Stage chez le Pédiatre Libéral

Publié le 1651915632000

Le stage chez le praticien est proposé depuis de nombreuses années aux internes de médecine générale. Plusieurs autres spécialités, dont la pédiatrie, souhaitent pouvoir également bénéficier de ce stage, essentiel pour la plupart d’entre eux à la formation et à la préparation de leur exercice futur.

Petit rappel historique sur la création de ce stage :
De tous temps, l’enseignement de l’exercice médical s’est fait sous forme de compagnonnage. L’objectif principal du 3e cycle est un rôle d’école pratique : c’est un cycle dit professionnalisant, les terrains de stage se doivent d’être utiles à la formation. Ainsi les responsables du 3ème cycle des études médicales ont mis en place le stage pratique des futurs généralistes auprès des praticiens.

Initié par la loi de 1972, le stage du médecin généraliste auprès du praticien aura mis plus de 25 ans pour entrer vraiment dans les faits. Dès 1974, la Commission Fougère prévoyait le stage du résident chez le praticien et dans des structures telles que PMI, santé scolaire, contrôle médical, centre de santé... Vingt ans après les conclusions de la Commission Fougère, deux décrets parus le 16 mai 1997 instaurent un stage obligatoire d’un semestre auprès des praticiens généralistes agréés effectué pendant les trois derniers semestres du résidanat et pouvant se dérouler sur plusieurs sites de stage. Ces décrets résultent de propositions des universitaires du 3e cycle de médecine générale et du Collège National des Généralistes Enseignants avec le soutien du Conseil National de l’Ordre des Médecins.

Pour les futurs pédiatres :
La pédiatrie est une spécialité extrêmement transversale et riche qui permet de toucher et de se former à toutes les surspécialités durant l’internat. Ainsi un choix de stage très varié s’offre aux internes de pédiatrie : cardiopédiatrie, nephropédiatrie, pédiatrie générale, réanimation, médecine néonatale, SAMU…

Cependant, un très grand nombre d’internes ne feront pas carrière en CH, pour des raisons à la fois de choix de carrière (avec parfois des carrières mixtes hospitalières et libérales) mais également du fait que le nombre de postes disponibles ne permet pas à tous les internes issus des promotions post augmentation du numérus clausus de choisir cette carrière.

De plus, la pédiatrie libérale offre également une pratique variée de la pédiatrie et reste primordiale dans l’organisation de la prise en charge de nos jeunes patients et joue un rôle majeur dans la solidité des réseaux de soin.

Dans notre spécialité, les stages en pédiatrie ambulatoires notamment les stages en pédiatrie libérale chez le praticien ne sont pour le moment pas proposés aux internes de pédiatrie.

La quasi-totalité des internes de pédiatrie interrogés ayant répondu à de récents questionnaires sont au moins intéressés par des informations sur la pédiatrie de ville. Une grande majorité est également intéressée par la possibilité de réaliser un stage chez le praticien (de plus en plus d’internes sont intéressés par ce choix de carrière et réalisent des remplacements, soit au cours de leur internat, soit en prenant une disponibilité)

Quelques tests et pilotes ont été réalisés précédemment sous des formes intermédiaires dans certaines régions, mais leur modalité (soit une semaine, soit une journée) n’a pas permis aux internes de pouvoir pleinement en profiter comme lors des stages chez le praticien et SASPAS très appréciés des internes en médecine générale.

C’est pour cela, que le projet de stages pédiatriques consiste en un stage de type SASPAS proposé pour tous les internes le souhaitant dès le 5ème semestre. L’interne sera mis en situation progressive d’autonomie supervisée. Son emploi du temps sera partagé entre un binôme de praticiens pédiatres, ayant une activité relativement générale (on évitera une activité exclusivement spécialisée de ville type pneumopédiatre, gastropédiatre...) et si possible complémentaire (un pédiatre ayant une activité de maternité au sein de binômes par exemple). Les futurs maîtres de stage devront bien sûr répondre à certains critères pour pouvoir recevoir et former des internes : suivre certaines formations, posséder un certain équipement au cabinet, être informatisé… Les internes resteront rattachés à un CHU et devront à priori effectuer des gardes aux CH de rattachement.

Les objectifs pédagogiques de ce stage sont très riches : apprentissage du déroulement d’une consultation ambulatoire (Le carnet de santé, le nouveau-né, l’enfant normal, dépistages et PEC précoce, PEC de maladie chronique, l’adolescent mais aussi les consultations non programmées ou exigences des parents, gestion des conseils téléphoniques, les gestes techniques au cabinet et les certificats), pratique de la pédiatrie en maternité pour les pédiatres y exerçant.

Il s’agit également d’apprivoiser l’environnement professionnel : apprendre à gérer les demandes d’avis des correspondants, à connaître les modalités d’intervention et à gérer les relations avec les institutions comme la PMI, la médecine scolaire, les CMP/CMPP et avec les intervenants : orthophoniste, psychomotricien, ergothérapeute, orthoptiste et la cellule de signalement. Egalement : découvrir la FMC en ambulatoire.

Enfin, il s’agit bien sûr de se familiariser avec les modalités de gestion d’un cabinet : les logiciels, les formalités, législation, la comptabilité professionnelle, le système de santé, les règles d’hygiène au cabinet, la trousse d’urgence.

Ce stage permettrait enfin à tous les futurs pédiatres de se former correctement à ce mode d’exercice essentiel de la pédiatrie et permettrait pourquoi pas de faire naître des vocations.

Des projets de stage comme celui-ci sont en cours de validation et ce de façon plus ou moins avancée dans différentes subdivisions de formation.

Pour la région Ile-de-France, après différents problèmes initiaux, celui-ci commence à prendre forme : en novembre 2011, la directrice de l’offre de soins et medico-sociale à l’ARS a annoncé publiquement qu’il y aurait prochainement des stages en pédiatrie libéral pour les DES de pédiatrie et le financement de ce stage est en train de se réfléchir.

La prochaine étape sera donc la commission d’agrément en mai 2012 qui nous l’espérons permettrait dans les semestres suivant de proposer ce stage aux internes.

Angèle Boët

Article paru dans la revue “Association des Juniors en Pédiatrie” / AJP n°5

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1651915632000