Pilier 1 du Ségur : transformer les métiers, revaloriser ceux qui soignent

Publié le 1653987210000

 

L’objectif annoncé du pilier 1 du Ségur de la santé était de revaloriser les rémunérations et les carrières et développer les compétences et les parcours professionnels à l’hôpital et dans les EHPAD.

Dr Patrick LÉGLISE
Vice-président du SYNPREFH

Délégué général de l'INPH

L’hôpital public est aujourd’hui confronté à une crise de démographie médicale en partie liée à la baisse d’attractivité des carrières hospitalières et hospitalo-universitaires. Cette baisse d’attractivité est matérialisée par un taux de vacance statutaire d’environ 30 % pour les praticiens hospitaliers plein temps et d’environ 50 % pour les temps partiels.

Ce retour d’attractivité ne peut pas se faire sans une revalorisation signicative de l’ensemble des rémunérations, sans l’assurance d’une continuité des carrières et sans la reconnaissance de valences dites « non cliniques ».

Pour exemple, au cours des 20 dernières années la grille indiciaire des PH a augmenté de 10 % (0,5 %/ an) alors qu’en parallèle l’initiation a été de 33 % et le SMIC revalorisé de 63 %. Ce qui correspond à une baisse de pouvoir d’achat de plus de 20 % en 20 ans. Par ailleurs à la création du statut en 1984 un praticien hospitalier démarrait sa carrière avec une rémunération équivalente à 4 fois le SMIC alors qu’actuellement nous en sommes à 2,5 fois le SMIC. Si on rajoute les comparaisons internationales montrant que la France est en queue de peloton sur les niveaux de rémunération des professionnels de santé, ces chiffres montrent bien qu’au cours des dernières décennies il y a eu une dévalorisation constante des carrières médicales hospitalières.

Par ailleurs, au-delà des négociations de revalorisation salariale, la mission coordonnée par Nicole Notat a proposé d’explorer plusieurs axes de réflexion :
• Développement des exercices mixtes ;
• Modernisation de la gestion de carrière et des compétences ;
• Promotion de la qualité de vie et de la santé au travail ;
• Promotion du dialogue à l’hôpital.

