Union Nationale Des Internes Et Jeunes Radiologues” / Unir N°40 : Hotcase Radeos

Publié le 1652701461000

Patiente de 73 ans ayant bénéficié d’une arthroscopie de l’épaule pour rupture de coiffe il y a 3 mois sans antécédent notable en dehors d’une HTA et d’un diabète de type 2. Admise en service de médecine pour des douleurs abdominales et troubles du transit depuis 6 semaines, associés à une altération de l’état général et à un amaigrissement. Syndrome inflammatoire biologique avec 15000GB/L et CRP à 81 mg/L.

Un scanner thoraco-abdomino-pelvien est réalisé pour recherche de foyer infectieux profond, puis un TEP-scanner en complément des anomalies visualisées sur le scanner. Vous évoquez le(s) diagnostic(s) suivants :

  1. Angiosarcome aortique
  2. Anévrisme aortique inflammatoire compliquant une maladie de Horton
  3. Anévrisme aortique mycotique
  4. Rupture d’anévrisme aortique
  5. Anévrisme aortique infectieux


Testez vos connaissances en anatomie avec IMAIOS

Hotcase Radeos

Anévrisme aortique mycotique ou anévrisme aortique infectieux

Les anévrismes aortiques infectieux (ou mycotiques) sont rares, représentant 0,5 à 2 % des anévrismes de l’aorte, mais sont particulièrement graves en raison du risque de sepsis sévère et de rupture aortique. La présentation clinique est variable et aspécifique avec au premier plan une fièvre prolongée inexpliquée, expliquant le fréquent retard diagnostic.

 

L’adjectif « mycotique » prête à confusion, laissant présager d’une origine fungique, alors qu’en réalité l’étiologie est bactérienne. L’appellation « mycotique » fut introduite en 1885 par Sir William Osler pour décrire l’aspect en forme de champignon d’un anévrisme aortique compliquant une endocardite bactérienne. Le terme « mycotique » est resté par abus de langage depuis cette époque mais désigne tout anévrisme d’origine infectieuse, quel que soit le germe en cause.

L’imagerie et en particulier le scanner occupe une place centrale dans la prise en charge diagnostique.

Signes tomodensitométriques pouvant faire évoquer le diagnostic : 

  • Anévrisme de morphologie sacciforme à contours lobulés irréguliers : rond vert
  • Croissance rapide de taille de l’anévrisme
  • Rupture du mur de calcifications en regard du collet de l’anévrisme : rond vert
  • Absence de calcification sur la paroi anévrismale : rond vert
  • Bulles de gaz intra-murales aortiques
  • Inflammation des espaces péri-aortiques : étoiles jaunes
  • Collection péri-anévrismale
  • Ganglions inflammatoires réactionnels loco-régionaux : flèches bleues
  • Fistulisation aux structures adjacentes

Le pronostic est sombre et conditionné par la précocité du diagnostic et de la mise en place d’un traitement adapté en raison des complications infectieuses (sepsis sévère, choc septique, emboles septiques) et du risque de rupture aortique.

Le taux de rupture est estimé à plus de 50 % et le taux de mortalité de 15 à 40 %.

La prise en charge thérapeutique est une urgence et doit être double associant traitement médical par antibiothérapie prolongée adaptée aux prélèvements et traitement chirurgical.

Notre patiente a bénéficié d’une antibiothérapie double à large spectre associée à une mise à plat chirurgicale de l’anévrisme et reconstruction par xénogreffe de type tube péricardique bovin.

Scanner de contrôle à un an :

Article paru dans la revue “Union Nationale des Internes et Jeunes Radiologues” / UNIR N°40

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1652701461000