Les expériences en IFMK

Publié le 27 May 2022 à 09:34

Introduction aux biostatistiques, à la démarche évaluative et à la rédaction d’une étude clinique.

Jean-Louis ESTRADE, Moniteur-Cadre en Masso-Kinésithérapie, Praticien libéral et Enseignant à l’IRFMK d’Orléans

Depuis deux ans, l’IRFMK d’Orléans propose à   ses étudiants de première année une formation   à la démarche évaluative destinée à l’apprentissage   de la lecture critique et de la rédaction d’une   étude clinique.

Un enseignement essentiellement pratique est   dispensé en début de première année de massokinésithérapie   sur la réalisation de statistiques   descriptives et inférentielles univariées, à l’aide   de tests paramétriques.

Objectifs
Il a pour buts de :

  1. Prolonger l’enseignement théorique de   biostatistiques dispensé en PACES (40 heures)   et à combler les éventuelles lacunes des étudiants   provenant d’autres filières,
  2. Familiariser l’étudiant avec l’outil statistique,
  3. L’utiliser concrètement sous Excel,
  4. Réaliser une première approche de l’évaluation  et de la recherche en kinésithérapie,
  5. Réaliser une première approche de la   recherche bibliographique, de l’anglais technique   écrit,
  6. Réaliser une présentation Powerpoint,
  7. Savoir la présenter,
  8. Réaliser un premier travail écrit, respectant la forme IMRaD d’un article. (Introduction,   Matériels et Méthodes, Résultats et   Discussion)

Moyens
Entre septembre en novembre de la première   année, sont réalisés successivement, un cours de présentation du module (1 heure) et 5 TP par   groupe.

  1. Un TP de prise de données (trois étudiants   sont assignés à une mesure, qui est réalisée   sur les autres étudiants du groupe. (six   mesures sont réalisées dans chaque groupe).   Les mesures sont goniométriques, centimétriques   ou inclinométriques, choisies pour leur   facilité de réalisation, comme par exemple la   distance doigts-sol (les repères anatomiques   ne sont pas encore connus). Elles sont imposées   à chaque trinôme, un référentiel de tâche   écrit leur est donné. Les étudiants sont invités   à mesurer et à inscrire leurs mesures sur un   fichier Excel (les ordinateurs sont apportés en   salle de TP).
  2. Deux polycopiés de statistiques appliquées   sous Excel sont donnés aux étudiants,   avec la liste, sans les réponses, de l’ensemble   des questions de QCM susceptibles d’être   posées à l’examen écrit. Ces questions s’appuient   sur le cours polycopié.
  3. Il est donné aux étudiants un fichier Word   reprenant les liens d’articles en accès libre,   traitant des mêmes sujets (fiabilité et/ou validité   et/ou normes chez sujets sains ou pathologiques   de mesures goniométriques, inclinométriques   ou centimétriques) dans les revues anglo-saxonnes (Physical Therapy, JOSPT,   Journal of Physical Therapy Science, Australian   Journal of Physiotherapy).
  4. Lors d’un T.P., les étudiants sont invités à   rechercher les articles les concernant à l’aide   de mots-clés, à recopier leurs résumés, à les   traduire grossièrement (Google Traduction)   puis à se procurer le PDF des articles. Une   recherche complémentaire sur des articles en   français similaires est réalisée sur Kinédoc et   Science Direct. Les étudiants sont invités à se   procurer le PDF de l’article, ou sa photocopie à   la Bibliothèque Universitaire (B.U). (les travaux   pratiques sont réalisés dans la salle informatique   de la B.U.).
  5. Deux T.P. de traitement statistique des   données sont réalisés à partir de l’utilitaire   d’analyse d’Excel. Chaque trinôme doit répondre,   à partir des données recueillies en T.P.   à des questions permettant de :

- Savoir ce qui caractérise une variable,   déterminer la normalité d’une distribution   n Réaliser un histogramme, obtenir les   statistiques descriptives d’une variable   quantitative.

- Déterminer un intervalle de confiance.

- Connaître les principes de base des tests statistiques.

- Comparer plusieurs pourcentages à   l’aide d’un test de khi-deux (χ2).

- Comparer deux moyennes à l’aide d’un test de Student, une moyenne à une moyenne théorique.

- Voir si deux variables quantitatives sont liées.

- Comparer plusieurs moyennes   Les articles analysés dans la littérature servent   à comparer leurs valeurs théoriques avec les valeurs   obtenues lors de la prise de données en T.P.

