actualités associatives : PAL, BOURSE AFFEP… QUESAKO ?

Publié le 26 May 2022 à 16:07
#Innovation
#Management
#Coordination
#Psychiatre de l'enfant et de l'adolescent


Dans son objectif de favoriser les actions locales des associations d’internes, l’AFFEP propose des aides financières au travers de deux dispositifs différents.
Le premier est la Bourse AFFEP. C’est une participation financière pour les associations locales qui organisent une manifestation en rapport avec la psychiatrie. Ça peut être par exemple des conférences, des cinépsy, et bien d’autres en fonction de votre imagination. Le montant est de 200 €. Elle peut être demandée jusqu’à une fois par année universitaire. La seule contrepartie est d’écrire un article à paraître dans le Psy Déchaîné. À partir de 3 années consécutives pour la même manifestation, le montant est porté à 300 €.
Le deuxième dispositif est le Projet Associatif Local. C’est un prix décerné une fois par année universitaire pour toute manifestation qui a trait à la formation des internes, par exemple une journée de formation ou des conférences. Un vote est réalisé parmi tous les projets et l’association gagnante remporte le prix de 500 €. Cette fois encore, un article pour le Psy Déchaîné est la condition requise.
Ci-après, vous trouverez deux projets de Bourse AFFEP pour l’année 2018  :
• Un séminaire de recherche qualitative à Grenoble.
• Des ciné-débats à Dijon.

Si vous aussi l’aventure vous tente, contactez Anaïs CARRE, coordinatrice nationale de l’AFFEP : [email protected]

Introduction par
Thomas BARBARIN (Dijon)

Bourse AFFEP - Grenoble Séminaire de recherche qualitative

Notre projet est constitué de deux journées de séminaire d’initiation aux méthodes de recherche qualitative. Il est animé par le Dr LACHAL, qui appartient à l’équipe Méthodes et Culture du CESP-INSERM 1178, spécialisée dans les méthodes de recherches qualitatives et transculturelles (Paris, Pr MORO). Cette formation est dispensée sous forme de séminaire à Paris (Maison de Solenn, APHP). A la demande des internes grenoblois (notamment Tiphaine ROELENS), le spécialiste se déplace de Paris pour animer ces cours à la journée.

Première journée  : Introduction, question de recherche, échantillonnage et recueil des données

Introduction à la méthode et au paradigme qualitatif :
• Quels sont les buts de ce type de recherche ?
• Quelle position à adopter en entretien ? Dans ce cadre, il s’agit de se mettre dans la peau d’un chercheur et non plus d’un psychiatre.

Élaboration d’une question de recherche en méthode qualitative, techniques d’échantillonnage et élaboration d’un guide d’entretien :
Une mise en pratique a été réalisée, avec simulation d’entretiens qualitatifs filmés, suivie d’un décryptage des modalités d’interaction et des écueils potentiels

Deuxième journée : Analyse des données
L’objectif des études qualitatives est de constituer une description thématique de l’expérience des participants sur le phénomène étudié. A partir de cette description seront élaborées des propositions interprétatives théoriques et des applications pratiques en clinique et en recherche.
Pour cela, une retranscription du verbatim est faite, suivie d’un codage du texte mot à mot, puis un regroupement des codes en thèmes et enfin l’élaboration de thèmes transversaux aux différents entretiens.
Le cours a proposé une partie d’enseignement théorique et une partie d’enseignement pratique (codage, élaboration de thèmes, écriture).
L’objectif final est de développer un club de recherche qualitative sur Grenoble, dans lequel le codage des données est partagé entre les différents membres. Ce club permettra la mise en place de protocoles de recherche, facilitant ainsi l’analyse future de diverses données (soutien de travaux de thèse, nouvelles initiatives en santé mentale…).

Christophe GAULD
Pour le bureau de l’AIPG (Grenoble)

Bourse AFFEP - Dijon Ciné Débat Bourguignon

L’Association Bourguignonne des Internes de Psychiatrie a mis en place depuis cette année un atelier de Ciné Débat sur le même principe que dans de nombreuses autres subdivisions.

