Compléments alimentaires : une aide utile pour participer à l'équilibre nutritionnel

Publié le 14 Mar 2023 à 14:29
#Médecine

 

Une alimentation diversifiée est bien sûr l’idéal, mais les recommandations nutritionnelles sont parfois difficiles à suivre. Selon le Docteur Jean-Michel Lecerf (nutritionniste - Lille), « les causes structurelles liées à notre alimentation actuelle (insuffisance de produits végétaux, excès de produits raffinés, apports alimentaires réduits pour s’adapter à la baisse des dépenses énergétiques, repas simplifiés) et les causes conjoncturelles (définissant les populations à risque) mettent à mal les recommandations ».

Une importante distorsion apparaît entre ce qu’il serait bien de faire et ce qui est fait en réalité par l’ensemble des individus. Ainsi, 61% des gens sont attachés à un déjeuner complet (entrée, plat, fromage, dessert), mais seulement 37% le mettent en pratique. Les prises alimentaires en dehors des repas sont de pus en plus fréquentes et la journée à 3 repas ne représente que 15% des journées alimentaires.

La rupture du lien social (éclatement familial, solitude, perte des repères identitaires, rythmes décalés) est à l’origine de nouveaux comportements alimentaires. La restriction cognitive, ainsi appelée car les individus s’imposent consciemment une limitation de leurs apports, est également une source de déséquilibre alimentaire. Dans nos pays occidentaux, 50% des gens sont peu ou prou au régime, limitant ainsi la quantité de calories ingérées, mais aussi les apports en vitamines ou minéraux. Les femmes plus souvent au régime que les hommes, représentent une population à risque. Qu’il s’agisse de fer, de magnésium ou de calcium, les médecins rencontrent aujourd’hui beaucoup de femmes carencées et notamment en fer. Les personnes âgées, consommant de moins en moins d’aliments (pertes d’appétit, troubles digestifs, mauvaises dentitions, …) doivent aussi faire face à d’éventuelles carences nutritionnelles.

Face à ces changements de comportement et à la réalité des contraintes quotidiennes, les compléments alimentaires représentent une aide efficace et légitime. Sans calories supplémentaires, ils permettent de participer à l’équilibre nutritionnel de façon pratique et adaptée aux modes de vie variés de chacun d’entre nous.

Nutrition, alimentation et compléments alimentaires
Pour un nutritionniste digne de ce nom, toute la nutrition est contenue dans l'assiette, voici le dogme traditionnel, le plus souvent admis et partagé.

Pourtant :

  • Les patients, mais aussi les "gens" (et donc pas seulement les malades) consomment des compléments alimentaires, avec semble-t-il satisfaction.
  • Les médecins, mais aussi les nutritionnistes (et donc pas seulement les généralistes) admettent que l'alimentation de nos contemporains n'est pas équilibrée et que les habitudes alimentaires sont difficiles à changer.

Malgré cela, les compléments alimentaires cherchent leurs lettres de noblesse dont la première est de faire la preuve de leur utilité.

La moindre de leurs difficultés n'est pas d'avoir une individualité propre entre aliments et médicaments. Ni aliment : denrée alimentaire comestible, nourrissante, appétente, coutumière ; ni médicament, dont le propre est de soigner ou de prévenir une maladie ou des symptômes, de l'avoir démontré et d'être assorti d'un risque d'effets secondaires ; ni alicament, cette troisième voie est mal définie.

Sur quelles bases alors les compléments alimentaires peuvent-ils justifier de leur intérêt ? Sur des données à la fois scientifiques et empiriques.

  1. Les comportements alimentaire des Français évoluent vers la cacophonie.
  2. Il existe des apports nutritionnels conseillés pour la population française.
  3. Ceux-ci ne sont pas couverts pour une partie de cette population.
  4. Les conseils alimentaires et liés au mode de vie ne permettent pas toujours d'y remédier.
  5. Si des compléments permettent de les atteindre, voire de faire "mieux", pourquoi ne seraient-il pas utiles ?

A côté de l'effort d'éducation nutritionnelle pour les "bons" choix alimentaires et la recherche d'une optimisation de la qualité intrinsèque des aliments, voire leur enrichissement éventuel : les compléments alimentaires bien pensés comme chez nutri and co par exemple, bien utilisés, en prenant en compte les modes de vie (activité physique, sommeil...) peuvent avoir leur place dans la nutrition et la santé publique. Ils fournissent des réponses à la situation nouvelle d’un homme sédentaire, qui vit longtemps, dans une société opulente.

Publié le 1678800544000