Genzyme maladie de gaucher type I

Publié le 1652168112000

La maladie de Gaucher est une maladie métabolique grave et invalidante appartenant au groupe des maladies lysosomales, maladie génétique de transmission autosomique récessive. C’est la plus fréquente des maladies de surcharge lysosomale avec une prévalence d’environ 1/ 60 000.

Il s’agit d’un déficit enzymatique en glucocérébrosidase qui entraîne l'accumulation de dépôts de glucosylcéramide (ou glucocérébroside) dans les cellules du système réticulo-endothélial du foie, de la rate et de la moelle osseuse (cellules de Gaucher).

On distingue classiquement trois types de maladie de Gaucher : la maladie de Gaucher de type 1 (MG type 1) de loin la plus fréquente (90 % des cas), chronique, non neurologique. Le type 2, aigu neurologique, est caractérisé par une atteinte précoce du tronc cérébral, rapidement évolutive, et entraînant le décès des patients avant l'âge de 2 ans. Le type 3, subaigu neurologique, est caractérisé par une encéphalopathie progressive (apraxie oculomotrice, épilepsie, ataxie), s'associant aux manifestations systémiques du type 1.

La MG type 1 reste sous diagnostiquée en France car encore méconnue d’un grand nombre de médecins. Si la splénomégalie et la thrombopénie révèlent la maladie chez respectivement 70 % et 49 % des patients, les atteintes osseuses sont fréquentes au moment du diagnostic (infiltration médullaire, douleurs, fractures pathologiques, ostéonécroses etc.). Chez l’enfant, il est souvent associé un retard staturo-pondéral et chez l’adolescent, un retard pubertaire et une asthénie.

Dans plus de la moitié des cas, les patients atteints de maladie de Gaucher sont diagnostiqués avant 18 ans et c’est donc au pédiatre d’évoquer cette maladie. La présence de symptômes chez l’enfant est un signe de gravité à lui seul. Les diagnostics différentiels fréquemment évoqués sont une hémopathie (leucémie et lymphome), une tumeur maligne, un PTI, une drépanocytose ou encore une lymphohistiocytose.

Au myélogramme, la cellule de Gaucher se caractérise par un noyau excentré et un cytoplasme à l’aspect de « papier froissé ». La confirmation diagnostique se fait facilement par dosage dans les leucocytes circulants de la glucocérébrosidase : ce dosage peut être fait sur un prélèvement sanguin standard ou sur papier buvard type Guthrie . Un diagnostic précoce et une prise en charge appropriée permettent de prévenir des atteintes irréversibles, en particulier osseuses.

Dans la MG type 1, il existe deux types de traitement : le traitement par enzymothérapie substitutive et le traitement par réduction de substrat. En cas de diagnostic, vous devez contacter un centre de référence ou de compétence des maladies lysosomales ou des maladies métaboliques qui vous aidera dans la prise en charge du patient.

Dr Anaïs BRASSIER
AP-HP Hôpital Necker
Article paru dans la revue “Association des Juniors en Pédiatrie” / AJP n°13

 

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1652168112000