LES PROPOSITIONS DE L’INPH
L’INPH a proposé une série de mesures et de principes visant à garantir et promouvoir les statuts de praticiens hospitaliers et hospitalo-universitaires a‑ n de recréer les conditions d’attractivité de l’hôpital public :
• Revaloriser la grille de rémunération des PH globalement de 30 % qui n’a pas évoluée signicativement depuis plus de vingt ans.
• Aligner et revaloriser les grilles des émoluments hospitaliers des PU-PH et MCU-PH sur une grille unique revalorisée de 30 % avec une progression rapide en début de carrière.
• Aligner les grilles de rémunération des praticiens contractuels (Chef de clinique, assistant spécialiste, praticien attaché, …) sur la grille de rémunération des PH.
• Améliorer la rémunération des jeunes PH en supprimant les trois premiers échelons de début de carrière.
• Revaloriser signicativement la prime d’engagement de service public exclusif dès 2020, 2000 € mensuels sans condition d’ancienneté dans le statut, afin de valoriser l’engagement dans le secteur public.
• Préserver et renforcer la nomination nationale des PH à partir d’une liste aptitude nationale établie par une commission nationale de pairs gérée par le CNG.
• Sanctuariser le cœur du statut HU en garantissant l’indissociabilité de la fonction HU : soin, enseignement et recherche.
• Intégrer automatiquement les MCU-PH hors classe titulaires d’une Habilitation à Diriger les Recherches dans le corps des PU-PH.
• Accorder l’utilisation du titre de « professeur » à tous les MCU-PH et aux PH détenteurs d’une HDR.
• Dé contingenter l’accès à là Hors-Classe des MCU-PH et à la Classe Exceptionnelle des PU-PH.
• Créer des missions d’enseignement et de recherche pour les PH, (par exemple sur le modèle des PAST) qui doivent être reconnues à plusieurs niveaux : temps (valences), rémunération et valorisation universitaire (l’institution d’enseignement ou de recherche). Ces valences permettent un exercice pluriel de la carrière de praticien hospitalier grâce un parcours diversité et valorisant.
• Prendre en compte les missions d’enseignement et de recherche des hôpitaux dans le calcul des effectifs cibles de praticiens.
• Autoriser un congé des PH pour formation/recherche/reconversion avec maintien du salaire pour une durée d’un trimestre par deux ans travaillés à plein temps dans la limite d’un an de congé (à l’image des HU). Ces dispositions sont déjà possibles avec la recherche d’affectation mais il faudrait élargir le « quota » et permettre le retour sur l’établissement à l’issue d’une formation longue.
Créer des possibilités de changer de nature d’exercice en cours de carrière en rendant possible des reconversions dans une autre spécialité, des passerelles pour intégrer la recherche ou faciliter le changement de statut H vers HU en cours de carrière.
• Améliorer les conditions d’exercice, en « repyramidant » la charge des gardes sur une carrière par un dispositif garantissant son allégement à partir du milieu de carrière.
• Rapprocher certaines dispositions statutaires des HU de celles des PH pour les conditions d’exercice hospitalier (accès au temps partiel, congés etc.) et proposer une véritable retraite hospitalière aux HU.
• Reconnaître le temps du dialogue social par la création de valences syndicales.
• Créer des possibilités de changer de nature d’exercice en cours de carrière en rendant possible des reconversions dans une autre spécialité, des passerelles pour intégrer la recherche ou faciliter le changement de statut H vers HU en cours de carrière.
• Proposer aux HU volontaires la possibilité d’un exercice « hors les murs » en créant des postes universitaires là où apparaissent des besoins et des spécificités.
• Favoriser la mixité des exercices en proposant des postes de PH temps partiel pour permettre à des jeunes médecins de s’installer en libéral progressivement avec, en échange, un engagement pour participer à la continuité des soins, participer aux staffs, à la formation des étudiants du service… Il ne s’agit pas d’un poste contractuel (qui peut être arrêté à tout moment), mais d’un vrai poste de PH initialement de minimum 40 % avec nomination nationale.

LES ACCORDS DU SÉGUR RELATIF AUX PERSONNELS MÉDICAUX
Ces accords viennent compléter les mesures déjà engagées dans le cadre du plan « investir pour l’hôpital » présenté en novembre 2019 dans le cadre de la transformation de notre système de santé « Ma santé 2022 » :
• Augmentation de la prime d’engagement de carrière hospitalière (PECH) et élargir le nombre de bénéficiaires.
• Augmentation de la prime d’exercice territorial et élargir le nombre de bénéficiaires.
• Suppression des 3 premiers échelons de la grille indiciaire des praticiens hospitaliers.
• Valoriser et revaloriser les fonctions de management médical (chefs de service, chef de pôle et président de CME).
• Rendre éligible à IESPE les praticiens hospitaliers en période probatoire.

• Fixer le montant de l’indemnité d’engagement de service public exclusif (IESPE) à 1010 € bruts mensuels pour tous les praticiens éligibles à compter 1er mars 2021 a‑ n de valoriser l’engagement dans le service public hospitalier. Une première revalorisation de l’ancien premier palier (moins de 15 ans d’ancienneté d’IESPE) à hauteur de 704 € bruts mensuels interviendra dès le 1er septembre 2020.

