KINEGO : Un outil de simulation en santé pour recruter des maitres de stage liberaux en île-de-france

Publié le 1653902982000

Le projet de simulation KinéGo a été élaboré en 2018, par l’URPS Kiné Île-de-France afin de permettre aux futurs tuteurs et maîtres de stage libéraux d’auto-évaluer leurs compétences d’encadrement des stagiaires, notamment dans le cadre du clinicat.
Ce travail, mené en co-construction avec les IFMK franciliens, la FNEK et le CROMK d’Île-de-France, trouve son origine dans l’analyse du contexte de la formation initiale (Figure 1).

Le recrutement de maitres de stage libéraux : un besoin urgent
Les travaux sur la réforme de la formation initiale des masseurs-kinésithérapeutes, achevés en 2015, ont abouti à une refonte complète du programme avec la prise en compte de la première année universitaire et l’ajout d’une année de formation supplémentaire. La première promotion formée avec ce nouveau référentiel a été diplômée en juin dernier. La dernière année de formation comportait notamment un stage long de 3 mois (« clinicat » intégré dans l’Unité d’Enseignement 30) durant lequel l’étudiant pouvait assurer des soins de kinésithérapie aux patients, sous la supervision d’un maître de stage.

L’année de formation supplémentaire a entrainé à la rentrée universitaire 2018- 2019, une augmentation de près de 25 % du nombre d’étudiants dans les IFMK. Par conséquent, le recrutement en maitres de stage pour accueillir les étudiants a dû suivre cette même tendance. La profession de kinésithérapeute étant très majoritairement tournée vers l’exercice libéral (près de 85 % selon le dernier rapport sur la démographie du CNOMK), le recrutement des maitres de stage ne doit pas seulement se concentrer dans les établissements de santé, d’autant que la part de places de stage a diminué de 30 % ces dernières années. Par conséquent, le mode d’exercice libéral est devenu, dans le cadre du virage ambulatoire, un véritable lieu de formation clinique.

En Ile-de-France, ce sont près de 700 terrains de stage supplémentaires qu’il a fallu trouver pour les étudiants, en septembre 2018. L’URPS Kiné Ile-de-France s’est donc engagée sur ce sujet en répondant à cet enjeu : recruter en quelques mois, des centaines de maitre de stage libéraux, tout en s’assurant d’une bonne qualité d’encadrement par ces professionnels ?

Une problématique prise en compte depuis plus de 10 ans
Un groupe de travail constitué en 2008 par Dominique Pelca, alors président du Conseil Régional de l’Ordre d’IDF, réunissait déjà les principaux acteurs de la formation, directeurs d’IFMK, FNEK, syndicats libéraux et représentants des cadres des établissements.

L’URPS Kiné IDF a poursuivi ce travail entre 2012 et 2014, sous l’impulsion d’Yvan Tourjansky (chef de projet) et Philippe Cochard (président), grâce à un financement de 50 000 euros de l’ARS IDF. Ce financement a permis l’élaboration d’un programme de formation des tuteurs libéraux ainsi que la réalisation de sessions de formation à destination des kinésithérapeutes libéraux exerçant en zones sous-dotées. Des documents de suivi de stage ont également été réalisés. Les 3 sessions ont permis de former plus de 30 kinésithérapeutes franciliens.

Ce travail a été relayé par yvan Tourjansky auprès des ministères dans le cadre des travaux de refonte du référentiel de formation, notamment pour la constitution des unités d’enseignement relative aux stages, ainsi que pour les recommandations de la DGOS mentionnées dans l’instruction n° DGOS/RH1/2016/330 du 4 novembre 2016 relative à la formation des tuteurs de stages paramédicaux.

La simulation en santé pour répondre aux besoins urgents
La mandature menée par Yvan Tourjansky depuis fin 2015 a décidé d’amplifier ce projet en proposant un dispositif de simulation qui soit en mesure de former le maximum de professionnels pour répondre à l’urgence de la présente situation en IDF, le format présentiel pouvant difficilement répondre à l’ensemble des besoins.

Le groupe de travail a été réactivé, David Cherubin (MKDE, élu URPS kiné IDF, enseignant au CEERRF et à l’ENKRE, certifié en simulation en santé) a été nommé chef de projet.

Le comité de pilotage sur ce projet a réuni :
• Le conseil régional de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes d’Ile-de-France ;
• Les Instituts de Formation en MassoKinésithérapie (IFMK) d’Ile de France, y compris ceux formant les étudiants déficients visuels (IFMK DV) ;
• La Fédération Nationale des Étudiants en Kinésithérapie ;
• Les représentants des terrains de stage salariés et libéraux.

L’ARS IDF s’est une nouvelle fois impliquée sur cette thématique et a signé avec l’URPS une convention financière de près de 100 000 euros, le 4 octobre 2018.

KinéGo : 1 an de travaux et 6 séquences pédagogiques

L’outil de simulation de santé, dénommé KinéGo, est accessible à tous les kinésithérapeutes libéraux d’Il-de-France qui souhaitent s’auto-évaluer sur leurs compétences d’encadrement et leur connaissance de la réforme. L'URPS a fait appel à la société SIM FOR HEALTH, un des leader en termes de simulation médicale et le groupe de travail a élaboré 6 séquences pédagogiques (15 minutes / scénario) dans lesquelles le kinésithérapeute est mis en situation :

• Accueil du stagiaire et définition des objectifs de stage (Figure 2 et 3) ;
• Situation emblématique de formation clinique ;
• Connaissance de la réforme des études ;
• Situation avec erreur et accompagnement du stagiaire ;
• Communiquer (interagir) avec les autres professionnels de santé en formalisant le dossier patient ;
• Situations d'évaluation