Solidarite Internationale : La formation, notre passion !

Publié le 04 May 2022 à 08:08
#International
#Solidarité
#Psychomotricien

 

Cette année encore, le week-end de formation en Solidarité Internationale, a regroupé de nombreux professionnels et étudiants. Ce fut riche, intense, constructif… et ce tant au niveau personnel que professionnel ! Ce fut un réel moment de partage, au même titre que la solidarité internationale.

Pour rappel, la Solidarité internationale doit être différenciée de l’Humanitaire. En effet, l’humanitaire revêt un caractère d’urgence. On agit de façon ponctuelle, suite à un problème d’ordre politique, climatique… La solidarité internationale quant à elle, répond à un besoin, une demande. Il s’agit d’un partenariat, d’un échange, de réciprocité. La SI rassemble des actions ou des études qui regroupent des individus. La pérennité du projet repose alors principalement sur un phénomène de triangulation entre le professionnel référent sur place, les enfants et nous.

Pour notre plus grand plaisir et avec une grande générosité (qualité essentielle en SI), de nombreuses associations se sont jointes à nous lors du week-end, telles que APOR, PEA, Psychotrot’ et Psychomothaï ! APOR (Associations Pour les Orphelins Roumains) est une association étudiante de solidarité internationale constituée d’étudiants en psychomotricité (de 6 écoles différentes) et en ergothérapie. Elle a pour but, chaque année, durant la saison estivale, de partir en Roumanie dans deux orphelinats et une maison de retraite. L’objectif étant de stimuler durant l’été les enfants/personnes âgées en leur proposant des activités qui maintiennent leurs capacités et aptitudes cognitives, motrices et sensorielles. L’association fait également don de matériel thérapeutique et rééducatif aux orphelinats et à la maison de retraite.

Créée en 1998 par les étudiants de la Pitié Salpêtrière, PEA (Psychomotricité en Action) est maintenant ou- verte aux étudiants de toute l’île-de- France. L’association a pour objectif de promouvoir la psychomotricité à l’étranger, de sensibiliser les équipes et professionnels sur place et le bienêtre des enfants et adolescents. PEA souhaite aussi développer les capacités personnelles et professionnelles des membres en leur apportant des outils de réflexions et en leur proposant des formations en interne.

Psychotrot’ et Psychomothaï sont des Projets Extra Académiques (module de l’ISRP). Psychomothaï a pour objectif l’intégration de jeunes diplômés dans des écoles ou orphelinats en besoin sur du long terme. Psychotrot’ a été repris en septembre 2015 par des étudiantes de l’ISRP Marseille. Leur souhait est de devenir coordinateur de projet international sur le long terme et de monter un projet en collaboration avec d’autres professionnels paramédicaux.

Le WEF SI fut également rythmé par de nombreuses interventions ! Nous avons donc écouté avec curiosité et plaisir les récits d’Anaïs Carl sur le Togo, de Mathilde Valladon partie au Bénin pour associer un centre de loisir français et un orphelinat du Bénin et de Déborah Da Silva partie au Brésil, dans un centre d’accueil pour les jeunes errant dans les favelas. Nous avons également longuement débattu autour de l’intervention d’Anthony Soter sur l’approche transculturelle en psychomotricité. En effet, lors de projets en Solidarité Internationale, le piège est de penser que notre culture est la culture de référence alors que des millions de personnes ont une culture différente de la nôtre. Nous avons ainsi pu aborder la question de transculturalité : le psychomotricien est celui qui accueille une personne étrangère et il doit adapter sa prise en charge envers le patient et non l’inverse. Nous savons par ailleurs que la culture a une influence sur le développement moteur, cognitif et psycho-affectif. De plus, un projet de SI est-il purement altruiste ? S’agit-il réellement d’une prise en charge ? Quelle est la place du psychomotricien, sachant que le métier n’est pas représenté dans chaque pays ? Autant de questions favorisant le débat et la remise en question ! Voici ce qu’est le WEF SI, un moment riche qui nous bouleverse, qui soulève de nombreuses questions, qui tente de répondre à d’autres… Il est accessible à tous, étudiants, jeune diplômés… que nous soyons partis, que nous le projetions… aux curieux, aux passionnés !

« Le WEF SI est une très belle occasion de pouvoir échanger, dans une bonne ambiance et de manière interactive sur différents points et problématiques concernant la SI » Lise, étudiante en 2ème année à Toulouse, Ancienne Aporienne.

