S’informer pour se former : Retour sur la première édition de l’académie d’excellence

Publié le 1652746269000


Qu’est-ce que c’est ?

L’idée de l’Académie d’Excellence (AE) a été émise par le CNGOF afin de permettre aux internes de Gynécologie Obstétrique et Médical d’avoir une formation de haute qualité dans un cadre convivial. Ce projet porté par le Pr Riethmuller (Besançon) permet à deux internes de chaque ville (et en théorie 5 pour Lyon, 4 pour Marseille, 3 pour Bordeaux, et 2 par CHU parisien) de participer à cette semaine de formation à la fin du mois d'août.

Quel contexte ?
La première édition de l’AE s’est déroulée au Center Park « Les Hauts Bruyères » en Sologne. Dès le premier jour, nous avons été installés dans des bungalow pour 3 personnes et un vélo a été attribué à chaque interne pour lui permettre de naviguer dans le centre. Dans cette atmosphère bucolique, les présentations et les ateliers se sont alterné avec des repas animés, des activités sportives et des soirées festives dans les bungalows. La bonne humeur et l’envie de faire connaissance entre internes ont largement été au rendez-vous entre deux passages dans la rivière sauvage !

Quelle formation pour les internes ?
Au programme de la semaine, des ateliers de formation diverses et variés, allant du traditionnel pelvi-trainer aux simulateurs « dernière génération », de l’atelier d’annonce aux simulateurs d’écho 3D en passant par la ponction d’ovocyte et le transfert d’embryon. Les encadrants nous ont également fait partager leurs sujets de recherche extrêmement variés, laissant entrevoir que la gynécologie est loin d’être la dernière des spécialités en termes d’innovation !

Quelques moments marquants de la semaine :

• L’atelier accouchement instrumental par Paul Berveiller (Paris) et Charles Garabedian (Lille).
Mis à part le sens de l’humour et la complicité des deux intervenants, cet atelier qui se promettait sans surprise (arrivée en fin d’internat, qui n’a pas eu des dizaines de cours pour apprendre à positionner ses instruments…) s’est finalement révélé très instructif !

Il s’agissait d’un débat permettant aux internes des quatre coins de la France de se rendre compte de la grande diversité de pratique et d’apprendre les particularités obstétricales de chaque ville. Mention spéciale aux Toulousains pour leurs rotations des variétés postérieures aux spatules !

• Le rythme cardiaque fœtal par le Pr Edwin Chandraharan (Londres).
Certains d’entre vous l’auront déjà croisé dans des congrès obstétricaux, il s’agit d’un obstétricien londonien qui présente de manière très imagée et passionnée sa vision du rythme cardiaque fœtal. Durant les deux heures de sa présentation, cet orateur nous a permis une grande ouverture d’esprit, et si vous croisez un de vos co-interne ou chef avec une pièce de 2 euros devant un rythme en salle de naissance, vous saurez maintenant qu’il n’est pas fou !

Le petit plus ?
Le dernier jour de la semaine, il était proposé aux internes de s’inscrire sur volontariat à la première partie du diplôme européen de GynécologieObstétrique - Knowledge. Il s’agit d’une certification européenne créée par l’EBCOG (European Board and College of Obstetrics and Gynecology). L’épreuve en anglais était encadrée par le Pr Jacky Nizard (Paris) et comprenait des questions générales sur la gynécologie, l’obstétrique et la PMA. Les participants ayant réussi cet examen ont participé à Amsterdam à une mise en condition avec des jeux de rôles en anglais permettant l’obtention du diplôme. Pour cette première édition, le nombre d’internes inscrit était relativement faible, probablement en raison du coût (300 € l’inscription) de ce diplôme

Qui est concerné ?
C’est la grande question qui a partagé les avis. En effet, pour les deux premières sessions, le choix des académiciens a été fait par les chefs de service et PU-PH de chaque ville. Après discussion avec le président du CNGOF, Monsieur Israël Nisand, il a été proposé que les membres de l’AGOF faisant partie de la commission des internes au sein du CNGOF participent activement à l’organisation de cette formation en association avec M. Riethmuller, et au choix des internes participants. Néanmoins cette année, les modalités de sélection n’ont pour l’instant pas été modifiées. L’idée de notre association étant de permettre à tous les internes volontaires, de dernière année d’internat de pouvoir participer, indépendamment de leurs « affinités » locales.

Au total, que faut-il retenir de cette semaine ?
Une première session de formation au top, qui a permis de découvrir des internes de toute la France que l’on sera heureux de recroiser lors des différents congrès. En espérant par la suite que cette expérience se poursuive chaque année pour apporter à un maximum d’internes tous les bénéfices humains et professionnels de ce genre de rencontre.

Claire CARDAILLAC

Article paru dans la revue “Association des Gynécologues Obstétriciens en Formation” / AGOF n°15

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1652746269000