  1. La fin du 2° T.P. est consacrée à la régulation   des questions posées dans le QCM.
  2. Lors d’un T.P, une présentation « Power   Point » de l’étude est réalisée, avec fourniture   d’un fichier Word reprenant l’étude au format   IMRaD.

Evaluations
Evaluation écrite par QCM de statistiques   (note individuelle)

  1. Evaluation de la présentation écrite et de la présentation orale (note commune au   trinôme)

Conclusion
Les étudiants sont ensuite informés que le mémoire de fin de cycle peut être orienté vers une recherche plus approfondie qui peut s’appuyer sur ces expériences réalisées dès la première année. Pour assurer le suivi de ces productions écrites, il est prévu de former un certain nombre d’enseignants à ces méthodologies.

La « zappette », un outil d’aide à l’évaluation ?
Arnaud Simon / Directeur IFMK Alençon
Jeudi 31 mars 2011, à l’IFMK d’Alençon, en partenariat avec le Centre Départemental de Documentation Pédagogique de l’Orne, nous avons eu l’occasion de tester un outil issu des nouvelles technologies : « la zappette ». Nous remercions également la société eInstruction pour le prêt du logiciel et du matériel.

La zappette est le surnom que nous avons trouvé pour le CPS Pulse. Il s’agit d’un outil qui permet de réaliser des évaluations des étudiants et de connaître en temps réel les réponses de ceux-ci. Pour les personnes qui ont passé le code de la route durant ces dix dernières années (pas ceux qui poinçonnaient leur carton à l’aide d’une aiguille, rassurez vous j’en ai fait parti), on peut voir la similitude avec la zappette.    

En effet, vous avez comme une télécommande dans les mains, et vous appuyez sur les touches correspondantes aux réponses des questions qui vous sont posées.

Lors d’une évaluation, les étudiants valident avec les systèmes de réponses leurs choix qui sont instantanément transmis au formateur qui reçoit les résultats sur son ordinateur. Les données collectées peuvent être ensuite examinées pour déterminer ceux qui ont bien répondu et ceux qui ont besoin d’aide. Ces données peuvent être également générées sous forme de rapport pour une analyse plus approfondie.

Cet outil peut être utilisé lors d’évaluation certificative ou formative. Dans le scénario catastrophe de la réforme des études du cadre « Paces et deux ans de kiné » (1+2), vous pourrez déjà gagner un peu de temps sur les évaluations certificatives en supprimant le temps de correction puisque vous aurez la note de l’élève en temps réel (évidemment je suis cynique).

Cette nouvelle technologie trouve tout son intérêt dans les évaluations formatives. Vous pouvez imaginer un questionnaire en début de cours qui vous permettra d’évaluer les pré requis, ce sur quoi vous devrez appuyer votre intervention pédagogique. En fin de cours, vous pourrez aussi évaluer les points qui sont restés obscurs aux étudiants, ou ceux sur lesquels ils ont besoin de rappels.

Côté technique.
Les zappettes ont une portée de 50 mètres ce qui permet de répartir les étudiants dans une salle ou dans un amphithéâtre.   Les types de question posée peuvent être de plusieurs ordres :

- Choix mulitple

- Oui/ Non

- Vrai / Faux

- Réponse numérique

- Réponse en texte (140 caractères)

Un boitier est attribué à chaque étudiant avec un numéro qui est référencé grâce à un tableur Excel, ce qui permet d’avoir les résultats globaux ou de manière individuelle. L’étudiant allume son boitier. Le diaporama qui comporte les questions est inséré dans un logiciel (Response elnstruction) grâce auquel vous pouvez attribuer un temps de réponse différent par question (selon la longueur ou la difficulté de la question). L’étudiant visualise ses réponses sur son boitier avant de valider (Fig.4). Grâce au logiciel « Response » une barre d’informations supplémentaires apparaît dans le bas du questionnaire avec le temps qui défile (surligné en rouge, Fig.5) et le nombre d’étudiant qui ont répondu (43 dans notre exemple, Fig.5).

L’expérimentation en détail.
Pour réaliser ce test, nous avons construit un QCMb composé de 20 questions qui était destiné aux étudiants de première année de l’IFMK. Chaque question contenait une ou plusieurs bonnes réponses.

Avec l’aide de la tablette tactile (Mobi View) vous découvrez en temps réel le pourcentage de bonnes réponses de la promotion question par question, le nombre d’étudiant qui ont répondu, ceux qui n’ont pas répondu dans le délai imparti, …et même le temps que les étudiants ont mis à répondre. Sur la fig.7, on visualise les réponses des étudiants avec le pourcentage global de bonnes réponses à une question au cours de l’épreuve.