L’association Psychomotricité Sans Frontières (PSF)

L’association Psychomotricité Sans Frontières (PSF) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901. Créée en 2005 par deux étudiantes de l’Institut de Formation en Psychomotricité de la Pitié-Salpêtrière (Université Paris VI, Pierre et Marie Curie), elle est composée d’une vingtaine d’étudiants en psychomotricité.

Ses objectifs

  • Echanger sur les pratiques psychomotrices, en faisant connaître la profession.
  • Favoriser l’éveil et stimuler les individus accueillis dans les structures où nous réalisons nos missions.
  • Enrichir les expériences personnelles et professionnelles des bénévoles par la rencontre de diverses cultures et pratiques professionnelles.
  • Apporter du matériel dans les structures partenaires répondant aux besoins des enfants (matériel de psychomotricité, de puériculture…).

Les projets

  • Au Sénégal, depuis 2007 : Au sein de la pouponnière de M’Bour, et en partenariat avec l’ONG :
    « Vivre ensemble Madesahel ». La structure accueille des nourrissons, enfants et adolescents présentant des difficultés sociales et des carences affectives.
  • Au Burkina Faso, depuis 2013 : En partenariat avec l’association ABAPE (Association Burkinabè d’Accompagnement Psychologique et d’aide à l’Enfance) située à Ouagadougou. Le centre prend en charge des enfants présentant des troubles du spectre autistique et des déficiences mentales.

Nos actions et nos formations

  • Afin de réaliser au mieux ses projets, l’association effectue différentes actions et formations au cours de l’année.
  • Tous les bénévoles de PSF participent aux actions afin de sensibiliser la population à notre métier et nos projets, et ainsi récolter des dons pour les financer. Nous réalisons des papiers cadeaux dans un magasin avant Noël, des ventes de gâteaux à l’université, des soirées-concerts, des soirées-repas à thèmes, des ventes de bijoux et accessoires…
  • Les bénévoles partant en mission participent au préalable à des formations réalisées par des professionnels, en plus des cours de psychomotricité prévus dans le cadre des études.
  • D’autre part, il nous est important de contacter les autres bénévoles intervenant sur place afin de partager nos projets dans le but d’un axe de travail complémentaire.

[email protected]
http://psychomotricitesansfrontieres.toile-libre.org

Association POMM

Psychomotricité et Ouverture sur le Monde du Maternage
L’association POMM existe depuis maintenant 9 ans. Cette année, 30 étudiants, de l’IFP de la Pitié et de l’ISRP se retrouvent régulièrement pour organiser des actions afin de récolter des fonds, en vue d’un voyage solidaire au Pérou. Avant de partir, le collectif s’apprivoise et se serre les coudes pendant deux ans.

Une fois sur place, il s’agit là encore d’un travail d’équipe. Deux équipes de quatre vont se succéder à Villa El Salvador, dans la banlieue de Lima. Où nous rencontrerons les enfants d’une école spéciale, et d’une association de parents d’enfants handicapés. A Quellouno, dans la Selva, une équipe s’intégrera dans le quotidien d’un foyer accueillant des adolescents en carence affective, et interviendra à l’école maternelle du village. Dans les deux cas nous allons découvrir des modes de vie et de soin différents de ceux que nous connaissons ici, nous allons essayer de présenter notre point de vue, et d’observer ce qui se passera à l’endroit précis de la rencontre. Parmi tout ce qui fait la richesse de ces voyages, un mot nous anime plus particulièrement, et il fait partie du nom de notre association : c’est l’ouverture. Une ouverture est un espace vide entre deux espaces, permettant la communication entre l’intérieur et l’extérieur. Cet espace, que nous pouvons qualifier de transitionnel, permet de recevoir quelque chose de l’autre, de donner quelque chose de soi, tout en respectant l’individualité de chacun. Faire partie d’une association comme POMM, comme toute organisation de groupe, fait travailler notre capacité d’ouverture, notre disponibilité à l’autre puisqu’il nous faut être à l’écoute les uns des autres, se soutenir et construire un projet ensemble en tenant compte des attentes, des idées, des appréhensions de chacun.

L’ouverture est également un mot-clé pour nous, futurs psychomotriciens, et nous avons à travailler notre capacité à accueillir, avec bienveillance et sans préjugés, nos patients tels qu’ils sont. Nous relions également fortement ce terme avec celui d’échange : au Pérou, nous vivrons un échange culturel, bien sûr, ainsi que professionnel. Mais le partage se vivra aussi sur les plans corporel et émotionnel. Nous partons pour sortir de notre zone de confort, et nous ouvrir à une part peutêtre méconnue de nousmême...

