Le métier de Neuropsychologue

Article paru dans la revue La Gazette du jeune Gériatre" n°22, Novembre 2019 (AJG)

 

Qu’est-ce que la neuropsychologie ?

La neuropsychologie est une branche, une spécialité scientifique de la psychologie. Cette discipline a pour vocation d’étudier les relations entre les structures cérébrales et le fonctionnement psychologique, qu’il soit cognitif, comportemental ou encore émotionnel. Il est difficile de situer précisément l’origine de la neuropsychologie. Au XVIIIème siècle déjà, avant la période dite « scientifique », un neuro-anatomiste Allemand, Franz Gall, a diffusé à travers ses travaux que différentes facultés mentales étaient sous-tendues par divers organes cérébraux indépendants. A la suite de cette méthode phrénologique, une approche plus scientifique est apparue, notamment avec Broca au XIXème siècle qui cherchait à mettre en lien des perturbations acquises du langage avec les sièges des lésions responsables des troubles : la neuropsychologie clinique est née ! Dans les années 1960, la neuropsychologie est devenue une discipline essentielle des services de neurologie, de neurochirurgie et de gériatrie. L’essor des disciplines comme la neuro-anatomie, l’histologie et la physiologie ne sont pas pour rien dans l’apparition de la neuropsychologie, et celles-ci se sont fait rejoindre par les sciences du comportement, la linguistique et bien d’autres sciences cognitives, ce qui fait de la neuropsychologie une approche multidisciplinaire.

 

Qui est le neuropsychologue ?

 Le neuropsychologue, ou psychologue spécialisé en neuropsychologie est détenteur d’un master (BAC+5) qui lui confère le statut protégé de psychologue. Aujourd’hui en France, une trentaine de Master 2 proposent la formation de neuropsychologue. Une des missions de ce clinicien est celle de l’évaluation des troubles de certaines fonctions cérébrales, dans une perspective diagnostique et de suivi chez des patients de tous âges et présentant toutes pathologies neurologiques (pathologies neurodéveloppementales, pathologies neurodégénératives, psychiatriques, lésions vasculaires, troubles toxiques, etc.). Le neuropsychologue peut également avoir pour mission la rééducation des troubles au moyen de différentes approches comme les TCC (Thérapies cognitives et comportementales). Le but étant ici de soutenir les capacités cognitives affaiblies mais aussi d’apprendre des stratégies compensatoires. L’intervention du neuropsychologue ne se limite pas au patient mais peut également s’étendre à l’entourage de ce dernier.

 

Où exerce le neuropsychologue ?

La neuropsychologie s’exerce auprès d’un public varié : de l’enfant à la personne âgée, et se pratique donc dans de multiples établissements : SESSAD (Service d’éducation spéciale et de soins à domicile), SAMSAH (Service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés), Centres de rééducation, EHPAD, etc. et bien sûr à l’hôpital dans les services de neurologie, de gériatrie, de psychiatrie, de pédiatrie, etc.

 

Évolution du métier dans le temps ?

 La neuropsychologie est une jeune discipline, les premiers masters étant apparus en 1992, malgré cela la croissance fut très rapide avec l’ouverture de nombreux masters aboutissant à cette spécialité ces 20 dernières années, et bien qu’il n’y ait pas de chiffres officiels, le nombre de psychologues neuropsychologues ce serait multiplié par dix durant la dernière décennie. La jeunesse de la discipline explique une partie de la difficulté de l’insertion professionnelle, en effet peu de retraités libèrent des postes. Par ailleurs on observe un ralentissement des ouvertures de postes ces dernières années. Donc de nombreux jeunes diplômés pour peu de postes vacants.

 

La consultation mémoire : quand faire appel au neuropsy ?

Le neuropsychologue intervient rarement en premier lieu dans le cadre de la consultation mémoire. En effet, lorsqu’un patient ressent des difficultés face aux actes de la vie quotidienne, c’est vers un spécialiste qu’il est orienté, gériatre ou neurologue, médecin qui lors de son entretien effectuera généralement des tests de « débrouillage » afin de fournir des éléments de base pour orienter la prise en soins. Le neuropsychologue est consulté lorsque le patient présente des troubles cognitifs ou comportementaux qui peuvent être variés : problèmes de mémoire, de concentration, de compréhension, de communication, mais également des perturbations comportementales, émotionnelles, psycho-affectives, etc. Les causes sous-jacentes sont tout aussi variées : pathologies neurodégénératives, psychiatriques, vasculaires, inflammatoires, séquelles de traumatismes crâniens, etc. Dans le cadre de la consultation mémoire les rôles du psychologue spécialisé en neuropsychologie sont d’aider au diagnostic, d’évaluer le retentissement des troubles et enfin d’aider à la prise en soins. En fonction des résultats obtenus lors du bilan neuropsychologique, et en association avec les résultats des autres examens demandés par le médecin (imagerie, bilans sanguins, etc.), le spécialiste pourra alors élaborer les hypothèses diagnostiques retenues ainsi que les pistes de prise en soins afin de les exposer au patient et à son entourage. 

 

 

Déroulé d’une consultation ?

La durée d’une consultation neuropsychologique est variable, elle peut aller d’une heure et demie à près de trois heures, mais elle se déroule généralement toujours de la même manière. Trois étapes se succèdent, soit lors du même rendez-vous, soit en plusieurs fois, en fonction de la fatigabilité et de l’anxiété du patient. La première étape est celle de l’entretien clinique lors duquel le psychologue recueille des informations relatives à la vie quotidienne, mais également des éléments autobiographiques et investigue l’état émotionnel du patient auprès de ce dernier mais également de son entourage quand cela est possible. La seconde étape est celle des tests psychométriques (batteries, tests mnésiques, tests des fonctions exécutives, instrumentales, échelles comportementales, etc.) qui permet d’objectiver les capacités atteintes mais également celles qui sont préservées. Enfin, la consultation se termine par un retour oral de ce qui vient de se passer : ressenti du patient quant à ses performances, réponses aux questions qu’il peut se poser, fournir quelques pistes de prise en soins, etc. Le neuropsychologue rédigera par la suite un compte rendu de la consultation restituant les données cliniques recueillies, les résultats obtenus aux tests, leurs interprétations et fournira un profil cognitif des différents domaines évalués : profil mnésique, exécutif, comportemental, émotionnel, etc. Le compte rendu doit mettre en évidence les points faibles mais également les points forts afin d’orienter vers une prise en charge adaptée au mieux à l’individualité de la personne. Il précisera également si un bilan de suivi est nécessaire et proposera parfois une orientation vers d’autres professionnels comme des orthophonistes, des psychologues cliniciens, des assistantes sociales, etc. Il n’y a pas de consultation mémoire « type », chacune d’elle s’articule en fonction du patient en face de nous, de ce qu’il peut et de ce qu’il veut bien nous donner. C’est la bienveillance qui prône et qui régit les échanges avec le patient. Le neuropsychologue ne peut être seulement un « technicien », il est psychologue avant tout et accorde de ce fait une importance primordiale à la clinique et à l’alliance thérapeutique.

 

 

Lucile BUREAU, Neuropsychologue, Centre Hospitalier d’Angoulême Pour l’Association des Jeunes Gériatres