Solidarité internationale : Des psychomot en Thaïlande

Publié le 05 May 2022 à 14:06

 

Coline et Elise pour le projet solidaire « ELINE »

Nous sommes deux étudiantes de 3ème année, de l’IFP de Rouen et de l’ISRP de Paris. Partir dans un pays étranger, découvrir de nouvelles cultures, aider des personnes dans le besoin, tout en pratiquant la psychomotricité : c’est le projet que nous avons décidé de mener. Grâce à l’association « Psychomothaï », créée par 5 étudiants de l’ISRP de Marseille en mars 2016, nous partirons en octobre 2018 pour 2 mois de bénévolat, dans un orphelinat et un camp de migrants au Nord-Ouest de la Thaïlande, dans la province de Tak. Nous prendrons la suite des 4 étudiants de Marseille qui s’y trouve d’octobre à novembre 2017, et qui eux même y pratiquent la psychomotricité.

Là-bas, nous proposerons aux populations des bilans, des prises en charges. Nous souhaitons également les sensibiliser à l’importance du développement de l’enfant, dans une région du monde où les droits des enfants ne sont pas forcément respectés, et par la même occasion leur faire découvrir notre profession en transmettant notre savoir. Ce voyage solidaire nous permettra plus personnellement d’enrichir nos connaissances, notre expérience, d’échanger avec des personnes qui ont une culture très différente de la nôtre. Ce sera, sans aucun doute une expérience qui restera à jamais gravé dans nos mémoires. Afin de réaliser ce projet, nous effectuons des actions pour récolter des fonds (mise en place de tombolas, participation au Marché de Noël, ventes…) mais faisons également appel aux dons ou à l’adhésion à l’association « Psychomothaï ».

Si vous souhaitez suivre et partager notre projet, nous aider financièrement ou d’une autre manière, vous pouvez nous retrouver sur notre site : http://eline2018.com/ ou aimer notre page facebook : Psychomothaï : Eline.

Elise BOULNOIS
Coline MARTY

Psychomothaï

Le Projet
Nous partirons en octobre 2019, après l’obtention de notre DE, pour se rendre au nord-ouest de la Thaïlande et intervenir auprès de la population en souffrance au sein d’un camp de réfugiés de Ban Tha Song Yang et d’un orphelinat. Notre action se déroulera dans la région de Tak, à 6km de la frontière avec le Myanmar (Birmanie), composée à 80 % de réfugié Birman et Karen, une ethnie vivante entre le Myanmar et la Thaïlande, revendiquant son indépendance et fortement réprimé par la junte militaire birmane au pouvoir depuis maintenant plus de 15 ans Nous sommes 6 étudiantes en deuxième année à l’ISRP de Marseille qui se sont rencontrées pour la plupart lors de notre première année d’étude. Nous reprenons la relève de 5 anciens étudiants partis depuis octobre !

L’association Psychomotricité Sans Frontières (PSF)

Créée en 2005, Psychomotricité Sans Frontière (PSF) est une association composée d’une quarantaine d’étudiants en psychomotricité de l’institut de formation de la Pitié Salpêtrière qui mènent, chaque année, des missions solidaires en Afrique en partenariat avec des associations locales.  

Les membres achevant au moins leur deuxième année d’étude partent en mission au Sénégal soutenir l’association Pour Une Enfance au Sénégal qui prend en charge des enfants talibés dans la ville de Mbour, et au Burkina Faso avec l’association burkinabé d’aide psychologique à l’enfance (ABAPE) s’occupant d’enfants ayant des déficiences intellectuelles à Ouagadougou

Les objectifs principaux sont d’échanger avec les professionnels locaux sur les pratiques psychomotrices, fournir du matériel adapté aux besoins des enfants rencontrés, proposer des activités psychomotrices à mettre en place sur le long terme et d’enrichir l’expérience professionnelle et personnelle des bénévoles. Pour cela, tout au long de l’année, l’ensemble des membres élaborent les projets de missions et organisent des actions (soirées, buffets, spectacles, etc.) afin de se faire connaître et d’obtenir des financements

Asso Psfparis
Psychomotricité Sans Frontières (PSF)
http://psychomotricitesansfrontieres.toile-libre.org

