Yoga et Grossesse

Publié le 02 Feb 2023 à 16:58
#chirurgien
#Europe
#Bien-être
#Gynécologue-obstétricien
#Gynécologue médical

Yoga et Grossesse

Qu’est-ce que le Yoga ?
Il existe de nombreuse définition du yoga. Cette pratique peut être décrite comme un sport, un art de vivre ou même une philosophie. L’origine du yoga et son ancienneté n’est pas consen- suelle mais on retrouve les premières descrip- tions (bien éloignés des pratiques occidentales actuelles) entre le IIème Siècle av. J.C. et le Vème Siècle av. J.C. en Inde. C’est une activité qui combine à la fois des exercices de respiration, de la relaxation et des exercices posturaux.

Le yoga au cours de la grossesse

Depuis quelques années, le nombre de cours de yoga prénatal à France a drastiquement aug- menté. Ces cours s’avèrent être presque incon- tournables dans l’offre des studios de yoga.

On sait maintenant que le stress, l’anxiété ou la dépression sont associés à un risque augmenté de prématurés, des petits poids de naissance jusqu’à des risques neurodéveloppementaux. Parmi les moyens pendant la grossesse per- mettant d’améliorer ces issues chez les femmes enceintes on retrouve par exemple, les cours de préparation à l’accouchement ou l’activité physique. Plus spécifiquement, les études sur le yoga prénatal suggèrent en effet de nombreux effets positifs psychologiques mais également sur les issues de l’accouchement. Le yoga pourrait améliorer la dépression, le stress, l’anxiété, la qualité de vie et les relations interpersonnelles (1).

Le Yoga s’est démocratisé depuis les années 90 en occident avec notamment l’émergence de nombreuses formes de yoga différents (Ashtanga, vinyahasa, hatha, etc.). En France, la pratique ne cesse de s’accroître avec une augmentation du nombre d’élèves de plus de 300 % en 10 ans, avec plus de 7,9 millions de personnes qui pratiquent régulièrement selon le syndicat national des professeurs de Yoga.

Plus spécifiquement, certaines études sug- gèrent une efficacité sur le stress rapporté mais également sur le stress physiologique du yoga en améliorant par exemple la réponse du système nerveux autonome au stress par des me- sures de variabilité de fréquence cardiaque (2). On constate également des effets sur les issues potentielles de l’accouchement comme le temps de travail moins long et un nombre diminué de césarienne.

Plusieurs études ont tenté de comparer le yoga et les cours de préparation à l’accouchement classique, celles-ci suggèrent un effet béné- fique du yoga supérieure à la fois sur la santé physique mais également sur la dépression an- ténatale lorsqu’elle est modérée (3).

Effets négatifs et adaptation de la pratique à la femme enceinte

Les études suggèrent que la pratique du yoga semble être sans danger lors de la grossesse. Cependant comme toutes les activités physiques, la pratique du yoga pendant la grossesse doit suivre certaines recommandations comme celles suggérées par l’équipe de Mottola et Artal (4) : Le principe FITT soit la fréquence (au moins 3 fois par semaine), Intensité (de 30 % HRR à 70 % d’HRR), temps (Au moins 25 minutes à une intensité modérée mais pas plus de 40 min à une haute intensité) et type d’activités (Marche ou activité en aérobie bougeant de grands groupes musculaires). Ces recomman- dations sont applicables à toutes les activités physiques pendant la grossesse.

Preuve scientifique dans les publications, une méta analyse réalisé en 2022
Les bienfaits du yoga semblent être évidents au sein du grand public et des studios de yoga et particulièrement le yoga prénatal mais qu’en est-il des preuves scientifiques de son intérêt lors de la grossesse ?

