Top des articles 2022-2023

Publié le 1706014717000

L’essai BOREAS

Le dupilumab dans la BPCO avec inflammation T2, déterminée par le taux d’éosinophiles

S.P. Bhatt, K.F. Rabe, N.A. Hanania, C.F. Vogelmeier, J. Cole, M. Bafadhel, S.A. Christenson, A. Papi, D. Singh, E. Laws, L.P. Mannent, N. Patel, H.W. Staudinger, G.D. Yancopoulos, E.R. Mortensen, B. Akinlade, J. Maloney, X. Lu, D. Bauer, A. Bansal, L.B. Robinson, and R.M. Abdulai, for the BOREAS Investigators

Bhatt SP, Rabe KF, Hanania NA, Vogelmeier CF, Cole J, Bafadhel M, et al. Dupilumab for COPD with Type 2 Infl ammation Indicated by Eosinophil Counts. N Engl J Med. 20 juill 2023;389(3):205-14.

L’inflammation de type 2 (T2) est caractérisée par la production des cytokines IL-4, IL-5, IL-13, la sécrétion des alarmines TSLP, IL-33, IL-25, ainsi que la production d’IgE et le recrutement des polynucléaires. Depuis une vingtaine d’années, des biothérapies ciblant spécifiquement ces médiateurs ont révolutionné la prise en charge des patients asthmatiques sévères, en diminuant les exacerbations et en améliorant leur qualité de vie.

Environ 20 à 40 % des patients atteints de BPCO auraient des marqueurs d’inflammation T2. Or, chez ces patients, l’inflammation T2 augmente à la fois le risque d’exacerbation qui est un critère de mauvais pronostic, et la réponse aux corticoïdes. Compte-tenu de la prévalence de la BPCO, les biothérapies apparaissent comme un espoir thérapeutique pour un grand nombre de patients.
Les essais ayant évalué les anti-IL-5 ont pour l’instant des résultats mitigés. C’est donc au tour du Dupilumab, un anti-récepteur de l’IL-4 et IL-13, de tenter sa chance dans l’essai BOREAS.

Schéma de l’essai

Les patients inclus devaient avoir un trouble ventilatoire obstructif avéré et symptomatique, un VEMS entre 30 et 70  % de la théorique malgré un traitement inhalé maximal (2  bronchodilatateurs et 1 corticostéroïde inhalé) ainsi qu’une éosinophilie sanguine supérieure à 300/µL. Les patients avec diagnostic d’asthme étaient exclus. Enfin, ils devaient avoir un profil d’exacerbateur fréquent avec au moins deux exacerbations modérées dans l’année (défi nies par la prise d’antibiotiques et/ou de corticostéroïdes par voie systémique) ou une exacerbation sévère (défi nie par une hospitalisation). Après une période nécessaire de 4 semaines de contrôle de leur BPCO, ils étaient randomisés entre un bras placebo et un bras interventionnel, et suivis durant 52 semaines. L’analyse du critère de jugement principal, représenté par le nombre annualisé d’exacerbations modérées à sévères, était réalisée après une période de sécurité de 12 semaines sans traitement. Les critères secondaires étaient l’amélioration du VEMS et de la qualité de vie, ainsi que l’analyse en sous-groupe des patients avec une fraction expirée de NO (FeNO) supérieure ou égale à 20ppb. Le schéma de l’étude est résumé dans la Figure 1.


Figure 1 : Schéma de l’étude