• Créer 3 nouveaux échelons en fin de carrière à compter du 1er janvier 2021, a‑ n de compenser le raccourcissement des développements de carrière lié à la suppression des 3 premiers échelons.
• Réformer les conditions du recours à l’emploi contractuel à l’hôpital pour mieux répondre à certains besoins de temps médical en complément du statut de praticien hospitalier qui restera le mode privilégié d’emploi à l’hôpital.
• Définir des objectifs au sein de chaque établissement en lien étroit avec le projet médical s’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue de la qualité pour le patient et de la pertinence des soins.
• Généraliser des entretiens de carrière et créer des viviers de compétence.
• Reconnaître les activités non cliniques par des valences.
• Reconnaître les passerelles entre spécialités.
• Mettre en place un plan national de formation.
• Simplifier le développement professionnel continu.
• Mettre en place des formations au management.
• Faciliter des passerelles entre public et privé
par une refonte statutaire allant jusqu’à la reconnaissance du statut de praticien hospitalier à quotité réduite de temps afin de permettre les exercices mixtes.
• Valoriser les remplacements des praticiens au sein d’un GHT.
• Rendre impossible la rémunération des médecins intérimaires au-delà des conditions réglementaires.
• Systématiser les réunions de service.
• Garantir le bon fonctionnement
des commissions régionales paritaires.
• Rendre obligatoire une visite médicale régulière pour les praticiens.

En ce qui concerne spécifiquement les personnels enseignants et hospitaliers, un travail sera engagé, en lien avec le MESRI, sur un réaménagement de la grille des échelons concernant la valence hospitalière.

Dans le cadre de la réforme des retraites, une attention particulière sera portée à la situation des personnels enseignants et hospitaliers et particulièrement les questions relatives :
• À la durée de cotisation et l’exclusion aujourd’hui des services hospitaliers réalisés avant la nomination en qualité de HU.
• À la prise en compte dans l’assiette des émoluments et des indemnités perçues au titre de l’exercice hospitalier.
• Au renforcement du dispositif d’abondement des plans d’épargne-retraite par leur établissement prévu par le décret n°2007-527 du 5 avril 2007.

NOUVELLE GRILLE INDICIAIRE DES PRATICIENS HOSPITALIERS PLEIN TEMPS AU 1ER JANVIER 2021

Règles de reclassement dans la nouvelle grille :
• Les PH classés aux 1er, 2ème et 3ème actuels échelons seront reclassés de facto au nouveau 1er échelon.
• Les PH classés du 4ème au 12ème actuels échelons seront reclassés respectivement du 1er au 9ème nouveaux échelons en conservant leur ancienneté dans l’échelon en cours.
• Les PH classés au 13ème échelon actuel seront reclassés en fonction de leur ancienneté dans l’échelon et garderont leur ancienneté résiduelle :
• Au nouveau 10ème échelon pour 0 à 3 ans d’ancienneté.
• Au nouveau 11ème échelon pour 4 à 7 ans d’ancienneté.
• Au nouveau 12ème échelon pour 8 à 11 ans d’ancienneté.
• Au nouveau 13ème échelon pour 12 ans et plus d’ancienneté.

Pour mémoire, ces règles de reclassement ont reçu un avis favorable unanime de la part de l’ensemble des inter syndicats représentatifs composant le CSPM lors de la séance du 2 juillet 2020

DÉCRYPTAGE ET ANALYSE DE L’INPH
Bien que l’enveloppe budgétaire consacrée aux accords du Ségur de la santé soit très importante, 450 millions d’euros, il convient tout d’abord de l’analyser de façon macro-économique et de la relativiser par rapport aux 10 milliards d’euros annuels consacrés à la rémunération des personnels médicaux des établissements hospitaliers publics. Finalement, l’effort budgétaire revalorise globalement la rémunération les personnels médicaux de 4,5 % ce qui est loin des 30 % demandés par l’INPH portant ainsi l’enveloppe à 3 milliards d’Euros.

