Aides-soignants : 4 conseils pour faire face au stress lié aux soins des patients Alzheimer

Publié le 1700848561000

 

Aides-soignants : 4 conseils pour faire face au stress lié aux soins des patients Alzheimer

 

Dans l’esprit du plus grand nombre, les malades d’Alzheimer sont avant tout des personnes vulnérables et confuses. Perdus, ces patients exigent évidemment la plus grande attention du corps médical. Néanmoins, en tant qu'aide-soignant, vous savez que les personnes touchées par Alzheimer peuvent être également poussées à une grande agitation et à de l’agressivité. Ciblés, ces 4 conseils devraient vous aider à gérer les situations les plus stressantes.

 

Sachez identifier les facteurs d’agressivité

 

S’il peut être difficile de reconnaître ces signes, lorsque vous prenez en charge un nouveau patient, avec le temps et davantage de familiarité, vous pourrez identifier les facteurs d’agressivité et d’autant plus facilement les anticiper. Toute crise peut en effet se manifester à cause de la douleur ou du trouble que ressent votre patient, autant de maux avec lesquels il ne sait comment composer et surtout, qu’il ne sait exprimer autrement qu’en se montrant brusque, voire violent.

En répondant à ses besoins vitaux, en comprenant ses autres problématiques (besoin d’un objet qu’il ne retrouve plus ?), vous pourrez modérer les plaintes, les cris et éviterez ainsi que la situation ne dégénère trop rapidement.

Vous vous interrogez sur le comportement d’un patient qui n’a pourtant pas encore été diagnostiqué ? Voici comment détecter les signes nécessitant une entrée en EHPAD pour un patient Alzheimer.

Soignez votre communication

En tant que soignant, vous ne pouvez vous adresser à un patient atteint d'Alzheimer comme à un patient au profil plus classique. Vous devez soigner votre communication, rappeler votre nom, faire preuve de douceur et surtout, de patience. En sentant votre écoute et votre attention, le malade, face à vous, se sentira d’autant plus compris et à l’aise que face à de l’indifférence et une non prise en compte de son individualité.

Les questions doivent être simples, un sujet à la fois doit être évoqué et les sources de distraction, évitées durant le dialogue.

N’oubliez pas que le langage du corps a également son importance. Les indices non verbaux ont en effet un impact notable sur la compréhension qu’un malade peut avoir d’une situation donnée.

Adaptez-vous, tout simplement

 

Soigner des malades atteints d’Alzheimer demande une grande faculté d’adaptation. Si vous faites cet effort, vous éviterez d’être confrontés à des situations stressantes et incompréhensibles et occuperez votre rôle avec d’autant plus de réussite. Les patients peuvent en effet être atteints d’agnosies visuelles, souffrent d’un champ de vision réduit ou d’autres pathologies qui doivent évidemment être prises en compte.

Essayez de vous détendre

Un aide-soignant détendu est un aide-soignant souvent plus calme et plus bienveillant. Quel que soit votre caractère, vous pouvez apprendre à vous détendre sur votre lieu de travail. Pour ce faire, vous pouvez évidemment vous reposer sur l’équipe qui travaille à vos côtés en évoquant avec elle vos possibles soucis, vos difficultés mais en partageant également les bons moments.

En étant détendu, vous éviterez de ressentir du stress mais également de le transmettre aux patients avec lesquels vous travaillerez toute la journée. Vous pourrez d’autant plus éviter les refus et les réactions d’opposition, profitant dès lors d’un cercle vertueux plus agréable pour tous !

Publié le 1700848561000