Histoire insolite - Ô Tajinier

Publié le 19 Mar 2024 à 16:00
Article paru dans la revue « AJCV / Digest’Times » / AJCV N°1
#Urgences
#Chirurgien Digestif
#Chirurgien Général

 


Quentin
Interne au CHU de Toulouse
et créateur de l’application AJCV

Belle soirée sur la ville rose, après une journée calme d’environ 35 blocs et 72 avis, vous recevez un appel pour le moins surprenant de vos amis urgentistes : une jeune patiente de 16 ans arrivée aux urgences en début de journée devant des efforts de vomissements avec une douleur épigastrique brutale nécessitant 10 mg de morphine. Une lipase élevée l’a faite orienter immédiatement vers le service de gastro-entérologie le plus proche.

À son arrivée, la patiente est tachycarde, en contracture, et un début d’altération sur le plan neurologique la font pousser au scanner.

Le Scout est peut-être encore plus informatif, une fois n’est pas coutume !

En reprenant l’histoire avec la famille de la patiente, il s’agit d’une anorexique boulimique pour laquelle l’expression “avoir l’estomac dans les chaussettes” n’a jamais pris autant de sens : un accès boulimique la poussant à consulter au Tajinier du quartier pour une ventrée de couscous commencent à nous faire comprendre le scénario… En effet, 1 kilos de semoule associé à quelques litres d’eau permet d’obtenir une substance similaire au mastic, avec un fort pouvoir d’étanchéité (astuce si jamais vous avez une brèche à colmater dans un muret).

Le résultat dans l’estomac est le suivant : des efforts de vomissements sans possibilité d’extérioriser, et un estomac allant de la pointe du lobe gauche hépatique, jusqu’au rectum, en passant par la compression de l’aorte abdominale.

Le premier bloc en urgence aura été marqué d’un feu d’artifice de sang frais contre la vitre en face de l’installation de la malade, avec un bruit sourd : le rectum avait explosé juste à l’induction du fait de la compression (diagnostics différentiels écartés).

Lors de la laparotomie, le trou dans l’estomac laissant passer l’aspiration nous aura permis de récupérer des litres, et des litres, et des litres… de couscous…

Au total : 11 blocs dont :

  • Dans un premier temps une proctectomie d’hémostase avec Hartmann, avec suture gastrique, jéjunostomie.
  • Résection iléocaecale devant une souffrance digestive, et gastrectomie totale devant un estomac nécrosé, pezzer dans l’œsophage. Drainage au contact du premier duodénum, ouvert.
  • Multiples laparotomies pour hémostase, drainage, décaillotage.
  • Anastomose œso-jéjunale et résection du premier duodénum.
  • Rétablissement de Hartmann bas.
  • Fermeture d’iléocolostomie.

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1710860451000