Le principe est simple, se regrouper autour d’un film, puis discuter de la thématique qui en découle en lien plus ou moins direct avec la psychiatrie. Il n’y a pas de plan défini, le débat est libre et chacun a la parole.

L’association s’occupe de l’organisation, fixe les dates, sélectionne les films en fonction d’une liste proposée par les internes – et en fonction des thématiques psychiatriques abordées, réserve une salle avec un projecteur dans le CHS de Dijon, et participe symboliquement au buffet. Nous avons opté pour une séance mensuelle, tous les premiers mardis du mois. Comme ça, pas de surprise pour la date et tout le monde peut réserver son créneau. Nous donnons rendez-vous vers 20h, avec un petit buffet apéritif où tout le monde apporte quelque chose.

 L’entrée est gratuite et sans inscription pour tous les internes de psychiatrie de la subdivision.

A l’heure actuelle, nous avons déjà fait deux visionnages : Le premier, sans grande surprise, sur le film « 12 jours » de Raymond Depardon.

Étant encore au cinéma nous ne l’avons pas projeté, mais les discussions n’en ont pas été moins constructives. Le débat a à la fois porté sur la réalisation du film, son script, le choix dans les patients et dans les plans, mais a ensuite porté sur les soins sans consentement, le ressenti des patients, l’éthique derrière ces mesures, et la vision du grand public des soins contraints.

Le deuxième a abordé un épisode de la série « Black Mirror ». La discussion tournait autour de la schizophrénie et de la vie privée et le voyeurisme. Mais également sur la relation homme-machine avec le développement de l’intelligence artificielle, et la question de quelle place pour la psychiatrie dans un monde avec intelligence artificielle ?

Le prochain film projeté sera « Clean, Shaven » de Lodge Kerrigan, film souvent cité lorsque l’on parle de psychiatrie. D’ailleurs, si dans votre ville vous avez également des ciné débats et que vous voulez partager avec nous des films qui ont été intéressants à visionner, n’hésitez à nous contacter sur Facebook (www.facebook.com/abip.asso).

Thomas BARBARIN
Président de l'ABIP (Dijon)

Journée de l’interne à Poitiers

Pour la troisième année consécutive, l'ensemble des internes de psychiatrie de Poitou-Charentes s'est réunie le temps d'une journée dite «  Journée de l'Interne  ».

À peine la lecture de cet article commencée que l'on vous imagine entrer dans une frénésie qu'il n'est déjà plus question de refréner, hurlant : «  Comment  ? une Journée de l'Interne  ? Qu'est-ce diable que cette chose ? À quoi ça sert ? Dites m'en plus par pitié ! ».

Rassurez-vous, nous allons vous en dire plus. La scène se passe un 14 décembre. Notre ciel gris poitevin laisse poindre ça et là quelques rayons malhabiles dont la pâleur froide ne suffit pas à calmer l'ardeur de l'instant. Car c'est avec fièvre que nous retrouvons nos compagnons partis au front dans les différentes périph' de notre belle région.

Nous nous sommes réunis en amphi de bon matin pour assister à plusieurs interventions d'une vingtaine de minutes chacune.

Après le discours d'ouverture du Dr BELIN, qui avait imaginé cette journée trois ans plus tôt, nous avons eu un briefing d’Anaïs CARRE, coordonnatrice nationale de l'AFFEP. Anaïs a commencé par présenter notre chère Asso', pour enchaîner sur le sujet douloureux de la réforme. Malgré la clarté de son explication, on en retiendra que l'avenir reste flou quant à son application pratique.

Une intervention décoiffante de l'UNAFAM86, puis plusieurs travaux de thèses sont présentés, de l'addictologie à la médecine légale (adhésion aux soins après des soins sous contrainte), en passant par la pédopsychiatrie (de l'état limite au trouble borderline, narrativité et vie de célébrités)...

