Le Centre de Rééducation IMC Reims (CRM-IMC)

Ets' publics Marne (51)
Présentation Emploi Actualités Images Membres (2) Vidéos
À propos

IEM CRM-IMC du Val de Murigny

(Reims)
Établissements Enfance

Histoire


C’est au milieu des années 70 que l’association, soutenue par des médecins hospitaliers rémois et des personnalités locales, élabora un projet d’établissement spécialisé pour enfants.
Le IEM CRM-IMC du Val de Murigny ouvrit ses portes le 5 octobre 1978 au 42 avenue Edmond Michelet à Reims.
Sa situation géographique lui permet de bénéficier des transports urbains et des transports adaptés (Trëma) ainsi que de la dynamique culturelle et de loisirs
développée par la ville. Grâce à sa proximité avec le CHU, des groupes scolaires et des maisons de quartier, l’établissement s’inscrit dans un réseau et des
partenariats de santé, d’éducation et de formation.
Fort de plus de 30 ans d’expérience, l’établissement est agréé, au titre des Annexes 24 bis, pour accueillir 61 enfants et adolescents, âgés de 3 à 20 ans et
présentant un handicap moteur avec ou sans troubles associés.

Public accueilli


Identifier la population accueillie constitue un préalable essentiel à toute action d’accompagnement.

L’atteinte de la motricité est le dénominateur commun aux différentes situations de handicap accompagnées au sein de l’établissement mais pas seulement. Une large part de la population accueillie présente des troubles associés perturbant fortement les apprentissages de toute nature.

Présentation du public accompagné

Les types de déficience


 La déficience motrice


La déficience motrice recouvre l’ensemble des troubles pouvant entraîner une atteinte partielle ou totale de la motricité, notamment des membres
supérieurs et/ou inférieurs (difficultés pour se déplacer, conserver ou changer une position, prendre et manipuler, effectuer certains gestes).

Les causes peuvent être très variées : lésions périnatales, maladie acquise ou génétique, malformation congénitale, traumatisme dû à un accident.
 
 La déficience intellectuelle
 La déficience auditive
 La déficience visuelle
 Le Pluri- handicap
Le pluri-handicap est l’association d’atteintes motrices et/ou sensorielles de même degré, ce qui ne permet pas de déceler l’une plutôt que l’autre
en déficience principale. La surdi-cécité (sourds-aveugles) tient une place particulière dans ce type de handicap.
 Le Polyhandicap
Le polyhandicap est un handicap grave à expressions multiples, dans lequel une déficience mentale sévère et une déficience motrice sont
associées à la même cause, entraînant une restriction extrême de l’autonomie.

Les personnes polyhandicapées ont besoin de l’assistance constante d’une tierce personne pour tous les actes de la vie quotidienne.

Les troubles spécifiques
 Les troubles neuropsychologiques
Les troubles neuropsychologiques sont ceux qui peuvent affecter les fonctions cognitives comme la mémoire, la capacité d’attention ou le langage.

Ils peuvent gêner les capacités d’autonomie, la vie sociale et professionnelle.
o Troubles de l’attention
o Troubles de la mémoire
o Trouble spécifique du langage oral  
o Troubles praxiques
o Troubles visuo-spatiaux

o Troubles des fonctions exécutives
o Troubles du langage écrit : dyslexie et dysorthographie
o Troubles du calcul et dyscalculie
 Les troubles psychoaffectifs
o Fluctuation de l’humeur
o Anxiété/dépression
o Difficulté de régulation émotionnelle
o Difficulté relationnelle
 L’épilepsie
 L’atteinte sensorielle
o Déficience visuelle
o Déficience auditive
 Les troubles somatiques
o Troubles de la nutrition
o Troubles de la fonction respiratoire
o Troubles de l’élimination
o Troubles trophiques (peau et tissus adjacents)

Ces troubles peuvent entrainer d’autres troubles comme les troubles du sommeil qu’il est aussi important de prendre en compte dans notre
accompagnement.
Le(s) Handicap(s) Rare(s)
L ’arrêté du 2 août 2000 relatif à la définition des handicaps rares en référence à l’article 3 de la loi du 30 juin 1975, alors encore en vigueur, a apporté une
définition des handicaps rares au travers de deux articles :
 L’article 1 indique que le handicap rare « correspond à une configuration rare de déficiences ou de troubles associés, incluant fréquemment une
déficience intellectuelle, et dont le taux de prévalence ne peut être supérieur à un cas pour 10 000 habitants. Sa prise en charge nécessite la mise en œuvre de protocoles particuliers qui ne sont pas la simple addition des techniques et moyens employés pour compenser chacune des déficiences considérées ».
 L’article 2 précise que « sont atteintes d’un handicap rare, tel que mentionné à l’article 1er, les personnes présentant des déficiences
relevant de l’une des catégories suivantes :

1. l’association d’une déficience auditive grave et d’une déficience visuelle grave ;
2. l’association d’une déficience visuelle grave et d’une ou plusieurs autres déficiences ;
3. l’association d’une déficience auditive grave et d’une ou plusieurs autres déficiences ;
4. un trouble du langage oral grave associée ou non à une autre déficience ;
5. l’association d’une ou plusieurs déficiences graves et d’une affection chronique, grave ou évolutive ».

Mission
 Les missions de l’établissement telles que décrites par le CASF (art. D312-61) comprennent :
 L’accompagnement de la famille et de l’entourage habituel de l’enfant ou de l’adolescent ;
 La surveillance médicale, les soins, le maternage et l’appareillage adapté ;
 L’éducation motrice ou les rééducations fonctionnelles nécessaires ;
 L’éveil et le développement de la relation entre l’enfant et son entourage selon des techniques éducatives ou palliatives, notamment dans le
domaine de la locomotion et de la communication ;
 L’établissement pour chaque enfant, adolescent ou jeune adulte, d’un projet individualisé d’accompagnement prévoyant :
o L’enseignement et le soutien assurant la mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation et permettant à chaque enfant de réaliser, en référence aux programmes scolaires en vigueur, les apprentissages nécessaires ;
o Des actions d’éducation adaptée tendant à développer la personnalité et l’autonomie sociale et utilisant autant que faire se peut les moyens socio-culturels existants ;

 L’élaboration d’un projet d’établissement à visée pédagogique, éducative et thérapeutique précisant les objectifs et les moyens mis en œuvre pour
assurer cet accompagnement.
En d’autres termes, l'établissement assure la réalisation des missions suivantes :

Élaborer avec  ;enfant et sa famille le projet individualisé accompagnement qui qui vise au développement optimal du jeune sur les plans moteur, cognitif, affectif et social.
 Octroyer à enfant et sa famille un accompagnement global relatif à ;appréhension de la situation de handicap et à l'adaptation à ses conséquences :

Rôle  ;information (sur la pathologie en terme médical, sur les troubles associés...), d’accompagnement administratif, technique,
psychologique, éducative.
 Favoriser inclusion des jeunes en situation de handicap moteur dans la vie de la cité en développant une ouverture vers  extérieur et en sensibilisant les différents partenaires (écoles, lieux culturels, commerces, administrations...).

Mode d'accueil & d'accompagnement

Le CRM a une capacité d’accueil de 49 places en semi-internat, du lundi au  vendredi de 8h45 à 16h30, et de 12 en internat de semaine (du lundi au vendredi). Les temps d’accueil peuvent être modulés en fonction du projet de l’enfant, en accord avec la famille et après notification de la MDPH.
L’établissement est ouvert en moyenne 210 jours par an, selon un calendrier qui tient compte, pour partie, des vacances scolaires de l’Education nationale.

Suggestions de groupes