A l’issue de l’épreuve, vous pouvez récolter d’une part le pourcentage de réussite de la promotion question par question (exemple Fig.8), ou sur l’ensemble des questions, et d’autre part, focaliser sur un étudiant en particulier sur une question ou de nouveau sur l’ensemble du QCM. Toutes les données récoltées peuvent être exportées dans un tableur.

Le logiciel Response propose 26 modes de présentation des résultats.

Dans l’expérimentation que nous avons menée, nous avons affiché en fin d’épreuve en vidéo projection les bonnes réponses, question par question, et le pourcentage de réussite de la promotion (Fig.8). L’élément très intéressant que nous en avons ressorti au-delà de l’intérêt des résultats en temps réel, a été les débats que nous avons mené avec les étudiants quant à leurs réponses et aux interrogations qui s’en sont suivies. En effet, le « débriefing » du questionnaire avec la visibilité des étudiants par rapport à leurs réponses et leurs positionnements a encouragé les échanges et la participation, positionnant l’étudiant acteur à part entière de sa formation.

Inscription de la démarche dans le projet pédagogique MK : promotion 2010
Production d’un document de Recherche ou d’Etude Clinique en Kinésithérapie Bruno Bomal – Régis Gautier – Jean-Marie Louchet.

• L’acquisition de la démarche scientifique en regard de l’analyse des situations cliniques et des pratiques professionnelles est pour l’étudiant un processus complexe, laborieux. L’équipe pédagogique se doit d’intégrer cette démarche dans la formation de façon progressive, par pallier, sur l’ensemble du cursus des 1er et 2ème cycles.

Pour cela, un échéancier permettant une formation par étapes successives est proposé à l’étudiant et comprend :

  • une analyse d’une situation complexe et l’appropriation du procédé d’élaboration d’une problématique, dès le 1er cycle,
  • une application aux situations cliniques avec une proposition de traitements adaptés en regard des référentiels professionnels durant le 2ème cycle.

Cette démarche propose de fait la production de documents de la part des étudiants qui s’inclut elle-même dans le projet de formation à la recherche documentaire avec :

- un travail personnel sur un thème choisi par l’étudiant en lien avec la formation du 1er cycle (les 4 modules) et faisant l’objet d’une soutenance,

- la production d’un travail écrit simplifié sur l’analyse d’une situation « complexe » durant le stage S0 du 1er cycle,

- la réalisation d’un travail écrit en stage S1 en 2ème cycle sur la réalisation du bilan diagnostic MK et l’élaboration d’une problématique à partir de l’étude d’un cas clinique, suivi de la soutenance de cette démarche en institut,

- Le développement de l’analyse critique d’article professionnel dans la perspective de la réalisation d’une revue de littérature scientifique utile à la réalisation du mémoire de Diplôme d’État.

- la réalisation du travail écrit de mémoire établi en regard du parcours de stage de S3 à S5.

Le développement de l’encadrement par les représentants des terrains de stage dans la réalisation du travail écrit des étudiants valorise la cohérence de la démarche de formation par alternance.

En parallèle de la démarche de formation scientifique, le projet de formation à la recherche documentaire a pour objet de préparer les étudiants au Diplôme d’État de Masseur Kinésithérapeute. Cette formation s’inscrit dans un parcours sur le 1er cycle et le 2ème cycle et comprend plusieurs étapes à valider par les étudiants, leurs permettant d’acquérir progressivement les connaissances et compétences nécessaires.

1er cycle - K1 / 2010-2011

- Semaine 18
- Travail personnel à partir du tirage au sort d’une question par chaque étudiant en lien avec les enseignements théoriques et pratiques des 4 modules (anatomie, physiologie, technique,…).
- Semaine 19
- Formation à lanalyse dune situation complexe
(hors contexte situation clinique) Formation proposée en ED : 5 groupes de 18 étudiants Mise à disposition d’un support par groupe de travail.
- Semaine 21
 -Soutenance du travail personnel de recherche.
10 minutes de présentation par étudiants.
- Semaine 22
Commande de travail sur analyse dune situation complexe en stage S0 : avec présentation de la démarche attendue et fourniture d’un guide méthodologique N.B. : en parallèle, formation au BDK : 1 cours théorique + 2 TP par étudiants sur le mois de mai.

