscription latine au-dessus d’une grille en face de la mairie-annexe nous renseigne en indiquant : "Hic fuit benedictorum Prioratus" ("ici, il y eut un prieuré de bénédictins"). En 1894-1895, le propriétaire des lieux rase la plupart des anciens bâtiments et y fait construire la maison bourgeoise qui abrite l’hôtel de Ville depuis 1971.

À l’époque féodale, Plaisir faisait partie de la seigneurie du bourg voisin, Neauphle-le-Château. Cette baronnie, longtemps rattachée au duché de Bretagne, passa à la couronne de France sous François 1er. En 1537, il disposa du fief de Neauphle-le-Château-Plaisir en faveur de sa maîtresse, Anne de Pisseleu. Le dernier seigneur de Plaisir fut Louis-Hercule Timoléon de Cossé Brissac, commandant de la garde de Louis XVI.

Patrimone bâti

Son patrimoine bâti témoigne encore de ce passé riche (présence d'une église du XIIe siècle entièrement rénovée et d'un vaste parc avec son château du XVIIe siècle).
Élevée au XIIIe siècle, l’église Saint-Pierre avec ses deux autels devint le centre de la vie paroissiale rurale ; autre monument, le château, édifié par Le Tellier, quatre siècles plus tard.
À la fin du XVIIIe siècle, le territoire s’étend sur 1980 ha, surface qui demeurera identique jusqu’en 1984. La population avoisine le millier d’habitants, répartis dans les sept hameaux que compte la commune : la Bretéchelle, la Boissière, le Buisson, la Chaîne, le Village, les Petits-Prés et les Gâtines.
En 1862, Plaisir ouvre une page nouvelle de son histoire qui laisse présager un développement autre que l’agriculture. L’apparition d’une ligne de chemin de fer ainsi que l’installation d’un dépôt de mendicité, qui deviendra rapidement un asile départemental pour toute la Seine-et-Oise, vont définitivement transformer le tissu socio-économique local.
La fin du siècle est marquée par une décennie de grands projets et de chantiers parmi lesquels l’aqueduc de l’Avre - qui amène les eaux de l’Eure et de l’Avre vers le réservoir de Saint-Cloud de la ville de Paris - l’installation du bureau de poste et d’une gendarmerie, la construction d’un groupe scolaire aux Gâtines.

XXe siècle

Plus tard, sous le poids de la région parisienne qui prolifère, Plaisir basculera du monde rural au milieu urbain. Au début des années 70, elle intègre la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines qu'elle quittera en 1983 en cédant la Clef-de-Saint-Pierre à Élancourt et Trappes. Entre 1960 et 1974, la population est multipliée par quatre. Plaisir prend son essor économique avec l’installation d’entreprises florissantes : Hesnault en 1961, Bertin en 1963, Decaux en 1972 et Auchan en 1975. Les résidences se mettent aussi à pousser comme des champignons. Dans les années 60 apparaissent les domaines des Gâtines, de la Boissière puis de la Bataille. À partir de 1970, on distingue les Ébisoires, le Petit Bontemps, le Valibout, la résidence Gabrielle, la Haise, le Vieux Moulin puis l’Aqueduc de l’Avre, construit à partir de 1985. Depuis le début des années 2000, la Ville maîtrise son urbanisation pour préserver la richesse de son patrimoine agricole et forestier.

La santé sur la ville de Plaisir

Fondé en 1862, l’Hôpital de Plaisir Grignon (aussi connu sous le nom d'Hôpital Gérontologique et Médico-Social de Plaisir), né de la transformation de l’hôpital Départemental des Petits Prés, connaît une médicalisation croissante depuis l’ouverture de son premier service de médecine en 1969. L’Établissement participe aux journées du patrimoine en partenariat avec la ville de Plaisir. La restructuration dynamique de l’établissement se poursuit par la construction du Centre de Médecine Gériatrique (144 lits et places) en 2017.

Ouvert à l'été 2017, il permettra d’accueillir dans les meilleures conditions les patients de médecine gériatrique polyvalente et de psycho-gériatrie cognitive en hospitalisation complète, en hospitalisation de jour et en consultation.

Aujourd’hui l’établissement comprend un secteur sanitaire, un secteur d’hébergement pour personnes âgées, un secteur d’hébergement pour adultes handicapés et pour enfants de 6 à 14 ans (2 Externats Médicaux Pédagogiques de St Cyr et Plaisir). L'Hôpital Gérontologique et Médico-Social de Plaisir a une capacité d’accueil de 999 lits et places. C'est un hôpital dynamique (1100 salariés, un budget d’exploitation de 72 millions d’euros, 13 hectares d’espaces verts, 2400 repas servis par jour, 1 tonne de linge lavé par jour). L'établissement de santé est en direction commune avec le Centre Hospitalier Jean-Martin Charcot) depuis janvier 2014.

En réponse à la dégradation de l'offre de soins sur le territoire et en partenariat étroit avec le Département des Yvelines, l'Institut de promotion de la santé de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin en Yvelines, l'ARS et URPS, le Centre Hospitalier de Plaisir (regroupant depuis le 1er janvier 2018 l’hôpital Charcot et l’hôpital gérontologique médico-social), la ville de Plaisir a pris plusieurs décisions fortes en :
 construisant une maison de santé pluridisciplinaire en cœur de ville, adossée à une PMI ;
— réservant des cellules immobilières destinées à des cabinets médicaux ;
— en implantant sur le centre hospitalier une maison médicale d’urgence fruit d’un partenariat local ;
— en ouvrant une nouvelle maison médicale privée à proximité du Centre commercial régional et de l’une des gares accompagnée par la ville.


Mairie de Plaisir
2, rue de la République
BP 22
78375 Plaisir Cedex
tél. : 01 30 79 62 00
courriel : [email protected]
site Internet : https://ville-plaisir.fr/