 

Nos Objectifs

  • Poursuivre le projet initial pour faire perdurer les actions et les apprentissages mis en place dans l’orphelinat et dans le camp de réfugiés.
  • Subvenir aux besoins de la population locale (création d’un dortoir, rénovations…).
  • Organiser et proposer des activités pédagogiques et ludiques aux enfants
  • Apporter nos connaissances sur le développement de l’enfant à l’orphelinat.
  • Promouvoir la psychomotricité, proposer du matériel psychomoteur (sensibiliser à son utilisation).
  • Effectuer des bilans psychomoteurs dans un soucis de prévention des troubles psychomoteurs.
  • Apporter le matériel scolaire et médical nécessaire sur place (en fonction du besoin de la population).

Et bien évidemment découvrir une nouvelle culture et une approche psychoculturelle différente !
Et Vous !
Pour réaliser notre projet, nous avons besoin de votre aide et comptons donc sur votre soutien : partages de connaissances, idées, échanges d’expériences, dons, coup de main… Nous prenons tout ce qui est bienveillant !

 Adhérez à l’Association Psychomothaï !
 Pour plus d’informations, connaître nos actions, nos activités... ainsi que les aventures des étudiants déjà partis. N’hésitez pas à nous contacter ou nous interpeller et à consulter nos sites

 http://psychomothai.jimdo.com
http://www.facebook.com/pthai13

 

JEMAV

 

Jeunes étudiants du monde en action pour le volontariat !
C’est une association de solidarité internationale fondée en 2007 et présente au Bénin, au Sénégal et au Togo. Elle permet aux bénévoles de venir en aide aux populations rurales défavorisées et de soutenir les enfants issus de milieux pauvres. Donc de nombreux projets valorisant la solidarité et l’échange culturel existent déjà et d’autres peuvent encore être créés ! Parmi les différentes missions nous allons plus particulièrement aborder celle du projet Handicap Debout.

Ce projet propose de mettre en place des séances de soins, individuelles ou de groupe pour des enfants recensés par l’association vivant dans des villages sans accès aux soins. Mis en place au Togo, il existe depuis 2015 et nous avons pu accueillir une dizaine de psychomotriciennes (restant entre 1 et 3 mois sur place). Des orthophonistes, des kinésithérapeutes et des éducatrices spécialisées ont également pris part au projet. Des bénévoles francophones de différentes nationalités (français, belges, suisses …) se succèdent donc pour que les enfants aient un réel suivi des soins et une prise en charge qui prenne sens. Pour cela des rapports de missions sont réalisés par chaque bénévole et sont transmis aux suivants.

Ce projet fait appel aux étudiants et professionnels du paramédical : psychomotriciens, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes, éducateurs spécialisés, ayant tous des compétences à apporter pour permettre des prises en charge complètes des enfants. Nous intervenons dans 6 villages différents où les enfants (entre 1 et 18 ans) sont recensés par les bénévoles suite aux indications des villageois. Ils présentent des handicaps moteurs et/ou mentaux variés (trouble du comportement, trouble affectif/émotionnel, trouble du langage, manque de confiance en soi, trouble de l’image du corps et du schéma corporel, boiterie, tremblement, IMC, déficience auditive/visuelle/sensorielle, trouble de la concentration, trouble des apprentissages…) et sont par conséquent souvent déscolarisés et ont des difficultés à s’intégrer. Les bénévoles permettent donc d’apporter des soins et de sensibiliser à la question du handicap pour permettre à ces enfants de retourner à l’école et d’intégrer la vie sociale du village.

Avec ce projet nous voudrions également sensibiliser des bénévoles locaux orthophonistes, kinésithérapeutes et éducateurs à nous rejoindre. A long terme nous souhaiterions également ouvrir un centre d’éducation et de soins accessible pour ces enfants. La mission se trouve à 1h30 au Nord-Ouest de Lomé, la capitale du Togo.

