Portrait d’un corps de métier

Publié le 13 Jul 2023 à 12:22
#Urgences
#International
#Pneumologue
#Interne en médecine

 

Infirmier(ère) en pratique avancée

Présentation de l’Association Nationale Française des Infirmier(ères) en Pratique Avancée (ANFIPA)Fort du soutien de l’ANFIIDE (Association Nationale Française des Infirmières et Infirmiers Diplômés et des Étudiants), première association infirmière créée par Léonie Chaptal en 1924 et reconnue d’utilité publique, l’ANFIPA a été créée en 2019 avec pour objectifs de :
→  Promouvoir la qualité des soins infirmiers en Pratique avancée ;
→  Contribuer au développement de la pratique avancée en France ;
→  Participer au développement de l’enseignement et de la recherche en pratique avancée ;
→  Promouvoir le statut professionnel des IPA ;
→  Défendre les intérêts de la profession infirmière en pratique avancée ;
→  Améliorer les conditions d’exercice des IPA ;
→  Participer à l’amélioration des compétences professionnelles des IPA ;
→  Faire rayonner et relayer les savoirs en pratique avancée ;
→  Travailler auprès d’associations de patients, de patients experts et d’aidants.

 ANGÉLIQUE DUMONT, IPA MENTION OHO CHU ROUEN

PRÉSENTATION DES MISSIONS DE L’IPA, MENTION PATHOLOGIES ONCOLOGIE, HÉMATO-ONCOLOGIE (OHO) EN PNEUMOLOGIE

Titulaire d’un Diplôme d’État d’infirmière en pratique avancée, mention oncologie et hémato-oncologie, j’exerce à l’hôpital de jour d’oncologie thoracique au CHU de Rouen.

Je prends en charge des patients atteints d’un cancer pulmonaire dont la pathologie est stable. Ces patients ont une chimiothérapie hebdomadaire, une immunothérapie ou des fragilités qui nécessitent une prise en charge particulière. Je m’assure lors de la consultation que l’état physique, psychique et clinique du patient soit compatible avec l’injection de leur traitement. J’adapte la dose si besoin en accord avec l’oncologue du patient, je réalise ensuite le OK CHIMIO. Dans le cadre de mes missions, j’ai la possibilité de renouveler les ordonnances de bilan biologiques, de traitements de support et vérifie que le bilan de réévaluation iconographique est organisé. Si je dépiste une problématique de santé qui dépasse mon champ de compétences, j’adresse le patient au médecin pneumologue.

Je sollicite l’intervention de soins de support en fonction des besoins du patient (assistante sociale, diététicienne, équipe mobile de soins palliatifs...) et coordonne leurs interventions. Je fais également le lien-ville hôpital et réalise également des actes de prévention (organisation du suivi de diabétologie, de prise en charge de l’hypertension artérielle, de suivi avec les autres spécialistes...)

Je prends également en charge le suivi des patients sous thérapie ciblée. Je réalise une consultation d’annonce infirmière, m’assure de ce que le patient a compris de sa pathologie et de son traitement. Je l’informe des effets secondaires éventuels et leur conseille des actes de prévention afin de les limiter. J’organise un suivi biologique régulier notamment par entretiens téléphoniques afin de répondre à l’apparition d’effets secondaires potentiels et d’adresser le patient vers un médecin ou un spécialiste si besoin. Je réalise des entretiens motivationnels, un soutien psychologique et de l’éducation thérapeutique afin que le patient puisse poursuivre dans les meilleures conditions son traitement.

De plus, nous intervenons avec ma collègue IPA, mention pathologie chronique, dans la formation et l’information de nos pairs grâce à la création d’ateliers.

MYLÈNE BONNAIRE, IPA PCS CHU ROUEN

PRÉSENTATION DU MÉTIER D’INFIRMIÈRE EN PRATIQUE AVANCÉE (IPA)

Selon le Conseil International des Infirmières (CII) en 2008, L’infirmière qui exerce en pratique avancée est un(e) infirmier(ère) diplômé(e) qui a acquis des connaissances théoriques, le savoir-faire aux prises de décisions complexes, de même que les compétences cliniques indispensables à la pratique avancée de sa profession. Les caractéristiques de cette pratique avancée sont déterminées par le contexte dans lequel l’infirmier(ère) sera autorisé(e) à exercer.

