Rétrospectives des évènements par et pour les internes cette année

Publié le 1661778645000

Une initiative locale : La journée de l’Interne en Psychiatrie à Tours

Le jeudi 2 décembre 2021 s’est tenue à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Poitiers la 7ème Journée de l’Interne en Psychiatrie. Cette journée est organisée chaque année par des internes inscrits au Diplôme d’Études Spécialisées en Psychiatrie, et tient pour objectif de rassembler sur un modèle conférencier étudiants et seniors afin de discuter les dernières données issues de la littérature et de la recherche dans le domaine de la psychiatrie, des modalités de formation à cette spécialité médicale, mais également pour créer un lieu d’échanges avec des intervenants extérieurs, participant également à la prise en charge et au suivi des patients. La journée permet de créer de nouveaux liens et de maintenir les plus anciens, par la rencontre ou les retrouvailles des uns et des autres. L’échange par la parole étant un pilier de la prise en charge en psychiatrie, et le dialogue notre moyen primordial de tisser des relations, cette journée apparaît donc comme primordiale pour favoriser et maintenir de bons rapports confraternels.

Les partenaires de cet événement étaient également conviés, soient l’AIAIPV (Association des Internes et Anciens Internes en Psychiatrie de la Vienne), l’AFFEP (Association Française Fédérative des Étudiants en Psychiatrie), la MACSF, la BNP Paribas, ainsi que le Centre Hospitalier Henri Laborit et l’Université de Poitiers. Je remercie chacun de ces différents acteurs pour avoir soutenu le projet que j’ai pu élaborer pour cette fin d’année 2021.

Je tiens à mettre en avant l’autorisation de l’Université de Poitiers à organiser cette 7ème édition dans l’amphithéâtre Tourette de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, et pour avoir soutenu l’événement sur le plan administratif et organisationnel, notamment par le prêt de l’espace et de mobiliers, ainsi que du système de visioconférence. L’entière journée a ainsi pu se dérouler dans un lieu adapté à la fois pour les nombreux intervenants comme pour le public invité, en présentiel et distanciel, ce malgré un contexte sanitaire diffi cile avec la pandémie COVID-19. Je remercie donc une nouvelle fois l’équipe de la Faculté, ainsi que le Doyen, le Professeur Marc PACCALIN, pour leur collaboration.

Lors de cette 7ème Journée de l’Interne en Psychiatrie, tout en proposant des temps formels d’interventions et de conférences, nous avons pu mettre également en place des temps de pause et de convivialité autour de boissons chaudes et de viennoiseries, ainsi qu’un apéritif dînatoire dans un bar et restaurant à proximité du campus, permettant de clôturer la journée en poursuivant les échanges entre les internes, les praticiens hospitaliers mais aussi les intervenants extérieurs. Il est alors à souligner le soutien financier essentiel de l’AFFEP pour l’organisation de ces temps de retrouvailles hors du cadre universitaire.

Abordant la participation de l’AFFEP à cette journée, nous avons eu la chance durant la matinée d’échanger en visioconférence avec Marie-Alix LAROCHE, secrétaire générale et référente de cette association à Poitiers, qui a donc pu nous présenter l’identité de celle-ci, son fonctionnement, et plus particulièrement son rôle auprès des internes en Psychiatrie de France. Je remercie de nouveau Marie-Alix pour son apport informationnel et le travail collaboratif et de liaison qu’elle a pu effectuer entre l’AIAIPV, l’AFFEP et moi-même pour cette 7ème Journée de l’Interne en Psychiatrie, mais également tout au long de son mandat.

Dans son ensemble, cette journée a pu permettre de rassembler les internes en Psychiatrie affectés à – feu – la région Poitou-Charentes, mais également des étudiants en médecine n’ayant pas encore passé l’ECN (Examen Classant National) et s’interrogeant sur la perspective d’intégrer cette spécialité médicale au terme de leur externat, et ce particulièrement dans la région poitevine. En effet, cet événement est également le moyen d’attirer le regard des futurs internes sur l’attractivité de Poitiers et de ses périphéries et la qualité de la formation proposée en psychiatrie dans chacun des lieux d’affectation. Nous espérons avoir pu mettre en lumière les avantages à se former à l’académie de Poitiers, et donner l’envie de s’y former et s’y installer avec des projets professionnels, mais aussi de vie personnelle.