Le logement se trouve à Amoussokope le plus grand des villages. Du matériel est présent sur place mais reste à être complété. Un planning a été effectué pour voir les enfants (17 recensés pour le moment) 2 à 3 fois par semaine en fonction de l’école et du travail aux champs. Ainsi nous partons dans les différents villages à moto avec un bénévole togolais avec qui nous vivons durant la mission. Les bénévoles locaux sont indispensables à cette mission ! Leur rôle principal est de nous amener dans les villages et de servir de traducteur avec les enfants. Ils permettent de faire le lien avec les villageois (notamment les parents) pour nous intégrer dans les villages et de faciliter l’approche avec les enfants. Ils nous font découvrir leur culture et apportent un vrai soutien moral et amical lors de notre temps sur place (et oui c’est quand même dépaysant).

Avec le temps, à force de fréquenter les bénévoles ils sont devenus de véritables co-thérapeutes. Ils permettent de faire le lien entre les différents bénévoles, de compléter les rapports de missions en racontant ce que faisaient les précédents bénévoles, ce qu’ils ont observés, ce qu’on leur a appris tout cela mis en lien avec la culture des enfants pour mieux les comprendre et leur apporter une prise en charge adaptée. L’association possède également un logement à Lomé où il est possible de se retrouver le week-end avec les bénévoles des autres missions. C’est l’occasion de découvrir la culture togolaise, de confronter nos expériences et d’explorer le pays (des excursions sont organisées par l’association).

 Témoignages
« Jeune diplômée je souhaitais absolument réaliser une mission de solidarité internationale à l’étranger avec ma casquette de psychomotricienne. J’ai découvert l’association JEMAV via les réseaux sociaux et à l’explication de leur projet je n’ai pas hésité 1 seconde. Je suis partie 11 semaines au Togo et j’ai vécu une expérience tellement enrichissante que je suis aujourd’hui l’une des référente psychomotricienne du projet et que je suis repartie 9 mois plus tard !! La mission m’a permis d’apprendre énormément tant professionnellement que personnellement. C’est une expérience indescriptible qui permet une ouverture d’esprit et une prise de conscience sur la psychomotricité, sur le Togo, sur soi et sur le monde. Un énorme merci à JEMAV et à sa super équipe !! »

Louise

« La solidarité internationale m’avait toujours attirée alors pouvoir rejoindre un projet en lien avec mes études, que demander de mieux ! J’étais donc stagiaire sur cette mission avec d’autres psychomotriciennes diplômées et cela a été extrêmement formateur. Cette expérience m’a permis de concevoir la psychomotricité sous un autre angle et de voir comment on pouvait la pratiquer dans des conditions différentes. J’ai adoré découvrir ce pays, ses habitants et voir le bien que pouvait apporter notre intervention. Ce projet est récent mais déjà bien structuré avec une association jeune et ouverte qui nous met à l’aise et toujours à notre écoute. Cette expérience a donc été extraordinairement riche pour moi et m’a donné envie de m’engager pour ce projet. »

Morgane

Intéressé ?

Ce projet permet une grande flexibilité, les bénévoles motivés peuvent venir quand ils sont disponibles et pour le temps désiré. Avec l’expérience nous conseillons toutefois de rester minimum 1 mois sur place, le but étant d’avoir des bénévoles toute l’année.

Concernant le budget, cette association ne bénéficiant pas d’aides pour le moment, les bénévoles doivent payer leur billet d’avion ainsi que des frais de 76 euros par semaine à l’association (ceci représente le logement, la nourriture et les trajets effectués). Pour les psychomotriciens un récent partenariat avec PAM (Psychomotriciens Autour du Monde) a été mis en place pour aider les bénévoles à préparer leur départ et récolter des fonds.

Si ce projet vous intéresse vous pouvez poser toutes vos questions sur le déroulement de la mission et les éléments pratiques comme les vaccins ou visa ou quoi que ce soit sur la page Facebook où la boite mail (des anciennes bénévoles vous répondront).

Ecrit par Louise Botton, psychomotricienne et Morgane Rousseau, étudiante en psychomotricité à Lyon, bénévoles référentes JEMAV

 

 


Ecrit par Louise Botton,
psychomotricienne et Morgane Rousseau, étudiante en psychomotricité à Lyon,
bénévoles référentes JEMAV

Article paru dans la revue “Bulles de psychomot’” / ANEP n°08

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1651752410000