-La revue de la littérature et méta analyse réalisée par l’équipe de Corrigan en 2022 concernait les études contrôlées avec comme intervention des séances de yoga prénatal.
-Un des objectifs était d’évaluer quels types de programmes de yoga suggèrent des effets positifs (ou négatif) pendant la grossesse mais également le niveau de preuve de celles-ci.
-Ils ont inclus 31 études contrôlées regroupant donc 2217 femmes enceintes.
-Aucune des études n’a été réalisée en France ou en Europe mais 41 % des publications inclues dans leurs analyses ont été réalisées en Inde.
-Les interventions de yoga étudiées dans ces études étaient très variées allant d’une session de yoga pendant la grossesse à tous les jours
-La durée de la séance quant à elle variait de 20 à 120 minutes. Le type de yoga pratiqué ou le détail des postures n’étaient pas renseignés dans 27 des 31 études.
-La métanalyse suggère un effet positif du yoga prénatal surtout sur l’anxiété, la dépression pré et postnatale ainsi que sur le stress perçu des patientes.
-Concernant l’accouchement, ils relèvent une diminution du temps de travail de 2h en moyenne, une augmentation de 2,5 fois la chance d’un accouchement voie basse (12 études soit 1195 patientes OR= 2,52) et une diminution de l’analgésie pendant le travail.
-Ils n’ont en revanche retrouvé aucun effet se- condaire, le yoga serait donc une pratique sans danger pendant la grossesse.
-Cependant, ces résultats sont à interpréter avec précaution devant des niveaux de preuves faibles et des biais importants dans les études.

Une revue de littérature menée par l’équipe de Cramer (6) nous expose que les essais contrô- lés randomisés sur le yoga réalisés en Inde ont 25 fois plus de chance de retrouver des effets positifs. La validité externe de ces études en France est donc très discutable, le yoga ayant une signification spirituelle ainsi qu’une pra- tique très différente en Inde qu’en Europe ou aux États-Unis. Ses effets en Inde peuvent diffici- lement y être extrapolés. On remarque également que la majorité des femmes incluent dans les études étaient de catégories socio-économiques moyennes à hautes, Il existe donc un biais de sé- lection important. Une séance de yoga prénatal en France peut varier de 5 à 35 euros la séance !

La revue de la littérature suggère surtout la nécessité d’études contrôlées randomisées avec des statistiques irréprochables et en association à des professeurs de yoga formés afin d’uniformiser les interventions de yoga au sein des études cliniques (fréquence des séances, types d’exercice ou de postures ou le type de yoga). Je vous invite à lire cette revue de la littérature avec méta analyse qui comporte beaucoup d’autres informations non rapportées ici.

Vous pouvez compléter vos connaissances sur le sport et la grossesse grâce à notre podcast Le « Micro du Gynéco » disponible sur toutes les plateformes de podcast. Il s’agit d’un rendez-vous hebdo- madaire d’une quinzaine de minutes spécialisé en gynécologie où l'on parle grossesse, échographie, accouchement, chirurgie, gynécologie médicale mais aussi quotidien de l'interne. Du partage d'expérience aux astuces de l'expert du domaine en passant par l’histoire de la gynéco. Alors profitez-en, sur le chemin de l’hôpital, entre deux blocs, en attendant une patiente, pour vous bercer avant une garde ! Toutes les occasions sont bonnes,

quand on a 15 minutes.

Sources

1 Rakhshani A, Maharana S, Raghuram N, Nagendra HR, Venkatram P. Effects of integrated yoga on quality of life and

interpersonal relationship of pregnant women. Qual Life Res Int J Qual Life Asp Treat Care Rehabil. déc 2010;19(10):1447-55.

2 Satyapriya M, Nagendra HR, Nagarathna R, Padmalatha V. Effect of integrated yoga on stress and heart rate variability inpregnant women.    Int  J Gynaecol Obstet Off Organ Int Fed Gynaecol Obstet. mars 2009;104(3):218-22.

3 Uebelacker LA, Battle CL, Sutton KA, Magee SR, Miller IW. A pilot randomized controlled trial comparing prenatal yoga
   to perinatal health education for antenatal depression. Arch Womens Ment Health. juin 2016;19(3):543-7.

4 Mottola MF, Artal R. Fetal and maternal metabolic responses to exercise during pregnancy. Early Hum Dev. 1 mars

2016;94:33-41.

5 Corrigan L, Moran P, McGrath N, Eustace-Cook J, Daly D. The characteristics and effectiveness of pregnancy yoga inter-

ventions: a systematic review and meta-analysis. BMC Pregnancy Childbirth. 25 mars 2022;22(1):250.

6 Cramer H, Lauche R, Langhorst J, Dobos G. Are Indian yoga trials more likely to be positive than those from other countries?

7 systematic review of randomized controlled trials. Contemp Clin Trials. 1 mars 2015;41:269-72.

Article parue dans la revue “Syndicat National des Gynécologues Obstétriciens de France” / AGOF n°24

 

 

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1675353532000