La prochaine Journée de l’Interne en Psychiatrie se déroulera le jeudi 8 décembre 2022 à Poitiers, avec un lieu exact restant à définir. J’aurai de nouveau la charge de son organisation, pour sa 8ème édition. J’espère ainsi pouvoir compter sur la présence des mêmes partenaires que l’année dernière, du soutien d’intervenants toujours aussi préoccupés du bon accompagnement des internes en Psychiatrie durant leur internat mais également au-delà, par une qualité des rapports confraternels entre praticiens. De manière supplémentaire, je souhaite pouvoir porter la connaissance de cet événement à davantage d’acteurs, au sein du milieu médical mais également en dehors, et de dynamiser plus encore cette journée et la rendre peu à peu incontournable pour la psychiatrie dans notre région Nouvelle-Aquitaine.

Benjamin REDON
Interne en Psychiatrie
Promotion ECN 2019, équivalent 4ème semestre
Université de Poitiers

Congrès national des internes en psychiatrie (CNIPSY) à Grenoble

Le CNIPSY 2022 a eu lieu les 13 et 14 mai 2022 dans la magnifique capitale des Alpes, Grenoble  !

Le CNIPSY, c’est le Congrès National des Internes en PSYchiatrie et il a lieu chaque année dans une ville différente. Celui de Grenoble était attendu depuis 2 ans, car il avait été repoussé à cause de la crise sanitaire de la Covid-19. C’était donc un congrès qui n’avait qu’une seule attente : pouvoir se réaliser et accueillir tous les participants pour un moment d’échanges et de partages, de réfl exions et de présentations de résultats de recherche !

Cette année, la thématique choisie était : « Intelligences ».

Et en parlant d’accueil, tous les participants ont été accueillis au Musée de Grenoble, un musée considéré comme le tout premier musée d’art moderne en France. C’est donc dans ce superbe site que nous avons passé deux journées de séminaires, de discussions, et d’échanges, dans un bel amphithéâtre spacieux et confortable.

Entre deux présentations orales, il nous était donc possible d’aller errer entre le portrait de Jackie Kennedy (par Andy Wahrol), et «  l’intérieur aux aubergines  » de Henri Matisse, ou même de nous poser tranquillement avec une «  Femme lisant  », premier tableau de Pablo Picasso à entrer dans les collections publiques françaises.

Durant ces deux journées sur le thème « Intelligences », nous avons donc eu le plaisir d’entendre de nombreuses conférencières et de nombreux conférenciers autour de sujets divers comme « la pleine conscience », l’exploration des liens entre « la folie » et « la créativité », le TDAH et les troubles du spectre de l’autisme.

Nous avons pu aller plus loin, en apprenant sur les formes de vies alternatives, le connectome en psychiatrie, l’intelligence des virus, et même aller dans le futur avec le «  deep learning  ». Il a aussi été rappelé l’importance du diagnostic des maladies rares en psychiatrie, et nous avons découvert tous les secrets pour monter une étude de recherche. Nous nous sommes posés pour reprendre de façon approfondie les bases scientifi ques du concept d’intelligence et avons été aux limites des très grandes intelligences, avec des exposés sur le «  Haut potentiel intellectuel ». Nous avons fait des liens entre la psychiatrie et d’autres domaines comme les arts, la créativité et la «  culture Pop et Psy  » en explorant les pathologies de nos stars préférées.


Musée de Grenoble


Téléphérique de Grenoble

Nous nous sommes questionnés sur le «  dopage intellectuel », et pour couronner ces deux journées, c’est le Pr Boris Cyrulnik lui-même qui nous a fait le plaisir de nous conter les liens entre intelligence et résilience.

Nous avons donc exploré pendant deux jours les liens entre les folies et les intelligences, la créativité, les pathologies psychiatriques et les différentes façons d’être soi, en intelligence, dans l’objectif d’une meilleure gestion de cette intelligence, qui parfois peut nous mettre paradoxalement tellement en difficulté.

