Fiche Conseil : Basse Vision

Publié le 18 May 2022 à 07:08
#Gériatre


Malvoyance = acuité visuelle < 4/10ème et/ou champ visuel ≤ à 20°.
Signes d’alerte = Patient qui

  • Trébuche, se cogne (notamment la nuit) ;
  • Marche plus lentement, moins loin ;
  • Devient maladroit ;
  • Se rapproche beaucoup des supports ;
  • Ne s’intéresse plus à ses activités habituelles ;
  • Se plaint de la luminosité ;
  • Retire ses lunettes car ne voit pas de différence avec et sans ;
  • Décrit des déformations.

Différentes façons de « mal voir »

Difficulté à voir à différentes distances.

  • Rechercher un éblouissement, problème de vision nocturne ou un trouble de la perception des couleurs.

Cataracte, Amétropie forte, Nystagmus, Pathologies cornéennes, Pathologies de la macula.

Conséquences :

  • Impossibilité d’identifier les médicaments, notices, posologies...
  • Les déplacements en sécurité sont compliqués par difficultés d’appréciation des reliefs ou de la distance d’un obstacle.


Déficit du champ visuel périphérique.

  • Rechercher une vision en « trou de serrure » et un trouble de la vision nocturne.

Glaucome avancé ou la rétinopathie pigmentaire.

Conséquences :

  • Les déplacements en sécurité sont impossibles par éblouissement et mauvaise appréhension de leur environnement.
  • Les patients se plaignent souvent d’éblouissement tout en ayant besoin de lumière supplémentaire.
  • L’acuité visuelle centrale peut rester bonne, permettant la cas échéant la lecture.

Pathologies de la macula (congénitales ou acquises -DMLA, oedème maculaire, …-).

Conséquences :

  • Vision précise impossible (lecture et la reconnaissance des visage) avec sensation de déformation centrale.
  • Vision des couleurs perturbée.
  • Vision périphérique subsiste : les patients peuvent s'orienter et se déplacer correctement.

Les adaptations immédiates

L’éclairage
Ni trop, ni pas assez !
Attention au contre-jour…
En extérieur, proposer des protections pour limiter l’éblouissement (lunettes de soleil, filtres thérapeutiques, casquette ou chapeau).

Les documents écrits
Les contrastes doivent être optimisés sur des documents simples : noir sur blanc. Le format A4 maximum est à privilégier pour éviter les retours à la ligne trop réguliers ou trop longs. En cas de vision floue ou de scotome central, les textes devront être agrandis ; une loupe pourra être envisagée. Des repères visuels ou tactiles pourront également être placés sur les documents importants (boîte de médicament par exemple).

Les contrastes
Outre les documents écrits, les contrastes peuvent être optimisés dans la vie quotidienne afin d’aider à l’autonomie des personnes malvoyantes. 

La communication/l’échange
Face à la personne malvoyante, la communication est essentiellement verbale, tactile et éventuellement gestuelle.

Les déplacements
Le patient ne pourra pas toujours lire la signalétique. Il faudra expliquer lentement et clairement le trajet en utilisant du vocabulaire adapté et détaillé (cf. page précédente). On peut également proposer au patient de le guider physiquement : il faudra alors se placer devant la personne et sur le côté d’environ un pas, la personne saisira le bras de l’accompagnant juste au-dessus du coude. Ainsi l’accompagnant précèdera la personne malvoyante et la protègera des obstacles en les anticipant. Attention aux portes entre-ouvertes qui sont sources de difficultés.

L’environnement
Lorsque la personne malvoyante arrive dans un nouvel environnement (comme par exemple l’arrivée dans une nouvelle chambre), il faut lui préciser l’emplacement et la fonction des objets présents. Ne pas hésiter à lui proposer son aide pour ranger ses affaires et lui préciser où chaque élément va être rangé (et ne pas les changer de place sans prévenir la personne). Les espaces encombrés sont sources de difficultés (et même dégagées, les chambres restent petites).

Aides techniques
Le choix puis l’apprentissage des aides techniques (loupes, filtres thérapeutiques, télé-agrandisseurs, etc.) se feront en collaboration avec l’opticien qui mettra à disposition le matériel le plus adapté avec les aides financières disponibles.

Bibliographie

  1. Accompagnement des personnes âgées déficientes visuelles - Fédération des aveugles de France.
  2. Accompagner et guider la personne aveugle. Savoir être et savoir guider. UNADEV.
  3. Accueillir une personne déficiente visuelle - Guide à l’usage du personnel des hôpitaux et maisons de retraite. Fédération des aveugles de France.
  4. Fiches-Repères EHPAD “savoir être” et “savoir faire”. Repérage des déficiences sensorielles et accompagnement des personnes qui sont en attentes dans les établissements pour personnes âgées.
  5. Fiches-Repères EHPAD - du repérage à l’accompagnement. Repérage des déficiences sensorielles et accompagnement des personnes qui sont en attentes dans les établissements pour personnes âgées.
  6. Holzschuch C, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (France). Quand la malvoyance s’installe : guide pratique à l’usage des adultes et de leur entourage. Saint-Denis Cedex : Ed. INPES; 2008.

Bonel EMILIE, Orthoptiste à Dorlisheim
Geisler DONATILE, Orthoptiste à Strasbourg
Wolff MARION, Orthoptiste à Obernai
Pour l'Association des Jeunes Gériatres

PATHOLOGIES FRÉQUENTES OU SÉVÈRES DE LA PERSONNE ÂGÉE