Le vieillissement de la population, l’accroissement des pathologies chroniques, la démographie médicale en baisse ainsi que le virage ambulatoire sont des facteurs qui ont favorisé l’émergence de la pratique avancée infirmière sur le territoire français. Après obtention du Diplôme d’État d’infirmier(ère) en pratique avancée de grade Master délivré par les universités, les premiers(ères) IPA ont commencé(es) à exercer en juillet 2019.

La formation se décompose en deux temps, après une année d’enseignement en tronc commun, les infirmiers(ères) étudiants(es) choisissent une mention parmi les cinq mentions existantes pour la poursuite de la formation en deuxième année :
→ Pathologies chroniques stabilisées ;
→ Oncologie, hématologie ;
→ Néphrologie, dialyse, transplantation rénale ;
→ Psychiatrie, santé mentale ;
→ Urgences.

En théorie, le décret du 18 juillet 2018 relatif aux compétences de l’IPA précise que l’IPA peut conduire :
→ Des activités d’éducation, de prévention et de dépistage ;
→ Des actes d’évaluation et de conclusion clinique ;
→ Des actes techniques et des actes de surveillance clinique et paraclinique ;
→ Des prescriptions de produits de santé non soumis à prescription médicales obligatoire ;
→ Des renouvellements ou adaptations de prescriptions médicales ;
→ Des prescriptions d’examens complémentaires ;
→ Des activités d’orientation, d’organisation des parcours de soins de santé en collaboration avec les professionnels impliqués dans la prise en charge ;
→ Et des activités de formation et de recherche.
En pratique, l’IPA permet une approche multidimensionnelle des soins en proposant une prise en charge holistique des patients.

PRÉSENTATION DES MISSIONS DE L’IPA, MENTION PATHOLOGIES CHRONIQUES STABILISÉES (PCS) EN PNEUMOLOGIE

Diplômée infirmière en pratique avancée depuis juillet 2019, j’exerce au sein de l’hôpital de jour de pneumologie du CHU de Rouen.
J’assure en collaboration avec l’équipe pluridisciplinaire le suivi de patients présentant une insuffisance respiratoire chronique et/ou une hypertension pulmonaire.

Mes missions auprès des patients comprennent :
→ La réalisation d’un interrogatoire et d’un examen clinique ;
→ L’évaluation de la tolérance du patient à son traitement pharmacologique et non pharmacologique et particulièrement du traitement par assistance ventilatoire ;
→ L’évaluation de l’observance du patient à son traitement ;
→ La prescription d’examens biologiques et complémentaires (gazométrie artérielle, radiographie, scanner, spirométrie…) nécessaires au suivi ;
→ Le renouvellement et l’adaptation de prescriptions médicales (modifications des paramètres de ventilation mécanique, adaptation de débits d’oxygénothérapie, adaptation du traitement diurétique, titration des médicaments spécifiques de l’hypertension pulmonaire…).

La mise en oeuvre de la continuité des soins avec :
→ Une réponse rapide aux demandes des patients permettant une détection rapide des problèmes (entretiens téléphoniques, organisation d’entretiens en semi-urgence…) ;
→ La rédaction d’un compte rendu complet adressé à tous les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge du patient.

La mise en place d’une alliance thérapeutique :
→ En fixant avec le patient des objectifs de soins partagés, clairs et atteignables et compris par le patient et son entourage.
Des activités d’éducation et de prévention à la santé (tabac, alimentation, activité physique, sommeil, vulnérabilités…).

Des activités de dépistage et d’orientation :
→ En orientant le patient vers le professionnel de santé compétent si la situation clinique dépasse mon champ de compétences ;
→ En mettant les compétences des professionnels de santé au profit de la prise en charge du patient ;
→ En dépistant les freins et les leviers pour accompagner le patient dans la recherche de stratégies d’adaptation au changement de ses comportements en santé.

J’ai également des missions d’enseignement (cours à l’université, formation sous forme d’ateliers en pneumologie) et de recherche (mise en œuvre de projets de recherche et veille documentaire).

Article paru dans la revue « Du Jeune Pneumologue » /AJP02 N°02

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1689243734000