La réforme de la maquette de radiologie interventionnelle avancée en 10 questions

Publié le 1652678202000

Interview du Pr Louis Boyer


1. Quelles seront les modalités de validation de l’option RI Avancée ?
La validation de l’option RI Avancée sera prononcée par le jury régional du DES, qui associe dans chaque ARS un coordonnateur régional et les coordonnateurs locaux de chaque subdivision.
Ce jury se prononcera, conformément à la maquette du DES, en tenant compte de l’évaluation des connaissances et des compétences.
Le contrôle de connaissance sera une évaluation nationale sanctionnante, très probablement effectuée via SIDES. L’évaluation des compétences sera assurée par les responsables des terrains de stage.

2. Quelle sera la maquette de stage type demandée aux étudiants inscrits en option RI Avancée ?
4 stages de 6 mois dans des lieux hospitaliers agréés à titre principal en radiologie ayant une activité de RIA Avancée, avec une équipe qualifiée pour les actes de RIA de(s) surspecialité(s) de RI exercée(s).
Dans la mesure où l’option RIA sera organisée en surspécialités de radiologie interventionnelle d’organe (Neuro-Radio Interventionnelle, RI Oncologique, RI Endovasculaire et urgences…) avec des enseignements et des e-learning nationaux, une mobilité sera possible pour les étudiants afin de garantir une formation optimale. Simple à organiser à l’intérieur d’une même ARS, elle devrait être concevable au-delà à l’échelon national.
Officiellement, l’option RIA est organisée sur le plan académique ville par ville, avec une corrélation région par région ; mais le CERF souhaite vivement une coordination nationale.

3. Quel est le nombre définitif de poste
RIA par promotion dans chaque ville, et s’il n’est pas encore connu quand le sera-t-il ?
Le nombre de postes ouverts à l’option RIA par promotion n’est pas fixé. Il sera déterminé par chaque ARS, en principe ville de CHU par ville : c’est dire l’importance des G4 régionaux pour sensibiliser les autorités sanitaires régionales à cette option, qui on le rappelle est qualifiante mais non exclusive, n’excluant pas la pratique de l’imagerie diagnostique indissociable de l’activité interventionnelle guidée par l’image. Le CERF préconise de demander 40 % des postes d’une promotion pour l’option RIA

4. Comment se feront les choix de stage pour les internes dans l’option RIA avancée ?
Concernant les choix de stage de la phase de consolidation, le rang et l’ancienneté ne sont pas les seuls critères, puisque les internes doivent manifester leurs souhaits lors de la discussion du contrat de formation (ouvert en fin de phase socle, puis révisions annuelles), et que l’acceptation dans ces terrains de stage des DES thésés en autonomie supervisée (5ème année du DES dans sa version diagnostique, 5ème et 6ème année dans l’option RIA) se fait par coaptation avec les responsables de l’enseignement et les responsables de stage. Pour l’option RIA intervient aussi le nombre de postes ouverts par l’ARS. Concernant les terrains de stage, qui accueilleront sans doute des internes de phase socle et de phase d’approfondissement, les postes correspondant à l’option RIA seront individualisés /sanctuarisés.

5. À quel moment du cursus les internes devront-ils s’enregistrer à l’option RIA ?
Les internes devront exprimer un premier voeu en fin de phase socle. L’ouverture du contrat de formation doit permettre ainsi une première évaluation du volume des candidatures à l’option.
En septembre 2018, moins d’un an après la mise en place de la réforme, et plus de 3 ans avant le démarrage concret de l’option, il n’est pas possible de déterminer formellement à quel moment sera validée l’inscription à l’option : la mise en place de la réforme s’effectue progressivement et nous en sommes à ce jour à la mise en place de la phase d’approfondissement, les modalités de fonctionnement de la phase de consolidation n’étant à notre connaissance pas complètement arrêtées.

