Le point sur la réforme en gynécologie-obstétrique

Publié le 17 May 2022 à 22:37
#chirurgien
#Gynécologue-obstétricien

Introduction – rappels

Tout petit retour en arrière sur la réforme du troisième cycle (R3C) : mise en application depuis les iECN 2017, elle concerne tous les internes. L’internat a été ainsi divisé en 3 phases : phase socle, phase d’approfondissement et la phase de consolidation. Cette dernière se veut être une transition avec le post-internat : l’interne thèsé devient « docteur junior » pour une mise en responsabilité progressive. Dans le cas particulier des internats de chirurgie (dont la gynécologie-obstétrique fait partie), l’internat dure 6 ans et se divise comme suit : deux semestres de phases socles, 6 semestres de phase d’approfondissement, 2 ans de phase de consolidation. Au total, la maquette demande la réalisation d’au moins 3 semestres dans des services sans encadrement universitaire, 5 dans des services avec encadrement universitaire (dont la définition est à voir localement avec chaque coordonnateur) ; de plus deux semestres devront être réalisés dans des services de chirurgie hors gynécologie. Selon les régions, la réalisation de cette maquette doit être faite avant la phase de consolidation, dans le cas contraire le coordonnateur pourrait intervenir dans le choix du service de la phase de consolidation pour que l’étudiant puisse valider sa maquette. D’un point de vue théorique, la réforme indique la mise en place d’une plateforme nationale sur SIDES-NG où les cours seront disponibles pour tous les internes quel que soit leur CHU. Pour finir avec les rappels, la R3C signe la fin des DESC, pour voir naître les FST (formations spécialisées transverses). Elles apportent une connaissance supplémentaire mais ne sont pas qualifiantes i.e. ne sont pas nécessaires pour la pratique.

La formation théorique
La formation théorique sur SIDES-NG se met en place depuis le début de l’application de la réforme. Des cours vidéo sur chaque point du programme sont implémentés sur SIDES-NG. A ce jour, le programme pour la phase socle est complet.

Le programme de la phase d’approfondissement le sera prochainement. La mise en place d’une validation des connaissances est en cours. Les modalités exactes du contrôle de connaissance sont toujours en discussion et devraient être connues prochainement.

Les FST
Dans notre spécialité trois FST sont possibles : la procréation médicalement assistée, l’oncologie médicale, la fœtopathologie. Il est important de noter que la FST oncologie médicale ne constitue pas une formation chirurgicale et au contraire, du fait des deux semestres en radiothérapie et oncologie, diminue les possibilités de stages d’onco-chirurgie, en plus de compliquer la réalisation de la maquette. Pour pallier cela, un parcours d’onco-chirurgie dont le projet est de certifier un parcours en chirurgie oncologique et gynécologique est en cours de création. Cela permettra aux internes souhaitant se spécialiser en onco-chirurgie de suivre un parcours qui sera certifié et reconnu.

La phase socle
L’année de phase socle est constituée de deux semestres. Classiquement un de ces deux semestres doit se faire dans un service avec encadrement universitaire ; néanmoins, certaines subdivisions se sont affranchies de cette clause par accord et décision du coordonnateur local.

La phase d’approfondissement
Celle qui ressemble le plus à l’internat avant la réforme, elle se passe en 6 semestres. Pas de grande particularité concernant le déroulement de cette phase de l’internat. Il faut quand même noter qu’idéalement dans certaines régions, avant la fin de cette phase, la maquette devra être validé (3 semestres hors encadrement universitaire, 5 avec encadrement universitaire et 2 en chirurgie non gynécologique). C’est aussi la phase durant laquelle la thèse doit être soutenue car c’est une condition nécessaire au passage en phase de consolidation.

La phase de consolidation–Docteur Junior
Phase particulière de deux ans, dans laquelle les stages ne sont plus divisés en semestres mais en années. Durant cette phase l’interne doit être mis progressivement en responsabilité.

Le choix de stage lors de la phase de consolidation : Le système change pour le choix de stage, en effet le classement ECNi ne rentre plus en compte et la méthode du big-matching est utilisée. Les internes devront noter de 1 à 5 au moins 20 % des services (à noter que les services laissés à 0/5 ne pourront pas leur être attribués). Ensuite, les responsables de terrains de stages (RTS) reçoivent les CV et lettres de motivation des internes ayant au moins mis 1/5 à leur stage ; ils en classent au moins 80 % dans l’ordre. Le logiciel fait ensuite l’attribution qui permet de satisfaire au mieux le système, cette procédure est réalisée deux fois. Les internes non affiliés à l’issue des deux procédures sont reçus par le coordonnateur pour qu’il leur attribue un stage. Il nous est fortement conseillé de prospecter en amont les services dans lesquelles nous souhaiterions nous rendre, et avoir un accord avec le RTS en question pour faciliter la procédure.

Les missions des Docteurs Juniors : L’objectif est de compléter, d’optimiser la formation pratique ; parallèlement la mise en responsabilité sera progressive. Chaque RTS en accord avec le docteur junior pourra le mettre en responsabilité. Cela se fera en fonction de faisabilité dans le service en question ; à voir donc au cas par cas.

Conclusion
La prochaine grande étape de la réalisation de cette réforme aura lieu en novembre 2021 pour la gynécologie-obstétrique avec l'arrivée en phase de consolidation de la première promotion post-réforme. Les choix de stages débuteront bien en amont, avant l’été 2021. Il faudra suivre de près cette étape cruciale pour les internes.

Rayan HAMADMAD
Interne de GO à Paris
Article paru dans la revue “Association des Gynécologues Obstétriciens en Formation” / AGOF n°20

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1652819847000