Un programme donc très riche et varié autour des différentes formes d’intelligences !

Le CNIPSY a aussi été l’occasion de réaliser l’Assemblée Générale de l’AFFEP (Association Française Fédérative des Étudiants en Psychiatrie) en présentiel, à la MJC Allobroges, pour tous les référents qui ont eu le plaisir de venir sur Grenoble ! Cette assemblée a été l’occasion de partager nos expériences d’internes de toutes les villes de France et d’organiser la suite de nos actions.

Merci donc aux organisateurs du CNIPSY Grenoble 2022, qui ont tout fait pour satisfaire les congressistes ! Merci à Albane PELLUET (Présidente), Léonor FAVRE, Tiphaine ROELENS, Brenda LAARAMI, Léa BOURRAT, Lydia DJENNAOUI, Justine DENIEL, Antoine JAFFIOL, Christophe GAULD, et tous les bénévoles  ! Merci aux partenaires et aux exposants qui ont animé nos pauses café et permis des échanges de téléphones et de mails !

Enfin, pour permettre des discussions dans un cadre festif et détendu, les organisateurs nous ont aussi concocté une superbe soirée à la Bastille de Grenoble. C’est donc en grimpant dans les fameux «  œufs de Grenoble  », premier téléphérique urbain de France, qui culmine à 264 mètres au-dessus de la ville, que nous avons atteint ce haut lieu qui offre un superbe panorama sur toute la vallée Grenobloise  ! Un lieu propice aux rencontres, aux discussions et à la fête  !

Alors, l’année prochaine, n’hésitez plus  ! Venez au CNIPSY 2023  ! Il aura lieu à Lyon, la grande sœur de Grenoble !

Jérémie DALOUS
Interne de psychiatrie
Référent AFFEP pour l’Île-de-France
VP culture/cinépsy de la PEPS (Association des internes de Psychiatrie d’Île-de-France)
Référent au SIHP pour la psychiatrie

European Federation of Psychiatric Trainees (EFPT) Forum Malte 2022 Breaking Barriers into the future of Psychiatry

Nous sommes 5 internes qui ont eu la chance de représenter la France au dernier congrès européen des internes en psychiatrie à Malte du 7 au 10 juillet 2022 : Ilia Humbert, interne en PPA à Strasbourg, Veronica Sandroni et Tristan Quinet, internes à Paris, Arnaud Bagdasarian, interne à Tours et Lisa Bouchet, interne à Toulouse.

L'ouverture du congrès s'est tenue à l'Università ta' Malta en présence notamment du Dr George Vella, président de la République de Malte et le Pr Norman Sartorius, ancien directeur de l’OMS en charge de la santé mentale, qui ont abordés le sujet vaste du futur de notre spécialité.

Tout au long de cet article, nous allons vous présenter les moments forts de ce congrès à travers différents regards. Finalement, vous trouverez les informations autour du 31ème congrès de l’EFPT qui se tiendra à Zurich du 4 au 8 juillet 2023 à la fin de notre article.

Lisa BOUCHET
Interne en psychiatrie à Toulouse
 et en charge de la coordination syndicale à l’AFFEP

L’European Forum of Psychiatric Trainees, d’abord un lieu de rencontres

Quelques interventions théoriques sur 4 jours, une à deux par jours, tout au plus, interventions qui viennent appuyer la réelle raison d’être de ce forum, voir comment ça se passe chez les autres.

Deux Professeurs viennent parler de psychose précoce, comment la reconnaître, comment la traiter, or suivant ce qu’ils abordent certain.e.s connaissent, certain.e.s non, on voit alors la différence en termes de formation suivant où l’on se trouve en Europe. Le reste des 4 jours sert alors à répondre à cette question : « Alors, comment ça se passe chez vous ? », question qui revient souvent d’ailleurs pour débuter la discussion avec un.e inconnu.e, pour casser le silence parfois gênant d’une première rencontre.

