Secommandations ESC/EACTS 2021 : prise en charge des valvulopathies

Publié le 1653462021000


Recommandations ESC disponibles :
https://www.escardio.org/Guidelines/Clinical-Practice-Guidelines/2021-Valvular-Heart-Disease

Publication dans l’EHJ : Vahanian A, Beyersdorf F, Praz F, et al.
ESC/EACTS Guidelines for the management of valvular heart disease.
Eur Heart J. 2021:ehab395. doi: 10.1093/eurheartj/ehab395.

Les dernières recommandations européennes traitant de la prise en charge des valvulopathies dataient de 2017. Compte tenu du nombre de résultats récemment publiés dans ce domaine, des mises à jour et précisions ont été apportées. L’objectif de cette synthèse vise à souligner les nouveautés et modifications proposées par ces nouvelles recommandations, portées au sein de l’ESC par le Professeur Alec Vahanian :

  • Tout d’abord, nous voulons mettre l’accent sur le rôle clé de l’imagerie cardiovasculaire multimodale non invasive incluant l’ETO 3D, le Scanner et l’IRM cardiaques.
  • Ensuite, une partie des nouveautés de ces recommandations touche la définition de la sévérité de l’IM secondaire avec des critères révisés que nous allons vous détailler.
  • Un renforcement de la place des AOD pour les bioprothèses chirurgicales ou percutanées est aussi à souligner avec des stratégies de prise en charges proposées.
  • Enfin, concernant les indications opératoires des valvulopathies, le rôle de la Heart Team est comme toujours, très mis en avant par les experts. Mais surtout il est important d’affirmer l’indication à une intervention plus précoce chez les patients asymptomatiques porteurs d’une insuffisance aortique, d’un rétrécissement aortique et d’une insuffisance mitrale.

Nous avons eu beaucoup d’enthousiasme à découvrir ces recommandations à la fois claires, complètes et précises pour notre pratique quotidienne. En effet, sur plusieurs plans ces recommandations mettent l’accent sur une simplification de la prise en charge, avec peut-être, une applicabilité plus facile en routine que les recommandations américaines.

Insuffisance aortique
Une chirurgie est maintenant recommandée chez un patient asymptomatique avec (class I) :
> Soit un diamètre télé-systolique du VG : DTSVG > 50 mm.
> Soit un diamètre télé-systolique du VG indexé : DTSVGi > 25 mm/m2.
> Soit une FEVG ≤ 50 %. 

A noter, les dimensions VG passent d’une recommandation de class IIa à une recommandation de classe I.

  • Une autre nouveauté de ces recommandations est de pouvoir considérer la chirurgie chez un patient asymptomatique avec : Un DTSVGi > 20 mm/m2 ou une FEVG ≤ 55 % en cas de chirurgie à bas risque (class IIb).



Figure synthèse : Management d’un patient avec insuffisance aortique

Rétrécissement aortique

  • Introduction d’un nouveau seuil de FEVG à 55 % au lieu de 50 % pour considérer une intervention chez un patient porteur d’un rétrécissement aortique serré asymptomatique (class IIa).
  • Une intervention peut être considérée chez un patient asymptomatique et un test d’effort normal, si le risque est bas et ≥ 1 des paramètres suivants (classe IIa) :
    > Rétrécissement très serré avec Vmax > 5 m/s (et non plus 5,5 m/s).
    > Calcifications sévères : évaluées idéalement par scanner, et progression de Vmax ≥ 0,3 m/s/an.
    > Elévation des BNP > 3 fois la normale, confirmée sur des mesures répétées et sans autre explication.
    > Attention : disparition du critère de PAPS au repos +++.