L’association POMM

P.A.M : Psychomotricité Autour du Monde

Créée en août 2012, par des psychomotriciens DE, l’association de solidarité internationale, PAM, a pour principal objectif la valorisation de la psychomotricité à travers le monde. Le second objectif de l’association est de promouvoir les échanges entre les professionnels français et étrangers. Pour cela, l’association a mis en place des partenariats avec des structures liées à l’enfance à travers le monde, permettant ainsi la formation des équipes sur place, un soutien supplémentaire dans le suivi des enfants accueillis et un accompagnement adapté à leurs besoins lors des missions effectuées par les psychomotriciens DE français. L’association compte en ce début d’année 2016, une vingtaine d’adhérents majoritairement professionnels. Curieux d’en connaître d’avantage sur leurs actions et leur fonctionnement, nous les avons rencontrés !

Quelles sont vos actions en France ?
Nos actions en France consistent principalement à communiquer sur l’association dans l’objectif de nous faire connaître et de recruter de nouveaux psychomotriciens susceptibles de partir en mission plusieurs semaines ou mois dans nos structures partenaires. Pour cela, nous sommes coorganisateurs du forum des associations de la Pitié-Salpêtrière. Nous participons à la course annuelle « La psychomotricienne » où nous tenons un stand d’information à destination des étudiants, professionnels mais également des personnes toutvenant qui ne connaissent pas la psychomotricité.

Quelles sont vos actions sur le terrain ?
Nos terrains d’intervention principaux se situent en dehors des frontières françaises, dans des institutions dédiées aux enfants : une pouponnière au Sénégal, un centre de réhabilitation d’éducation spéciale au Guatemala et enfin un orphelinat en Thaïlande.

Quelle est la place de la psychomotricité dans vos actions ?
Chacune de nos missions est spécifique au projet porté par les personnes partantes. L’échange des pratiques et l’accompagnement du développement psychomoteur des enfants en difficulté sont néanmoins des objectifs qui se retrouvent dans chaque projet. Ainsi, la psychomotricité est au coeur de nos actions de terrain : échanges entre professionnels, formations, prévention, accompagnement spécifique.

Avez-vous quelques conseils pour les passionnés de Solidarité Internationale ?
La solidarité internationale est ce qui nous motive tous à PAM. Cependant, il nous semble important de réfléchir à notre approche et à notre arrivée dans un autre pays, une autre culture. Le principal conseil que l’on peut délivrer aux lecteurs passionnés de solidarité internationale serait l’importance de la préparation du projet. La réflexion en amont du départ, en équipe si possible, et l’établissement de ses objectifs, nous semblent primordiaux pour mener à bien une véritable mission de solidarité en psychomotricité.

Ensuite, la communication autour de son projet est très importante. On n’est jamais seul… Partager, échanger, transmettre et recevoir une fois sur place sont indispensables. Mais également en France avant et après la mission. L’intérêt pour nous se situe du côté de la continuité des projets ; que les interventions en psychomotricité soient le moins éphémères possibles.

Quelles sont, pour vous, les qualités requises pour participer à un tel projet ?
Les qualités requises pour participer à un projet de solidarité internationale en psychomotricité sont multiples : compétences théoriques et techniques (seuls des psychomotriciens D.E partent en mission avec PAM) ; une sensibilité et une ouverture d’esprit ; de la persévérance et de l’énergie dans la construction du projet et sa mise en place ; du dynamisme ; de l’organisation… et des bonnes idées !

Quels sont vos projets futurs pour l’association ?
Nos futurs projets au sein de l’association sont principalement la continuité des partenariats avec les structures au Sénégal, Guatemala et Thaïlande, avec le recrutement de nouveaux adhérents intéressés par des missions de solidarité internationale. Dans un second temps, un élargissement de nos missions dans d’autres structures ou pays. Nous souhaitons offrir un cadre associatif à tout psychomotricien motivé par un projet de solidarité internationale qui serait en recherche de tuyaux et d’un travail de réflexion en équipe.

Pour en savoir plus :
Facebook : Association PAM (Psychomotricité autour du monde)

M.R

Article paru dans la revue Bulles de psychomot’ /ANEP n°5

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1651644493000