Quand l'univers de la restauration collective hospitalière poursuit son évolution

Publié le 22 May 2024 à 17:04
#International


La nourriture est beaucoup plus qu'un simple aliment. Même le grand Hippocrate a confirmé : « Que ta nourriture soit ton remède et ton remède ta nourriture » au Vᵉ siècle avant J.-C.. Cette philosophie est le principe de base de n'importe quel service de restauration collective hospitalière et place la santé au cœur de chaque menu servi. Bien que son budget ne représente que 1 % des dépenses, les établissements sociosanitaires et hospitaliers doivent accorder une attention particulière à l'enjeu de santé pour surmonter les problèmes de dénutritions de leurs patients.

Restauration collective hospitalière : qu'entend-on par là ?

La restauration collective consiste à proposer des plats aux individus travaillant ou vivant dans une même collectivité. Ayant une double vocation, un service de restauration collective en milieu hospitalier tend donc à recouvrir tous les repas au personnel et aux patients de cliniques, d'hôpitaux…

Contribuer au processus de guérison

Pour être plus concret, il est question de :

  • Appliquer les prescriptions médicales
  • Répondre aux besoins nutritionnels des malades
  • Intervenir dans le processus d'éducation nutritionnelle des malades
  • Adapter des régimes pour chaque patient

Contribuer directement au bien-être et au confort des malades

La qualité de la production et de la distribution des menus constitue une démarche préliminaire indispensable à la prise en charge nutritionnelle des malades pour aboutir à une prise en charge sur mesure. Cela dit, les repas symbolisent pour les patients des instants pour prendre du plaisir, se détendre et s'intégrer dans un milieu social, relationnel et affectif. De tels moments représentent des facteurs primordiaux à leur bien-être et indirectement à leur processus de guérison. Pour en savoir davantage, n'hésitez pas à vous rendre sur cette page.

Vers une approche holistique

Un régime alimentaire parfaitement planifié et bien exécuté peut optimiser la récupération, améliorer le bien-être et même minimiser les coûts médicaux.

  • Évaluation nutritionnelle individualisée : la première étape exige une évaluation complète des besoins nutritionnels du malade. Elle inclut l'analyse du poids, du sexe, de l'âge, des conditions santé et des besoins en énergie.
  • Planification de menus spécifiques : une fois l'évaluation terminée, la prochaine démarche consiste à créer des plats qui correspondent aux besoins. Les diététiciens travaillent en étroite collaboration avec des chefs cuisiniers afin de créer des menus nutritifs et très appétissants.
  • Contrôle de qualité rigoureux : la qualité est au centre névralgique de la restauration collective en milieu hospitalier. Des contrôles réguliers permettent de garantir que les plats sont préparés et servis selon les normes les plus élevées.

La technologie au service de la restauration dans les établissements de santé

Bien évidemment, la technologie tient un rôle majeur dans l'efficacité et la modernisation de la restauration collective. Un service de restauration hospitalière de qualité doit surpasser la simple gestion de la cafétéria ou de la cuisine pour assurer une nutrition adaptée, dans le respect de la qualité des aliments cuisinés et des traditions culturelles.

Les systèmes de gestion informatisés permettent une organisation efficace et précise, tout en incorporant les préférences alimentaires, les données nutritionnelles et les restrictions diététiques. En outre, la technologie vient garantir la sécurité et la traçabilité alimentaire, ce qui réduit les risques et assure la conformité aux réglementations internationales et locales.

La restauration collective dans les établissements de santé constitue une industrie à la fois dynamique et complexe. Elle n'est plus une fonction logistique marginale, mais joue un rôle capital dans la satisfaction des besoins nutritionnels des malades, du personnel et même des visiteurs.

Publié le 1716390286000