2ème cycle – K2 / 2011-2012 : 
- Semaine 28 :
- Restitution du travail d’analyse d’une situation complexe sur stage S0
Document de 2 à 3 pages maximum.
- Semaine 37 :
- Soutenance analyse situation complexe en stage S0 Présentation faite sur une durée de 5 minutes par étudiant – Débriefing de 10 minutes avec 6 étudiants/enseignant.
- Semaine 41 ou 42 :
  Formation à l’analyse d’une situation complexe de cas clinique Formation proposée en ED : 5 groupes de 18 étudiants.
- Semaine 44 :
- Présentation sur les attentes sur réalisation du TECK2 en prévision du stage S1 Cours théorique interactif - durée de 3 heures.
- Semaine 2
- Retour TECK 2
- Semaine 5 :
- Commande de travail concernant l’analyse d’un article scientifique, avec critique par comparaison (après recherche et lecture) de 2 autres articles sur le même thème. Sélection des articles en partenariat formateurs / CDI.
- Semaine 6 :
- Soutenance cas clinique TECK 2
- Semaine 9 :
  Soutenance article scientifique
- Semaine 18 :
  Formation à la revue de littérature Formation théorique (CDI)
- Semaine 19 :
  Accompagnement des K2 dans élaboration et recherche d’une revue de littérature.
- Semaine 25 :
  Tutorat K3 – retour sur revue de littérature.

3ème cycle – K3 / 2012-2013 :
- Semaine 42 (mi-octobre 2012) :
  Tutorat K3 : État des lieux mémoire K3 – adéquation avec revue de littérature.
- Semaine 49 (2ème semaine décembre 2012) :
- Tutorat K3 – État des lieux mémoire K3 et recherche bibliographiques.
- Semaine 10 (2ème semaine mars 2013) :
- Tutorat K3
- Semaine 16 (3ème semaine avril 2013) :
  Retour TEK 3
- Semaine 18 (1ère semaine de mai 2013) :

  Entraînement soutenance mémoire DEMK

D’une pratique de stage vers une pratique professionnelle
M.Th. FROISSART Responsable de formation Ecole de Kinésithérapie de Paris (ADERF).

Rééduquer est une activité qui dans la pratique utilise des savoirs issus de deux référentiels :

- référentiel médical d’un part fait de connaissances collectives observable

- référentiel du patient d’autre part constitué de savoirs individuels éprouvés Activité complexe dont l’objet serait l’autonomie, elle engage le kinésithérapeute à agir aussi bien sur le processus pathologique que sur le « bien-être » du sujet.

Si l’étudiant en kinésithérapie tout au long de sa formation es amené à témoigner de la maitrise de ces deux référentiels, il est plus rarement amené à témoigner de la façon dont il est parvenu à les combiner au cours de sa pratique de stage, seule la qualité de cette combinaison lui étant communiqué (ce sera «bon kiné »).

Comment le conduire au cours de ses trois années de formation à identifier à partir de sa pratique les déterminants d’une pratique professionnelle dont l’objet repose sur un référentiel implicite en cours de constitution1? C’est animés par l’hypothèse que la connaissance est inscrite dans l’activité2 et convaincus que l’intelligence des professionnels de soins dedemain est tributaire du sens qu’ils sont capables d’attribuer à leurs actes3 que nous avons souhaité initier une méthode d’analyse de pratique (« séancier ») et proposer à travers son utilisation un espace de mobilisation de sens4 .

L’enjeu de cette méthode consiste principalement à transformer les évènements vécus et engagés par l’étudiant au cours de sa pratique de stage en une ressource objectivable et contextualisée, susceptible d’être soumis à la controverse5 et réflexion professionnelle. L’objet de cet article est présenter cette méthode : dans une première partie sera exposé la manière de transformer une pratique en base de données, suivie dans une deuxième partie de la transformation de cette base de données en outil d’orientation professionnel6...

D’une pratique réalisée à la constitution d’une base de données
Il correspond à un processus au cours duquel l’étudiant est amené à « désincorporer » des situations qu’il a vécu en stage tout au long de la prise en charge d’un patient.

Ce processus s’organise autour de 5 étapes :

1) Consigner sur un carnet de stage les opérations réalisées avec le patient7

Chaque fait réalisé avec le patient est transcrit chronologiquement dans le carnet de stage ; cette transcription se fera

- en utilisant une écriture spontanée de terrain (il ne s’agit pas de remettre « au propre » le carnet de stage le soir)

- en utilisant le vocabulaire propre à chaque étudiant

- en garantissant l’anonymat des lieux et personnes dont elles font l’objet

- de façon datée et systématique dans le carnet de stage8

2) Transcrire dans un tableur les éléments consignés dans le carnet
Chaque fait consigné dans le carnet est recopié dans les colonnes d’un tableur.