La recherche pictave a également pu faire son apparition avec la présentation de Pierre-Marie LEBLANC qui nous a exposé ses travaux sur l'empathie chez le rongeur, effectués lors de l'année-recherche pour son Master 2. Si vous-même vous possédez une souris, sachez qu'elle est peut être plus empathique que vous.

Après un repas copieux et revigorant à l'internat, nous continuons notre périple internesque à l'Unité de Recherche Clinique de Poitiers, au sein de l'hôpital psychiatrique.

On entame l'après-midi par une présentation du Dr HABER (CCA) ayant pour objet le post-internat (PH, PHC, PHA, CCA, libéral, etc.) le tout modulé par l'arrivée de la réforme.

Nous accueillons ensuite le Pr GIL, neuropsychiatre et professeur émérite de Poitiers, venu interroger les liens entre psychiatrie et neurologie. Nous narrant son parcours, lui qui a vu les deux spécialités s'individualiser, il pose la question de leur avenir, de leur cloisonnement actuel, des ponts qui les relient encore.

Le temps suivant est alloué à des tables rondes dans trois pièces différentes pour permettre aux internes de s'informer sur les DU/DIU, les masters, et/ou participer à des cas cliniques.

Enfin, la traditionnelle tombola est venue ravir les heureux gagnants de ses lots éclectiques, artistiques ou pratiques. Avec elle, nous avons pu admirer le diaporama du concours photo dont le thème de l'année « l'Extase » a permis de laisser libre cours à notre imagination...

Cette belle journée se clôt au restaurant pour assister à un exposé de notre partenaire MACSF sur la responsabilité professionnelle.

Bref, pour la troisième année, la Journée de l'interne a tenue ses promesses. Nous remercions encore une fois les organisateurs Clément BUHRY et Raphaël ROCCHESANI, ainsi que tous les intervenants, les internes poitevins, nos professeurs, Anaïs et l'AFFEP.

Julien DEPAIRE et JB
Pour l’AIAIPV (Poitiers)

The Voice of addiction au Congrès de l'Albatros 2018

Le prochain congrès d'addictologie de l'Albatros "les addictions : du défi de la prévention à l'innovation thérapeutique" se déroulera à Paris du 6 au 8 juin 2018.
Si vous souhaitez participer, le tarif adhérent AFFEP est de 55 euros (cochez la case adhérent affep lors de l'inscription).
Pour les membres (et futurs membres) de L'AJPJA (Association de Jeunes Psychiatres et Jeunes Addictologues) : le tarif préférentiel est à 225 euros jusqu'au 24 mai (puis augmentation des tarifs)

Cette année, une nouvelle session jeunes !
Les Jeunes Psychiatres ou Jeunes Addictologues vont faire entendre leur voix en présentant un sujet innovant en addictologie (travail en cours ou achevé) lors de « The Voice of Addiction » au congrès de l’Albatros 2018 !!!

Quel concept ?
Une session d’une heure et demi face à une foule en délire, retransmise en direct live Facebook sur le groupe « The Voice of Addiction ». 6 JUNIORS dans l’arène, une présentation de 5 minutes chacun.

Leur mission : faire buzzer nos 3 coach SENIORS choisis parmi les plus charismatiques de la spécialité.  

Buzzés par plusieurs de nos coachs ? Ils devront choisir l’équipe qu'ils veulent rejoindre.

Les équipes ainsi formées d’un senior et de 2 juniors seront challengés par les questions live du public.

A la fin, il ne peut rester qu’une seule voix de l’addictologie 2018 ! Ce verdict sera soumis à l’impitoyable vote du public. En plus de cet immense honneur, le grand gagnant recevra une place pour l’albatros 2019 et sa participation au prix « spécial addictologue junior » doté de 1000 euros.

Article paru dans la revue “Association Française Fédérative des Etudiants en Psychiatrie ” / AFFEP n°22

L'accès à cet article est GRATUIT, mais il est restreint aux membres RESEAU PRO SANTE

Publié le 1653574049000