Face à la cette conjoncture de pénurie budgétaire, l’objectif principal des mesures du Ségur de la santé associé à « investir pour l’hôpital public » de Ma Santé 2022 est de provoquer un choc d’attractivité essentiellement dirigé vers les nouveaux entrants dans la carrière hospitalière. Ainsi un ancien assistant spécialiste ayant 4 ans de reprise d’ancienneté entrera dans la carrière au 3ème échelon de la nouvelle grille et bénéficiera de l’IESPE en période probatoire pour un revenu mensuel brut de 5939,92 euros au lieu de 4411,11 euros actuellement soit une revalorisation de 35 % du début de carrière avec une évolution sur 32 ans qui se stoppait auparavant au bout de 24 ans d’ancienneté, soit près de 14 ans avant la retraite.

L’autre aspect positif de ces mesures est la ‑ n de l’injustice liée à l’attribution de l’IESPE en fonction de l’ancienneté, dorénavant tous les praticiens éligibles à l’IESPE (PHPT, PHTPa, PAtt Temps plein, Assistant spécialiste, PUPH, MCUPH, PHU, CCA) pourront percevoir l’IESPE à hauteur de 1010,00 euros bruts mensuel, soit par exemple une augmentation de revenu de 15 % pour les assistants spécialistes 3ème année, de 11 % pour un praticien attaché 8ème échelon temps plein en CDI et de 10 % pour un praticien hospitalier plein temps actuellement au 5ème échelon et de 4 % pour un praticien hospitalier plein temps 11ème échelon.

Face à la cette conjoncture de pénurie budgétaire, l’objectif principal des mesures du Ségur de la santé associé à « investir pour l’hôpital public » de Ma Santé 2022 est de provoquer un choc d’attractivité essentiellement dirigé vers les nouveaux entrants dans la carrière hospitalière.

Cependant plusieurs points négatifs sont à déplorer et l’INPH militera à leurs résolutions dans le cadre du suivi des accords du Ségur qui ne sont qu’un premier pas dans le rattrapage de la dévalorisation constante depuis plus de 20 ans des personnels médicaux, notamment :
1. La perte de 4 ans d’ancienneté pour l’ensemble des PH actuellement en poste : l’INPH militera pour que les PH nommés avant le 1er Juillet 2020 puissent récupérer leurs 4 ans d’ancienneté perdus suite à la suppression des 3 premiers échelons ou à minima puisse être reclassés à l’échelon supérieur.
2. La non reconnaissance de la 5ème plage de travail par 24h00 dans le décompte des obligations de service des praticiens hospitaliers.
3. L’absence de revalorisation des grilles indiciaires des statuts médicaux autres que les statuts de praticiens hospitaliers temps plein et temps partiel.
4. L’existence encore de statuts médicaux inéligibles à l’IESPE, par exemple, les PHC, les praticiens attachés temps partiels et les assistants spécialistes temps partiels.
5. L’absence de réflexion sur une participation ‑ nancière obligatoire des employeurs à une complémentaire santé pour les personnels médicaux comme pour les salariés du privé.

En tant que signataire des accords, l’INPH participera au comité de suivi de ceux-ci et sera tout aussi attentif, notamment :
• A ce que les objectifs de qualité et de pertinence des soins ne soient pas une fois de plus une incitation à soigner des indicateurs plutôt que des patients.
• Au réel bon fonctionnement des Commissions Régionales Paritaires.
• A la réelle reconnaissance de valences non cliniques, qu’elles soient de management, d’enseignement, de recherche, d’expertise ou d’intérêt général et qu’elles soient rémunérées ou non.
• Et, bien-sûr, aux modifications statutaires tout en maintenant un concours national des praticiens hospitalier simplifié préservant les principes d’inscription sur liste d’aptitude validée par des pairs et de nomination nationale qui seuls garantissent une indépendance d’exercice médical de qualité.

Ce protocole d’accord avec le gouvernement n’est qu’un point de départ et marque le début de la refondation des Hôpitaux publics.

Article paru dans la revue « Intersyndicat National Des Praticiens D’exercice Hospitalier Et Hospitalo-Universitaire.» / INPH19

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1653987210000