On voit alors des différences se dessiner, d’abord qualitative, de moyen et rémunération financière, ainsi que de temps de formation, délimitation qui suit par ailleurs assez bien le gradient économique européen, frontière poreuse dans les limites de l’Europe, montrant qu’elle n’est pas si unie qu’elle le voudrait. On apprend par exemple que dans le Caucase, la Géorgie n’a que 2-3 ans d’internat, et que les internes doivent payer tous les mois un tiers de leur salaire de 500 euros à la fac pour la formation, ou bien que l’Arménie n’a pas pu venir au forum, apparemment pour raisons économiques.

Ces pays sont un extrême, ne faisant pas partie de l’Union Européenne, mais les pays de l’Est de l’UE rencontrent les mêmes difficultés. On apprend également que certains pays de l’Est de l’UE n’ont pas accès au Lithium, pour cause de confl its entre groupes pharmaceutiques.

Il existe toutefois des points communs, tout le monde se plaint de ne pas avoir assez de formation en psychothérapie, ou bien de ne pas être assez bien payé, ou reconnu, mais même dans ces retrouvailles, une démarcation existe. Après avoir appris comment étaient payés les autres pays, un suédois a arrêté de revendiquer un meilleur salaire, diffi cile de se plaindre d’un salaire quand il est littéralement 10 fois supérieur à son voisin de table. Idem pour la formation en psychothérapie, elle n'existe absolument pas dans certaines régions, ou bien l’organisation du système de santé, pour lequel le remboursement des soins est encore balbutiant par endroit. Un Professeur de psychiatrie maltais, nous accueillant, nous présente les avancées dans le pays, iels sont en train de mettre en place le secteur.

Certaines différences nourrissent de l’espoir, comme les représentantes irlandaises et roumaines, nous disant que depuis quelques années la psychiatrie gagne en popularité parmi les étudiant.e.s en médecine, remplissant Arnaud BAGDASARIAN Président de l’ATIPIC, association locale du Centre-Val de Loire tous leurs postes pour l’internat. D’autres moins, comme notre exemple, le pays des Lumières, grande puissance économique mondiale, voyant son système de santé s’écrouler sur lui-même, provoquer un regard de pitié chez celleux dont le système tient mieux la route, ainsi qu’un regard d’angoisse chez celleux qui le voyaient comme un exemple à atteindre.

Autre impression, aussi surprenante qu’évidente, les français.es semblent auto-centré.e.s, nos camarades sachant tou.te.s ce qui se passe chez les voisin.e.s et le reste de l’Europe, sauf nous, ce qui nourrit le ressenti de l’importance d’un forum comme celui-ci. Autres communautés de ressenti ; le malaise face à la violence de la psychiatrie, ne pas savoir quoi faire pour ne plus isoler, contraindre, attacher, déraciner. Malaise également face à la psychiatrie contemporaine, dans laquelle certain.e.s ne se retrouve pas, ou plus, mais qui les à poussés à venir ici, voir si d’autres personnes partageaient ce malaise, pouvoir poser à d’autres la question « Qu’est-ce qu’on fout là-dedans ? ». Pari réussi.

Quatre jours c’est long quand on rencontre autant de personnes, je pourrais continuer encore longtemps, mais voyant que j’arrive en bas de la page, et ne voulant pas mettre l’équipe de l’édition en difficulté, je propose de m’arrêter là, sur ces ressentis écrits spontanément après être atterri dans mon service semestriel.

Arnaud BAGDASARIAN
Président de l’ATIPIC, association locale du Centre-Val de Loire

Comme tous les ans, chaque délégation était invitée à présenter un poster, le sujet cette année était la psychiatrie du futur dans leur pays et les questions qu'elle pose

Ilia Humbert, notre chère présidente, a présenté l'étude #ChoisirPsychiatrie pour la France, réalisée par l'AFFEP avec l'AJPJA et l'ANEMF, que nous vous avions déjà décrite lors du numéro précédent, qui mettait en avant les raisons du choix de notre spécialité et de l'image qu'elle peut avoir entre les différentes générations médicales.

Un grand nombre de thèmes ont été abordés : de la téléconsultation en Georgie à la création d'un centre d'accueil de jour en pédopsychiatrie en République Tchèque en passant par un plan global pour la santé mentale en Grèce. Un prix était à la clé mais pas de victoire française cette année. En effet, le prix a été partagé par trois délégations.

