Developper la compétence

Publié le 1653893974000

Depuis le 2 septembre 2015, date de parution du nouveau référentiel des études de masso -kinésithérapie, les Instituts de Formations en Masso-Kinésithérapie ont le devoir de mettre en œuvre des stratégies pédagogiques visant au développement de 11 compétences. Au sein de celles-ci, on distingue des compétences de « cœur de métier » (C1 à C5), mobilisées quotidiennement par les masseurs-kinésithérapeutes, et des compétences « transversales », mobilisées de manière plus ponctuelle.
La compétence 8 s’intitule : « Rechercher, traiter et analyser des données professionnelles et scientifiques ». [1]
Le développement d’une telle compétence représente un challenge pour les équipes pédagogiques, car même si certaines ont proposé des anticipations, il s’agit aujourd’hui du programme officiel construit autour d’objectifs pédagogiques précis. Les Unités d’Enseignements 8 (Cycle 1) et 27 (Cycle 2), précisent ces objectifs. [1]
Notre hypothèse est qu’il est possible de développer la compétence 8 chez des étudiants MK sur les deux cycles de formation en IFMK. Nous proposons ici un projet pour tenter de valider cette hypothèse.

Méthodes
Au cours des différentes phases de la formation, différents enseignements sont mis en place afin de développer la C8.

En préalable, les premiers échanges avec les étudiants de K1 ont introduit la notion d’évolution de la profession, soulevant la question de l’intégration du raisonnement scientifique en kinésithérapie (Voir figure 1 : introduction C8).

Figure 1 :
Evolution de la Kinésithérapie et nouveau référentiel des études (introduction de la C8).

Dogme Science
Croyances Arguments
Convictions Preuves
  Doutes

Cycle 1 :
Les 4 semestres du cycle 1 sont organisés autour des axes suivants : recherche documentaire, esprit critique, management de projet, introduction au raisonnement scientifique et à la méthodologie de recherche clinique

La figure 2 expose les objectifs visés, les moyens mis en œuvre et les liens logiques avec d’autres UE (Figure 2)

Figure 2 : Construction du cycle 1
Les évaluations constituent une des clefs avec laquelle l’équipe pédagogique peut orienter les axes prioritaires d’apprentissage. Cependant seules les modalités de ces évaluations sont abordées ici.

Le cycle 2 est construit autour des axes suivants : développement de la méthodologie scientifique pour la production écrite ou orale et pour la pratique basée sur les preuves (EBP). Un lien très étroit lie l’UE 28 (Mémoire de fin d’étude) et l’UE 27 dans le développement de la Compétence 8 au second cycle.

La figure 3 expose les objectifs visés, les moyens mis en œuvre et les liens logiques avec d’autres UE.

Figure 3 : Construction du second cycle

Résultats : Evaluation du Projet
our évaluer la pertinence de ce projet, il est nécessaire de recueillir les résultats qui nous permettront de répondre à l’hypothèse : « Est-il possible de développer la compétence 8 sur les deux cycles de formation en IFMK ? ».

Pour cela, nous proposons une étude longitudinale sur la durée des deux cycles. Cette étude sera nécessairement non-contrôlée, afin d’éviter une perte de chance pour certains étudiants.

Un questionnaire sera proposé à chaque début de semestre. Il reposera sur des critères d’auto-évaluations concordants avec l’atteinte des différents objectifs :
Méthodes de travail : Capacité à gérer méthodiquement un projet, mettre en place les actions nécessaires pour sa réussite.
Recherche documentaire : Capacité à sélectionner des bases de données fiables, à repérer des indices bibliométriques de la source consultée (Journaux scientifiques).
Capacité d’analyse critique d’une communication professionnelle et/ou scientifique (oral ou écrit ; méthodes expérimentales et statistiques ; validité des analyses, qualité de la discussion).
Capacité de production d’une communication scientifique.

Si le biais principal de cette méthodologie est constitué par l’absence de groupe témoin non-exposé à ce projet, son originalité repose sur son aspect longitudinal permettant de mesurer la progression de l’étudiant, au moins de son propre point de vue.

