Imagerie Digestive

Publié le 16 May 2022 à 15:44
#Chirurgien
#Radiologue et imagerie médicale

Pourquoi choisir votre sur-spécialité ?
Toutes les surspécialités sont stimulantes ! Ceci étant dit, les points forts de l’imagerie abdominale sont, objectivement, très nombreux. Tout d’abord, elle s’intéresse à de nombreux organes (foie, pancréas, rate, tube digestif pour ne citer que les principaux), chacun étant sujet à une gamme de pathologies très variées, dans des contextes très différents (imagerie d’urgence, oncologie, maladies chroniques, pathologies rares, etc), et tous étant fortement interconnectés. Par conséquent, la quantité de connaissances et de compétences est immense et leur dynamisme stimulant. On peut donc aisément se sur-surspécialiser au sein de cette surspécialité ! Cela est souvent sous-estimé. Pour donner une image qui illustre cela, on pourrait dire que l’imagerie abdominale est un peu comme l’anglais. Tout le monde ayant fait de l’imagerie d’urgence et un peu d’imagerie abdominale pense la connaître comme on croit parler l’anglais en demandant un café à l’étranger. Mais le jour où l’on veut lire Dickens dans le texte, on réalise qu’on ne parle pas vraiment l’anglais. Donc notre conseil est « venez apprendre à le lire avec nous, c’est fascinant ! ». Ensuite, la place de la radiologie interventionnelle est très grande. Il est donc possible d’avoir une activité purement diagnostique, purement thérapeutique (oncologique ou vasculaire), ou mixte. Un élément important à prendre en compte ici est le rôle complémentaire (et non concurrentiel) de la pratique de radiologie interventionnelle abdominale avec les autres praticiens (chirurgiens, gastro-entérologues, endoscopistes). Ce n’est pas un détail pour la pratique quotidienne et l'épanouissement personnel !

Quelles sont les grandes lignes du programme en phase de consolidation ?
Les grandes lignes sont 1/ les prises en charge thérapeutique (modalités de traitement, aspect post-thérapeutique, etc.), 2/ les stratégies diagnostiques plus complexes ou plus détaillées, et 3/ l’introduction de pathologies plus rares ou dans des formes atypiques.

Quelles sont les futures techniques d’imagerie en diagnostic et en interventionnel ?
En quoi consisterait le métier de demain dans votre sur-spécialité ?
Nous pouvons essayer de répondre à ces deux questions ensemble, sachant que la grande majorité des prédictions des experts se révèle fausse. En réalité, notre métier demain sera très proche de celui d’aujourd’hui. Les développements attendus sont ceux de l’imagerie au sens large. Pour après-demain, il faut sans doute prendre en compte les technologies utilisant l’intelligence artificielle (au sens très large), anticiper le rapprochement avec l’anatomopathologie (l’autre grand acteur du diagnostic moderne), la part grandissante des traitements mini-invasifs.

Quels sont pour vous les débouchés de votre surspécialité dans le public ? Le privé ?
Le mixte ? Une carrière universitaire ?
Si nous prenons du recul, nous pouvons dire que l’imagerie abdominale est une surspécialité qui est proportionnellement plus hospitalière que d’autres. Il ne s’agit pas d’un jugement de valeur, mais d’un simple constat sur le type de pratique des médecins investis dans l’imagerie abdominale. Par conséquent, les débouchés publiques et académiques sont nombreux. Ceci étant dit, il ne faut pas croire que les débouchés dans le privé sont inexistants, bien au contraire ! Que ce soit une pratique mixte ou purement libérale, de nombreux groupes recherchent des médecins spécialistes et compétents en imagerie abdominale.

Article paru dans la revue “Union Nationale des Internes et Jeunes Radiologues” / UNIR N°43

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1652708692000