3) Identifier les éléments concourants à la réalisation de chacun des événements consignés dans le carnet de stage.
L’étudiant attribue du sens à chacun des événements transcrits en essayant de répondre à différentes questions :

- à quoi sert ce que j’ai fait ? pour identifier l’objectif poursuivi.

- qu’est-ce qui était concerné par ce que j’ai fait ? pour d’identifier l’objet de l’action où se situe ce que j’ai fait? pour localiser de cette dernière

Quelle technique ai-je utilisé ? pour identifier la technique utilisée

- Quelles ressources ai-je utilisées ? pour identifier les ressources utilisées

- qu’est-ce que cela a provoqué ? pour identifier les effets obtenus

4) Coder les différentes significations attribuées
En se référant aux différentes actions professionnelles identifiées dans les décrets d’actes ou référentiel professionnel, l’étudiant est amené à attribuer un code à chacun des sens attribués

Il attribuera en regard de chacune des descriptions réalisées, un code en relation avec les actes professionnel :

- si l’événement analysé poursuit un objectif d’évaluation d’un état il sera codé en OE ou OT s’il consiste à transformer un état

- si l’événement analysé concerne une structure anatomique il sera codé D ou I s’il concerne plutôt une propriété physiologique

- si l’événement analysé est localisé à une région il sera codé en R ou C s’il intéresse l’ensemble du corps

- si l’événement analysé engage une technique passive il sera codé en TKP, TKAI s’il engage une technique d’apprentissage de guidage et TKA s’il engage une technique active.

- si l’événement analysé utilise comme moyens le corps du praticien il sera codé en RC, en RAP s’il utilise des agents physiques et en RM s’il utilise des ressources matérielles….

1Cf. Travaux d’ingénierie du Diplôme d’Etat initiés en 2008 et non aboutis à ce jour

2 Cette hypothèse est émise par Pierre Pastré dans son ouvrage « apprendre à faire ».

3 Pour devenir un praticien réflexif, le professionnel devra faire preuve à la fois de connaissances théoriques et d’une expérience du terrain qui lui permettront de compléter ce bagage

4 Salanskis JM (2010), Territoire du sens : Essais d’éthanalyse, Vrin

5 Avec Yves Clot, nous pensons en effet que Le plus intéressant, dans l’existence professionnelle, c’est ce qu’on ne partage pas, ce qu’on arriver pas encore à faire ou à dire.

6 L’expérimentation de cette méthode mise en oeuvre et imposée sur au moins un stage temps plein de deuxième année depuis 2007 a été traversée par l’expérience de plus de 300 étudiants de l’Ecole de Kinésithérapie de Paris (ADERF) qui ont été amené à rendre compte de façon durable et organisée leur pratique.

7 Le vocabulaire utilisés ainsi que les opérations notées sont propres à chacun des étudiants ; il leur incombe d’en déterminer le grain de finesse, le niveau de détail avec lequel vous souhaité exprimer les faits mis en oeuvre.

8 le carnet de stage sur lequel seront recueillies au fur et à mesure toutes les observations en rapport avec le patient est conservé par l’étudiant dans sa blouse : il recueille les données concomitantes de l’action

Si l’événement réalisé produit un résultat quantifiable il sera codé en RQT, ou RQL s’il est lié à une appréciation plus subjective….

Le rassemblement de l’ensemble des unités d’actions ainsi constituées permet de former un séancier, véritable banque de données que l’étudiant n’aura plus qu’à interroger pour rendre lisible sa pratique.

5) Illustration des étapes du séancier

Des événements de terrain manuscrits à des événements de terrains numérisés

Des evenements numérisés à des evenements finalisés

Des événements finalisés à des évenements professionnels

D’une base de données à la catégorisation des actions professionnelles
La base de données ainsi constituée permet grâce à l’attribution des codages professionnels de présenter la pratique non plus sous forme d’événements vécus de façons chronologiques mai bel et bien sous forme d’évènements vécus suivant des catégorisations professionnelles.

Ainsi il sera amené à présenter sa prise en charge en fonction des récurrences de ces événements.

Cette présentation cherchera présenter cette pratique de la façon la plus intelligible possible c’est-à-dire étoffées de description, de modélisations, de photos et vidéos.

1) Identifier les diverses catégories professionnelles mobilisées
L’utilisation du tableur trouve ici toute sa pertinence : l’utilisation des clés de tri permet de regrouper les données en fonction des codes professionnels attribués lors de la constitution du séancier.

2) Schématiser les récurrences
L’utilisation des outils de schématisation du tableur permet de rendre les récurrences visuellement et globalement accessibles.

Exemple
distribution entre les évaluations et le traitement au cours de la PEC