L’immuno-oncologie et les MTI : Interview du Dr Chrystel Marton

Publié le 1663664243000


Bonjour Chrystel, merci d’avoir accepté et pris le temps de répondre à ces quelques questions. Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Chrystel, je suis actuellement praticien hospitalier contractuel au CHU de Lille et je suis issue de la filière Innovation Pharmaceutique et Recherche (IPR).

Où en es-tu dans ton parcours IPR ?
J’ai commencé mon internat en novembre 2015 et je l’ai terminé le 31 octobre 2020. J’ai donc fini depuis 1 an et demi.

Quel parcours IPR as-tu choisi de réaliser ?
Je me suis orientée vers l’immuno-oncologie et plus spécifiquement vers les médicaments de thérapie innovante (CAR-T cells et autres lymphocytes T génétiquement modifiés).

Pour récapituler, j’ai réalisé ma 1ère année d’internat à la PUI du CHU de Nancy. Ma 2e année d’internat a été consacrée à la réalisation du master 2 Relation Hôte-Greffon au sein de l’UMR1098 RIGHT à Besançon spécialisé dans la biologie de la transplantation et de la cancérologie, et dans la modulation des relations immunitaires entre l’hôte et le greffon ou la tumeur. J’ai ensuite obtenu une année recherche afin de débuter une thèse de science que j’ai continuée lors de mes 3e et 4e années d’internat, toujours au sein du laboratoire UMR1098 RIGHT à Besançon.

J’ai soutenu ma thèse d’exercice en pharmacie en 2019 et ma thèse de science l’année suivante, en octobre 2020. J’ai décidé de continuer mon cursus en réalisant un postdoctorat d’un an au sein de la société de biotechnologies Transgene, en collaboration avec le laboratoire de recherche Cimi-Paris. Enfin, depuis 2021 je suis praticien hospitalier contractuel au CHU de Lille, en tant que pharmacien responsable de la production de MTI-PP.

Quel a été le questionnement d’une thèse de science ? A quel moment ?
Il n’y a pas vraiment eu de questionnement, la thèse de science était une évidence dès le début de mon internat. Pourquoi as-tu décidé d’en réaliser une ou non ? Pour moi, cela va de pair avec une orientation recherche. Le cursus IPR est spécifiquement fait pour cela, le double cursus pharmacie/recherche. Mon objectif professionnel, être pharmacien enseignant-chercheur, nécessitait cette thèse de science.

Y a-t-il une plus-value d’une thèse de science dans ton domaine ?
Oui, le fait d’avoir réalisé le double cursus me donne à la fois les connaissances et les compétences nécessaires très spécifiques à mon domaine (oncologie/pharmacie pour le côté médicament de thérapie innovante, recherche pour le côté très approfondi en immunologie). Cela me permet d’avoir une vue d’ensemble de tout le process (recherche fondamentale, recherche translationnelle, recherche clinique, circuit du médicament). De plus, cela me permet d’avoir accès à des postes bi-appartenant.

Voudrais-tu dire quelques mots pour conclure ?
Le parcours IPR est multidisciplinaire, il permet d’exercer une vraie activité de recherche en plus d’apprendre à maîtriser l’environnement pharmaceutique. Ces deux éléments sont complémentaires et débouchent, à mon avis, sur la formation de professionnels de santé très compétents.

Rémy COUDEREAU
Article paru dans la revue “ L’Observance” / FNSIP n°35

 

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1663664243000