L'Allemagne, avec un argumentaire engagé, qui sensibilisent à la prise en charge jusqu'à maintenant trop sous-estimée de l'éco-anxiété, aussi appelé solastalgie !

Les Pays-Bas, résumant les caractéristiques de leur psychiatre du futur, avec 9 thèmes interconnectés qui seront selon eux les grands défi s pour la psychiatrie néerlandaise dans les prochaines années.

L'Estonie faisant le rapport maintenant bien connu du mal-être (burnout, suicide) chez les soignants en psychiatrie, mais réelle bouffée d'air frais tout au long du congrès, nous encourageant à prendre d'abord soin de nous.

Et si vous voulez porter un projet qui vous tient à cœur, le prix d’excellence est pour vous ! Il récompense les initiatives locales ou nationales par une visibilité sur tous les canaux de l'EFPT (réseaux sociaux, site web, présentation de 5 minutes à l'EFPT Forum). Le but est de mettre en valeur l’innovation en psychiatrie, via par exemple la pédagogie ou des évènements à l’attention des internes.

Cette année, c'est la Belgique qui remporte ce prix pour l'organisation d'une journée d'intégration régionale de tous les internes de psychiatrie adulte et de pédopsychiatrie fl amands. Espérons que ce sera vous, lors de la 31ème édition de l'EFPT à Zurich !

Tristan QUINET
référent SIHP et AFFEP de la PEPS

SOIRÉE CULTURELLE
« Comment ça se passe chez vous ? … », une question facile qui devient vite compliquée si les interlocuteurs sont presque une centaine et quasiment aucun n’est un « English native speaker ». Des solutions simples ont été trouvées par les organisateurs, simples comme partager nos gastronomies respectives. Au bord de la mer et autour d’un large buffet auquel chaque participant a activement contribué (fromage pour la France, viande de renne pour la Suède, pâtes pour l’Italie, chocolat pour la Suisse…), les discussions s'animent et les délégations se mêlent entre elles. Réchauffés par les différents breuvages dont le très puissant Tatratea de Slovaquie, chaque pays s’est présenté aux autres à travers une danse, une chanson ou un sketch humoristique. Nous avons dansé au rythme des musiques des balkans et des pays scandinaves, écouté une chanson populaire autrichienne et essayé d’apprendre à nos collègues européens les rudiments de la phonétique française…

EUROPEAN JOURNAL OF PSYCHIATRIC TRAINEES
Keep in mind !
Afin de mettre en valeur les travaux des internes et de permettre à toute la communauté scientifi que d’en bénéfi cier, l’EFPT a récemment réussi dans un pari assez ardu : la création du journal européen des internes en psychiatrie (EJPT – European Journal of Psychiatric Trainees). Le premier article vient d’être publié !
Il s’agit d’un cas clinique de mésusage de la fl uoxétine chez une adolescente. Il s’agit d’une initiative toute récente qui a pour but de promouvoir les publications scientifi ques des internes et n’attend que vos propositions d’articles.
Website : https://ejpt.scholasticahq.com/

EFPT ZURICH
Coming soon…
Après deux années en virtuel et une année sur l'île de Malte, ce seront nos voisins les suisses qui accueilleront le 31ème forum EFPT qui se tiendra du 4 au 8 juillet 2023 à Zurich.

Pour en savoir plus :
- Website : http://efpt.eu/ n'hésitez pas à suivre l’EFPT sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin, Youtube) pour ne manquer aucune information !
- Teaser 31ème forum EFPT : https://youtu.be/kScpsxjOIPU
- Page facebook b : https://www.facebook.com/EFPTrainees/

Et surtout… n’hésitez pas à nous contacter si vous avez des idées de projets, d’articles ou autres qui pourraient permettre de représenter les travaux innovants de psychiatrie en France au prochain forum.

Veronica SANDRONI
Présidente PEPS année 2021/2022

Article paru dans la revue “Association Française Fédérative des Etudiants en Psychiatrie ” / AFFEP n°30

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1661778645000