Discussion
La figure 4 synthétise une analyse SWOT du projet de développement de la compétence 8. Le terme SWOT est un acronyme issu de l'anglais : Strengths (forces), Weaknesses (faiblesses), Opportunities (opportunités), Threats (menaces) [3].
Il s’agit d’une analyse subjective du projet présenté.

Forces
• La réforme des études intègre une 4ème année permettant d’étaler la progression de l’étudiant. Les compétences « transversales » comme la C8 pourront probablement être abordées de manière plus complète en 8 semestres de formation plutôt qu’en 6 semestres comme précédemment.
• Les exigences du mémoire de fin d’étude soutiennent et justifient pleinement le développement de la compétence 8.
• L’accès aux bases de données est de plus en plus facile (nouvelles plates-formes collaboratives notamment).
• Des liens sont possibles avec les enseignements de l’UE 9 pour tendre vers l’anglais scientifique en second cycle.

Faiblesses
• Tous les formateurs n’ont pas eu l’occasion de développer la compétence 8 pour eux-mêmes. Le même constat peut être fait pour les tuteurs de stage.
• La pratique basée sur les preuves (EBP) est une notion devenue courante au sein des IFMK, ce qui semble moins fréquent sur le terrain.

Opportunités
• Les conférences, colloques, congrès de professionnels de la rééducation sont de plus en plus fréquemment construits sur une méthodologie scientifique (comité scientifique) : il est essentiel de favoriser la participation des étudiants, des formateurs et des tuteurs, à ces manifestations.
• L’universitarisation est une opportunité pour continuer à construire notre émancipation scientifique. Les liens avec les composantes de l’Université et avec les laboratoires de recherche devraient permettre 1) d’améliorer le niveau et l’homogénéisation des enseignements fondamentaux en lien avec la physiothérapie et 2) de faciliter la production de thèses de doctorat en lien avec la physiothérapie par des formateurs/tuteurs, ce qui contribuerait à orienter les sujets de recherche vers les préoccupations des physiothérapeutes.

Menaces
• Quel est véritablement le niveau de fin d’étude attendu pour un kinésithérapeute/ physiothérapeute dans le cadre de cette réforme des études ? Est-il possible d’envisager un véritable niveau master de type recherche, pour lequel la formation PAR la recherche permet de développer pleinement la pratique basée sur les preuves et l’esprit critique chez les jeunes diplômés ?
• L’universitarisation peut aussi constituer une menace. Celle-ci doit permettre une émancipation dans le monde scientifique. La question du rattachement à une composante de l’Université est alors posée : existe-t-il actuellement une section de l’Université (donc du Conseil National des Universités, CNU) correspondant à la Masso-Kinésithérapie ou à la Physiothérapie ? Si la réponse est négative, pourronsnous justifier la création d’une telle section ?

De plus, il est nécessaire de conserver intactes nos compétences techniques et relationnelles auprès des patients. Il s’agit de maintenir la teneur « professionnalisante » de notre formation et d’y intégrer le « raisonnement scientifique ». Cette transformation nous permettra probablement d’évoluer du métier de masseur-kinésithérapeute vers le métier de physiothérapeute, utilisant de manière équilibrée sa technique, son relationnel, et son raisonnement basé sur les preuves.

Forces
Progression sur 4 ans Mémoire exigeant
Accès de + en + facile aux bases de données
Lien possible avec l’anglais
Opportunités
Participation des étudiants/formateurs
aux colloques, congrès…
Universitarisation
Faiblesses
Formation des formateurs et des tuteurs
non-sensibilisés ?
Menaces
Niveau attendu de Master ou de grade
master ?
Universitarisation

Figure 4 : Analyse SWOT du projet de développement de la compétence 8 en IFMK

Alexandre Kubicki,
MKDE, PhD

Directeur FiKiP
IFMS Belfort-Montbéliard
2 rue du docteur Flamand
25200 Montbéliard

Bibliographie
• Référentiel des études de masso-kinésithérapie ; JO du 2 septembre 2015.
• Nicolas Pinsault et Richard Monvoisin. Tout ce que vous n'avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles. PUG - Collection : Points de vue et débats scientifiques - février 2014.
• Alain-Charles Martinet, Diagnostic Stratégique, Vuibert, 1990, 157 p.

            Article paru dans la revue “Syndicat National de Formation en Masso-Kinésithérapie” / SNIFMK n°8

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1653893974000