6. Peut-on passer dans un CH pour se former à la RIA pendant ces deux années ?
Dans la maquette, il n’est pas précisé de répartition entre CHU et hors CHU. Les 4 stages doivent avoir lieu dans un « lieu hospitalier agréé à titre principal en radiologie et en imagerie médicale, ayant une activité de radiologie interventionnelle avancée, et avec une équipe qualifiée pour les actes de RIA de(s) surspécialité(s) de RI exercée(s) » : il est donc bien concevable de voir se dérouler un ou des semestres RIA dans un CH, à condition que le terrain de stage soit agréé pour cela (l’agrément des terrains de stage étant proposé par le coordonnateur local du DES).

7. Pour les internes ancien régime une validation de DU DIU sera-t-elle nécessaire pour exercer dans le futur ? Une validation des acquis sera-t-elle organisée ?
En dehors des activités relevant du décret de neuroradiologie interventionnelle (actes endovasculaires encéphaliques), aucun DU n’est exigible pour pratiquer la radiologie interventionnelle.

A l’avenir, il n’est pas possible d’éliminer toute exigence de FMC pour la pratique de certains actes de RI Avancée, mais ce n’est pas le cas à ce jour.

Si ce principe était retenu dans le futur, les méthodes de la validation des acquis des radiologues formés avant la mise en place de la nouvelle maquette ne sont pas encore formalisées. La formation, l’activité en RI, la démarche qualité et les actions de FMC ainsi que la certification par les pairs seront certainement au coeur du dispositif de validation.

8. Pour les internes n’ayant pas validé l’option RI Avancée mais la découvrant sur le tard, y aura-t-il une possibilité de rattrapage ? Un post internat en RI sera-t-il validant ?
Les internes n’ayant pas validé l’option RI Avancée pourront réaliser tous les actes de radiologie interventionnelle hors référentiel des actes de l’option (cf. maquette), la maquette « standard » de formation des DES de radiologie et d’imagerie médicale reposant sur une formation simultanée sur 5 ans à l’imagerie diagnostique et aux actes de radiologie interventionnelle Générale (de niveau 1).

Dans l’esprit de la réforme, il est concevable de pouvoir accéder aux options au titre de la formation continue, dans un deuxième temps, pour des médecins diplômés en activité (hospitaliers ou libéraux). Les modalités et les quotas d’accès à cette formation continue ne sont pas à notre connaissance encore définis, mais le post-internat à condition de valider connaissances et compétences entre dans ce cadre.

9. Si un interne souhaite se spécialiser en interventionnel périphérique, faut-il absolument passer en NRI ? Et inversement ?
L’organisation de l’option RIA est en cours de finalisation. Trois filières de RI de pathologie d’organe sont prévues (NRI, RI Onco et douleur, RI Endovasculaire et Urgences…) : des parcours pourront au choix les associer, mais le cumul n’est pas obligatoire.

10. Les postes CCA ou assistants avec composante interventionnelle niveaux 2 et 3 sont-ils réservés exclusivement aux internes ayant validé l’option RIA ?
Il est difficile de déterminer comment seront répartis à l’avenir les postes de CCA, dont l’effectif est incertain. On peut penser que dans les lieux agréés pour l’option RIA, les assistants de RI et certains CCA seront issus de la filière RIA, mais rien n’y oblige formellement. Le programme de formation du post-internat (assistanat et clinicat) relève désormais, avec la réforme du DES, de l’Université mais son contenu officiel n’a pas encore été abordé.

Un grand merci aux Pr Jean Michel Bartoli et Pr Louis Boyer d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.
Merci également à Thomas Leger, Arnaud Gallon et Antoine Devie pour leur précieuse aide dans ce travail.
Amis de la radiologie, vous l’aurez compris, la RIA possède un avenir des plus radieux.

Article paru dans la revue “Union Nationale des Internes et Jeunes Radiologues” / UNIR N°33

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1652678202000